AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 3.03- Do you want to marry me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:49



Il y a des journées où tout est calme, on pense avoir réglé ses problèmes, on se sent soulagés, libres, prêt à commencer une nouvelle vie. Mais le destin nous renvoie alors de manière inattendue à nos pires démons… C’est ce qui arriva à Gabrielle Solis en cette merveilleuse matinée ensoleillée. Elle avait pris un bain apaisant dans sa baignoire sans caméra pour l’épier, ensuite elle avait préparé le petit déjeuner de Xiao Mei, incapable de se tenir debout plus de cinq minutes depuis que son ventre s’était arrondi dans des proportions gigantesques… Puis Gabrielle s’était habillée avec une petite robe très sexy et très courte… puis après un nouveau passage dan la salle de bain pour se maquiller et se coiffer (ce qui dura bien une heure encore), elle arrêta le mouvement qui consistait à appliquer un rouge à lèvres vif tout en se contemplant dans le miroir quand elle entendit le ronronnement du moteur d’un pick-up se garer dans l’allée. Elle courut à la fenêtre de sa chambre pour voir qui osait venir l’importuner ce matin. Gabrielle se félicitait de se retrouver seule, enfin libre de séduire les hommes, à présent débarrassée de son mari, satisfaite d’obtenir un divorce à charge contre lui, après la liaison de Carlos avec leur bonne, elle pouvait prétendre obtenir une belle pension, et coup double elle s’était aussi débarrassée de son envahissant beau fils et Yukinari allait lui aussi bientôt partir vivre ailleurs. Oui mais Gabrielle Solis devait bien admettre que ce scénario idéal serait mis à mal par une riposte imminente de la part de Carlos. Et de fait son « pas encore ex mari » était à ce moment précis en train de sortir du pick-up ; les bras chargés de cartons, suivi par son imbécile de fils. La rage montant en elle, Gabrielle descendit l’escalier en colère, avec la ferme intention de renvoyer ces deux là.


- Carlos ? Tu n’as rien à faire chez moi.

- Bonjour bébé, dit-il avec un sourire satisfait tandis que Tiziano se tenait derrière lui et que Yukinari qui ne voulait rien rater du spectacle se pointa sur le palier.

- Ne m’appelle pas bébé. Sors de chez moi.

- Jusqu’à preuve du contraire cette maison m’appartient, explique gentiment Carlos.

- En général, quand un couple se sépare c’est toujours la femme qui reste à la maison, dit-elle.

- Gaby, tu sais parfaitement que toi et moi nous ne faisons jamais rien comme tout le monde. Et puis je ne te chasse pas de la maison, je viens simplement m’y réinstallé.

- N’y compte pas un instant.

- Je suis dans mon droit.

- Tu crois que je vais accepter de partager la même chambre que toi ?

- Libre à toi de dormir sur le canapé dans le salon…

- Tu rêves Carlos.

- D’autre part, tu n’avais pas le droit de mettre mon fils à la porte. Il est ici chez lui quoiqu’il arrive. Un jour il héritera de cette maison.

- Carlos j’ai demandé le divorce, je ne veux plus vivre avec toi ni avec ton fils pervers et vicieux. Je te rappelle qu’il me mater avec un e caméra pendant quand je prenais mon bain.

- Moi aussi je faisais des conneries à son âge. Il a compris, il ne recommencera plus, n’est ce pas Tiziano ?

Celui-ci acquiesça avec un sourire malicieux qui en disait long sur ses futures intentions…

- Je vais prendre mon fils en main, reprit Carlos. Il va réintégrer sa chambre mais aussi il va venir travailler avec moi.

Soudain le sourire triomphant de Tiziano se figea. Il releva un sourcil et lança un regard glacial à son père.

- Euh… Travailler avec toi ? répéta Tiziano comme s’il avait mal entendu.

- Parfaitement. Je t’ai trouvé une place de magasinier livreur dans une de mes succursales.

- Magasinier livreur ? Je veux pas faire ça moi !

- Tu dois entrer par la petite porte pour ensuite gravir les échelons et plus tard, prendre ma place à la direction de mes affaires.

- Mais j’ai pas envie de travailler, dit Tiziano alors que sur le visage de Gabrielle s’affichait un sourire satisfait.

- Pour gagner ta vie, entrer dans la vie sociale, il faut travailler.

- Mais j’ai pas besoin de gagner ma vie, j’ai tout ce qu’il me faut ici, se défendit Tiziano.

- Je vois si je comprend fiston, tu aimerait vivre comme Gabrielle sans jamais rien faire, en profitant simplement de mon argent, à te pavaner ici ou là, et vivre dans le luxe.

- Voilà, c’est ce que je veux.

- Non Tiziano. J’ai accepté tous les caprices d’enfant gâtée de Gabrielle, je ne commettrai pas la même erreur avec toi.

La colère de Gabrielle, un instant estompée par l’obligation de faire travailler Tiziano, redoubla en entendant comment Carlos la citer en mauvais exemple. Et déjà elle avait trouvé une idée pour contrer ses projets.

- Avant de lui promettre ton héritage, tu devrais peut-être le reconnaître ton fils, dit elle.

- J’y compte bien.

- Tu devras faire un test en paternité, car à part la parole de Nasheska qui affirme qu’il est ton fils nous n’avons aucune preuve. Seul un test ADN confirmera ou pas ta paternité.

- Tiziano est mon fils j’en suis sûr.

- Attendons la conclusion des tests. Et si par chance ils démontrent que Tiziano n’est pas ton fils, je me ferai un plaisir de le renvoyer chez sa sœur.

- Tu n’auras pas cette chance Gaby. Quand je l’aurai reconnu, il sera définitivement ici chez lui. Yukinari continuera à habiter ici aussi tant qu’il le souhaitera en contre partie il s’occupe du jardin.

- Et qui s’occupera de la cuisine du ménage puisque ta bonne n’est plus capable d’accomplir ses taches.

- Pour la cuisine, je veux bien m’en occuper, intervint Yukinari. Je me débouille pas mal…

- Tu veux nous empoissonner ? lança Gabrielle.

- Madame Solis ? cria Xiao Mei en haut de l’escalier, le visage grimaçant de peur.

- Qu’est ce que tu veux toi encore ? demanda Gabrielle l’air excédée.

- Un liquide tout gluant coule sur mes jambes ! expliqua Xiao Mei d’un air à la fois apeurée et catastrophée comme si le diable lui avait jeté un mauvais sort pour avoir couché avec monsieur Solis.

- Sois gentille vas aux toilettes… Tu ne veux quand même pas que je t’installe sur la cuvette ? dit Gabrielle sans trop prêter attention.

- Enfin Gaby ? la gronda Carlos. Elle va accoucher, voyons !

- Mais non ! Le gynécologue a prévu son accouchement dans trois semaines.

- Elle perd les eaux… Elle va accoucher là tout de suite. Il faut l’emmener à l’hôpital.

- Quoi ? Non… C’est pas possible, je ne suis pas prête… dit Gabrielle affolée.

- Notre bébé a décidé de naître aujourd’hui. Nous n’avons pas le choix…

- J’ai pas préparé tous les trucs, ce qu’on donne à manger, les couches… tout ce genre de trucs dont le bébés ont besoin…. Je ne suis pas prête qu’est ce que je vais faire… Oh mon Dieu ! On va avoir notre bébé Carlos.

- Oui on va avoir notre bébé répéta Carlos les larmes aux yeux de bonheur. Tiz’ prends la valise de Xaio Mei, je sors la voiture.

- Trop cool ! s’écria Tiziano. Je vais avoir un petit frère ou une petite sœur ! Tu viens Yuki on va chercher la valise.

A l’hôpital Gabrielle et Carlos se tenaient de chaque côté du lit, ils se donnaient la main et encourageaient Xiao Mei à mettre au monde le bébé. L’accouchement les avait rapprochés, peut-être que cet enfant allait leur donner le courage de surmonter leurs difficultés de couple et qu’ils allaient former une belle famille. C’est en tout cas, ce qu’espérait Carlos.

- Oh je ne vais pas y arriva, se découragea Xiao Mei.

- Fais un effort, pousse Xiao Mei, lui ordonna Gabrielle sans concession. Et arrête de te plaindre.

- J’aperçois la tête, s’écria la sage femme. Il arrive ! Encore un petit effort madame.

Xiao Mei poussa un énorme cri strident qui déchira le silence, et hurla quelques mots dans sa langue que seule, elle, pouvait comprendre mais au ton dont elle les avait prononcés, les Solis pouvaient parfaitement comprendre qu’il s’agissait de jurons violents. D’un coup Xiao Mei expulsa le fœtus.

- Bravo madame, vous avez été courageuse, la félicita la sage-femme. C’est fini. C’est un ravissant garçon.

- Oh ! Je suis maman d’un petit gars… balbutia Gabrielle les larmes aux yeux, le visage empreint d’une belle émotion. Elle serra très fort la main de Carlos comme pour se donner du courage pour affronter son enfant et son nouveau rôle de mère.

Gabrielle et Carlos Solis tournèrent le regard vers le nouveau né, un regard attendri, ému, embué par les premières larmes de jeunes parents, unis dans le même bonheur, de nouveau liés mais soudain ils froncèrent les sourcils, leur visage se ferma et perdit les couleurs du bonheur…



....................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:50

..........................


- C’est magnifique ! s’exclama Bree en servant le thé à ses amies. Gabrielle va être maman, elle attendait ça depuis tellement longtemps.


- Oui elle doit être heureuse, confirma Susan.

- Tu comprends pourquoi elle ne pouvait pas venir à ton invitation Bree, expliqua Lynette.

- Elle est tout à fait pardonnée. Je me réjouis de son bonheur.

- Un bonheur limité, elle a demandé le divorce, tempéra Lynette.

- Je suis sûre que cet enfant les rapprochera, dit Susan.

- Il faut le souhaiter, conclut Bree.

- Alors pourquoi nous as-tu demandé de passer ce matin ? se renseigna Lynette.

- Je vous ai conviées pour vous annonce rune grande nouvelle et aussi je souhaiterais vous demander une faveur.

- Tu nous fais peur !!! dit Lynette en souriant.

- Dis-nous vite.

- Orson m’a demandé en mariage et j’ai dit oui.

- Tu as dit oui ? répéta Susan qui connaissait le passé trouble du dentiste. Tu le connais à peine.

- Je le connais suffisamment pour savoir que c’est homme charmant, généreux, prévenant et…. je l’aime alors j’ai décidé de refaire ma vie avec lui…

- Si tu e sûre de toi, nous t’approuvons, déclara Lynette.

- Merci. J’aimerais aussi que vous soyez mes demoiselles d’honneur.

- Tes demoiselles d’honneur ?...

- Mais bien sûr avec plaisir ! accepta Lynette. Même si nous ne sommes plus vraiment des « demoiselles » ajouta-t-elle en riant.

- Tu es d’accord toi aussi Susan ? demanda Bree qui voyait que son amie était perturbée par son annonce.

- Evidemment oui mais je veux juste que tu sois sûre de toi, je n’aimerais pas que tu épouses un inconnu et que dans quelques semaines nous apprenions qu’il s’agit d’un criminel.

- Tu exagères Susan.

- J’ai déjà réfléchi. Le mariage est prévu samedi prochain. Et je peux te jurer Susan qu’Orson est l’homme de ma vie et qu’il n’a rien d’un dangereux criminel.

Malgré son assurance, Bree devait admettre en elle-même que les paroles de Susan avaient inscrit le doute dans son esprit…



Ce matin là, c’était la toute première fois que Sayla Catalano se réveillait dans les bras de Gaël. Elle savourait son intense bonheur. Pendant le voyage en Italie, Saraluna avait été très cool d’inviter Gaël à venir avec eux mais elle n’avait pas été aussi cool au point de les laisser dormir ensemble dans les différents hôtels qu’ils avaient fréquentés. N’empêche qu’ils avaient profité de moments de solitude durant le voyage, et le meilleur souvenir de Sayla était ce jour où ils avaient fait l’amour sur une plage sauvage du sud de l’Italie, bercés par le doux bruits des vagues, survolés par les goélands, caressés par les rayons du soleil… Quel merveilleux souvenir. Et cette fois, ils avaient décidé de louer un appartement ensemble, voilà pourquoi ce matin, elle se réveillait dans les bras de l’homme qu’elle aime. Elle se blottit contre lui, le contempla en train de dormir, effleura son épaule, goûta à la douceur de sa peau. Elle n’avait jamais été aussi heureuse de toute sa vie. Elle espérait que rien ni personne ne vienne un jour brisé leur bonheur. Gaël remua légèrement la tête dans son sommeil. Sayla s’écarta un peu pour ne pas le réveiller. Elle grimaça car son dos la faisait souffrir. En effet, ils avaient passé leur première nuit chez eux allongés sur un matelas à même le sol. Ce n’était pas très confortable, elle sentait les courbatures, mais elle s’en fichait. Elle était avec Gaël, c’était la seule chose qui comptait. Elle se sentait bien, rassurée, protégée heureuse et terriblement amoureuse. Elle se trouvait dans une béatitude totale blottit contre lui, serrée dans ses bras, elle voulait que cet instant ne finisse jamais. Mais elle avait la gorge sèche, elle se sentait aussi un peu cassée d’avoir dormi sur le sol dur, elle prendrait bien une aspirine pour soulager un peu cette douleur avant de préparer le petit-déjeuner : tartine au Nutella et chocolat chaud qu’elle apporterait au lit à Gaël. Elle décida donc d’attraper le verre d’eau qui se trouvait par terre à côté de Gaël. Elle se souleva avec précaution, elle ne voulait pas le réveiller, passa un bras au dessus de lui, saisit le verre rempli d’eau et fit un mouvement du bras en sens inverse au moment où Gaël se retourna dans son sommeil, bouscula le bras de la jeune fille. Sayla sursauta et l’eau froide se renversa sur le visage endormi de Gaël. Pour le coup, le réveil fut brutal. C’était raté pour un petit réveil en douceur avec tartines au nutella !!!!

Gaël suffoqua, se redressa brutalement, ouvrit les yeux se demandant ce qui se passait.

- Bien dormi mon amour ? demanda Sayla un peu gênée.

- Tu as l’intention de me réveiller chaque matin en me versant de l’eau sur la tête ? se renseigna-t-il inquiet.

- Je suis désolée. J’avais soif… c’est un regrettable incident… une simple maladresse de ma part. Je ne voulais vraiment pas que ton premier réveil dans notre appartement se passe comme ça… je vais cherche rune serviette pour t’essuyer.

- Non c’est bon, dit-il en la retenant et l’obligeant à se serrer contre lui. J’épongerai plus tard. Fais moi un câlin plutôt. Tu vois comme ça notre premier réveil chez nous, on s’en souviendra toute notre vie.

- C’est sûr. Je suis courbaturée d’avoir dormi à même le sol. Pas toi ?

Il se remua un peu pour tester son corps et conclut :

- Non ça va. Mais on ira acheter un lit aujourd’hui comme ça cette nuit tu dormiras mieux et au moins demain matin j’éviterai la douche froide signée mademoiselle Catalano. C’est pire qu’en prison avec toi ajouta-t-il en rigolant.

- Pfffff !!! Ne te moque pas de moi. Pour le lit tu sais … on n’a pas trop d’argent devant nous… déjà qu’on a donné une grosse caution pour avoir l’appart’.

- D’ailleurs ta sœur a été sympa de se porter garante pour nous. Pour le lit je ferai un emprunt et puis je vais essayer de me trouver un petit boulot.

- Non, moi je vais trouver du boulot et toi tu continues à travailler sur ton album, c’est le plus important. Je n’accepterai jamais que notre histoire contrarie ta carrière et je ferai tout ce que je peux pour que tu puisses réussir.

- Mais je ne veux pas que tu entretiennes à toi seule notre ménage.

- Tu rapportes de l’argent toi aussi grâce à tes concerts. Ne te fais pas de souci j’ai toujours su me débrouiller je trouverai un boulot. Arrêtons de parler des choses matérielles. Profitons plutôt de cette belle matinée. Je suis tellement heureuse de me réveiller à tes côtés. Il faut aussi qu’on projette notre soirée de pendaison de crémaillère. Avec tous nos amis.

- Là tout de suite, je m’en fiche, j’ai une autre proposition à te faire, dit-il d’un air coquin.

- Ah oui ?

- Je ferai bien une petite partie de scrabble comme dirait ton frère. Qu’en penses-tu ?

- Vivre d’amour et d’eau fraîche ? Ça me va une fois que c’est avec toi….

- Je t’aime Sayla, dit il avant de l’emmener au septième ciel…

................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:51

.....................................


- Quoi ? s’écria Tiziano au retour des Solis. Il est noir ? C’est quoi cette embrouille ?


- Ces imbéciles se sont trompés d’éprouvette, raconta Gabrielle excédée.

- Ils ont mis votre enfant dans le ventre d’une autre femme ? dit Tiziano en prenant un air dégoûté.

- Oui.

- Alors un autre couple a hérité de votre enfant, conclut Yuki plutôt amusé par cette mésaventure.

- Non la fécondation de l’autre mère porteuse n’a pas prise, expliqua Carlos.

- Quand je pense qu’ils nous ont mis le bébé d’un autre, ragea Gabrielle.

- C’est incroyable ! Ils sont nuls ! faudrait porter plainte ! dit Tiziano. Ils n’ont pas le droit de s’en sortir comme ça dans cet hôpital.

- Nous laisserons tomber, dit Carlos épuisé par cette terrible déception.

- Alors pas de bébé ? dit Tiziano.

- Gaby. Tu dois te reposer, conseilla Carlos. Allons dans la chambre.

- Je monte seule dans la chambre Carlos. Je te rappelle que depuis que tu t’es envoyé en l’air avec la bonne, nous ne vivons plus ensemble. Demain je demande le divorce.

- Tu ne veux pas nous donne rune nouvelle chance ?

- Je ne te pardonnerai jamais. Tu me le paieras. J’ai demandé le divorce et j’ai engagé un avocat pour te ruiner. Tiziano et Yuki peuvent habiter ici mais à une condition.

- Laquelle ?

- Que toi, tu ailles vivre ailleurs.

- C’est bon tu as gagné. Momentanément. Si c’est la guerre que tu veux, tu l’auras. Tiz, lundi je passe te prendre à 7 heures ?

- Quoi ? Tu passes me prendre ? demanda Tiziano en faisant l’innocent.

- Oui tu commences à travailler lundi…

- J’avais oublié… quand tu dis 7 heures…. Tu veux dire 7 heures du soir ?

- Non 7 heures du matin, sois prêt.

- A 7 heure du mat’ je dors moi… prévois plutôt de venir me chercher vers 9 heure sou 10 heures au mieux.

- Je ne rigole pas Tiziano. Tu as intérêt à être prêt à 7 heures. Si tu refuses d’obéir je te coupe tous les vivres. Et toi Yukinari au lieu de te prélasser là dans le salon, les mauvaises herbes d’attendent dans le jardin. A lundi.

- Putain mamouna ! Comment tu nous l’as énervé avec ton histoire de divorce… s’écria Tiziano.

- Sois gentil ne m’appelle plus mamouna !

- Je vais essayer. Je ne te promets rien. Là on va pas y échapper on va devoir se mettre à bosser. Faut qu’on trouve un truc pour le contrer.

- Si vous êtes de mon côté les garçons, je vais vous aider à le faire changer d’avis.

- Alors oui on est de ton côté, concéda Tiziano sans se méfier, dans l’immédiat, du piège que se préparait à lui tendre Gabrielle.

Car Gabrielle était suffisamment machiavélique pour savoir que le meilleur moyen de se venger de l’adultère de Carlos était de coucher avec un autre… et mieux encore de coucher avec son fils. Ça il ne le supporterait pas. Elle savait aussi grâce à l’épisode de la caméra placée dans la salle de bain que Tiziano n’attendait que ça. Le chemin de la vengeance se dérouler devant elle avec une facilité déconcertante.

- Alors Yuki tu fais ce que tu as à faire dans le jardin ensuite tu feras la cuisine et toi Tiziano, j’ai besoin que tu graves sur un CD les images du film de Carlos avec Xiao Mei dans la salle de bains pour le donner à Maître Benson, mon avocat. Avec cette preuve en images de son adultère, le tribunal me donner raison et je pourrais soutirer un maximum d’argent.

Yukinari s’apprêtait à sortir au moment où il entendit les dernières paroles de Gabrielle au sujet du film. Il fit aussitôt le chemin en sens inverse. Il savait que sur ce même film se trouvaient aussi les images d’Imanita en train de prendre son bain. Jusque là, il avait réussi à les dissimuler mais si Tiziano les graver…. Tout le tribunal de Fairview visionnerait les images de son amie. « Pourquoi n’ai-je pas effacé ces images immédiatement » se reprocha-t-il intérieurement. En plus il avait dit à Tiziano qu’il le savait effacées de suite afin que son copain ne cherche pas à visionner ces images volées d’Imanita. Il se trouvait dans la merde et cette fois, il ne pouvait pas demandé l’aide d’Imanita ni de Tiziano. Ils le tueraient pour ça. Comment pouvait-il réparer son erreur et surtout éviter que ces images ne tombent entre les mains de la justice ?

- Je vais m’en occuper, dit-il nerveusement.

- De quoi parles-tu Yuki ? demanda Tiziano.

- Du gravage.

- C’est gentil mais je m’en occupe maintenant. Fais ce que tu as à faire Yuki.

Yukinari se sentit très mal à l’aise. Il savait que si ces images parvenaient à sortir d’ici, ces deux meilleurs amis ne le lui pardonneraient jamais ses mensonges. Dans l’immédiat, il ne pouvait rien faire, alors il décida d’aller s’occuper du jardin en attendant le bon moment pour agir.





Brian Petterson se sentit mal à l’aise quand il entra dans le bureau de la psychologue situé à l’intérieur de la prison de Fairview.

- Bonjour Monsieur, asseyez-vous, je vous en prie. Je suis Anita Salama, psychologue de la prison.

- Pourquoi Corentin refuse-t-il de me rencontrer ? l’interrogea-t-il l’air désolé.

- Il n’a toujours pas souhaité se rendre au parloir ?…

- Non.

- Vous savez j’ai rencontré plusieurs fois votre fils depuis son incarcération, il ne parle pas beaucoup, refuse d’exprimer la douleur qui est ancrée au plus profond de lui, une douleur liée à la mort de sa mère évidemment, mais aussi à ce besoin de vengeance qui ne le quitte plus. Mais au fond de lui, s’il ne semble pas regretter ses gestes, il a l’impression de vous avoir déçu. Il a honte vis-à-vis de vous. Il pense que vous ne lui pardonnerez jamais… que vous allez le haïr…

- C’est faux ! s’insurgea Brian. Je l’aime et je l’aimerais toujours.

- Je sais monsieur Petterson. Mais le chemin sera long pour en persuader Corentin. Il ne faut pas le brusquer, le temps refermera les plaies. A cela il faut ajouter que Corentin s’en est pris au frère de la femme avec laquelle vous essayé de bâtir une relation stable. Il pense que vous lui en voulez d’avoir mis en péril cette relation.

- Comment puis je le rassurer sur tous ces sujets si il refuse de me voir ?

- Corentin vit dans un autre monde, un monde compliqué, un monde qu’il s’est inventé, dans lequel il s’est réfugié, un monde dont il est le chef, un monde fait de meurtres, de vengeance et de sang. Et vous ne faites pas partie de son monde là.

- Tout ceci est sensé me rassurer ?

- Non. Je vous expose les faits tels qu’ils sont. Le point positif c’est que Corentin supporte très bien le milieu carcéral. Il fait du sport, arrive à se faire respecter de ses jeunes codétenus, et il va continuer à suivre des cours. Je vous tiendrai au courant de son évolution et je vous promets de faire le maximum pour le convaincre de vous rencontrer.

- Pourquoi avez-vous décidé d’aider Corentin et de vous occuper de lui ?

- Je suis psychologue, c’est mon métier tout simplement.

- Oui. Pourtant, Corentin a tenté de tuer votre fille…

- Dieu soit loué, il n’a pas réussi. Puis Il n’en voulait pas directement à Imanita. Elle s’est retrouvée mêlée à cette histoire par hasard. Corentin en veut à la terre entière vous savez. Courage monsieur Petterson. Votre fils ne sera jamais comme vous auriez voulu qu’il soit. Il va passer de nombreuses années en prison. C’est une chance qu’il s’acclimate assez bien à cette nouvelle vie. De votre côté, vous allez subvenir à ses besoins, vous viendrez lui rendre visite quand il acceptera de vous rencontrer mais surtout vous allez vous occuper de vous vivre votre vie, renouer des liens avec mademoiselle Catalano ou une autre femme. Vous avez le droit de refaire votre vie. Ce n’est pas pour ça que vous oublierez le passé ni Corentin. N’hésitez pas à venir me voir si vous avez besoin de parler.

- Merci infiniment. Vous êtes très aimable.

..............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:52

.........................................


Comme à son habitude, Bree Van de Kamp se faisait un devoir d’accueillir le plus agréablement possible ses nouveaux voisins. Cela faisait partie de sus et coutumes de Wisteria Lane. Tout naturellement, ce fut Pierre qui lui ouvrit la porte.


- Bonjour, fit-elle. Je suis Bree Van De Kamp, j’habite trois maisons plus loin. Je me permets de vous importuner pour vous souhaiter la bienvenue à vous et votre femme.

- Nous ne sommes pas mariés, la coupa-t-il sèchement.

- Ho désolée, fit-elle coupée dan son élan. Ce n’est pas grave. Je vous porte des cookies que j’ai préparé hier soir à votre intention. J’espère que vous les aimerez.

- C’est gentil à vous… mais nous sommes français et nous ne sommes pas habitués aux coutumes américaines. Nous ne pouvons pas accepter.

- Mais si prenez les vous allez vous régaler. Et la tradition américaine veut que vous acceptiez sinon je serai très vexée.

- Ecoute madame Vent du Camp …

- Van De Kamp… Bree Van De Kamp.

- Oui excusez-moi madame Brie… Ma fiancée vient de perdre son oncle.

- Je sais, c’est terriblement affreux.

- Alors votre compassion nous fait plaisir mais nous aimerions être seuls pour vivre ce deuil.

- Au contraire vous avez besoin d’être entourés.

- Disons que la tradition française veut que nous vivions ces moments difficiles « seuls ». Est-ce bien clair ?

- Oui. Veuillez m’excuser. Je ne vous dérange pas plus longtemps et si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas.

- Je m’en souviendrai, dit-il avant de refermer la porte.

- Pourquoi te montres-tu si distant avec les voisins ? lui demanda Gaëtane tapie derrière l’escalier.

- Nous devons nous montrer prudents. Tu as envie de connaître la vérité non ?

- Oui. Seulement si on reste enfermés à l’écart des autres nous allons attirer le doute sur nous.

- Tu as raison. Je vais leur faire croire que je suis électricien. Je vais chercher de quoi m’installer à mon compte. Lorsqu’ils auront besoin de mes services je pourrais m’infiltrer chez eux, faire des réparations et percer leur secret.

- Bonne idée. Oh Pierre je ne suis perdue je ne comprend plus rien. Pourquoi s’est il suicidé au moment où il a pris contact avec moi ?

- C’est difficile à supporter tout ces mystères pour toi Gaëtane. Je te promets de découvrir toute la vérité sur tes véritables racines. En attendant, finissons de nous installer. Tu veux te reposer un peu ?

- Non ça va je préfère m’occuper l’esprit. Si tu n’étais pas à mes côtés jamais je n’aurai accepté cet héritage.

- La semaine prochaine nous avons rendez vous chez le notaire, nous en apprendrons un peu plus.

- J’ai hâte d’y être…



Tiziano avait décidé de rendre visite à sa sœur. Yukinari fut soulagé de le voir s’éloigné un moment. Il allait enfin pourvoir accéder à l’ordinateur de son ami et effacer le film, ce qu’il aurait dû faire depuis le premier jour.

En chemin Tiziano rencontra Imanita qui lui faisait toujours la tête depuis le coup de la caméra. La jeune fille venait rendre une petite visite à Yukinari.

- Salut Ima !

- Tu peux garder ton salut Catalano. J’ai décidé de ne plus te parler.

- Pourtant tu me parles bien là, non ?

- C’était juste quelques derniers mots pour que tu saches à quoi t’en tenir en ce qui me concerne. Tu seras gentil de ne plus jamais m’adresser la parole.

- Ima… Tu veux pas qu’on fasse la paix et que tout redevienne comme avant… Je veux dire qu’on se chamaille pour des broutilles… pas pour un truc aussi débile que l’histoire de cette caméra.

- Je suis heureuse de constater que pour une fois tu admets que ton idée de mettre une caméra dans la salle de bain de ta belle mère était débile.

- Justement, j’avais installé cette caméra pour mater Gabrielle Solis, pas pour te mater toi qui de toute manière n’était pas censée prendre un bains dans cette pièce.

- Peut-être mais le fait est que je m’y suis baignée sous l’œil pervers de ta caméra. J’imagine que tu t’es régalée quand tu as visionné ces images.

- Non Ima ! T’es folle !

- Vas-y dis que c’était pire qu’un film d’horreur pendant que tu y es…

- Non ! Je n’ai jamais vu les images de ton bain…

- Trouve mieux comme mensonge.

- Je te jure Ima, je n’ai jamais vu ces images.

- Pourquoi tu as peur de découvrir un monstre ? merci Catalano, c’est pas très flatteur.

- T’es jamais satisfaite. Si je dis que j’ai vu les images t’es pas contente…

- Et j’ai des raisons de n’e pas être contente quand je suis filmée à poil à mon insu.

- Et si je te dis que je ne les ai pas vues, tu m’engueules encore parce que tu penses que je te trouve monstrueuse.

- Non c’est toi qui es monstrueux à mater les filles de cette manière.

- Je ne t’ai pas vue à poil, ok ? Yuki a effacé de suite toutes les images.

- C’est vrai ? fit-elle avec un léger sourire revenu.

- Oui c’est vrai. Yuki était le seul à savoir que tu étais dans cette salle de bain. Il aurait pu t’empêcher d’y entrer mais il n’a pas réussi. Alors il s’est débrouillé pour effacer les images afin qu’il n’y ait pas de malentendu entre nous. Donc je n’ai jamais vu ces images.

- Mon mignon est extraordinaire d’intelligence !

- Il t’a sauvé la mise oui.

- Bon si tu me promets que tu n’as pas vu le film, je veux bien te pardonner.

- Non je ne l’ai pas vu.

- Mais ça n’empêche pas que tu es un dépravé pervers Catalano.

- Alors on reste les meilleurs ennemis du monde ?

- Evidemment idiot. J’ai trop envie de te ridiculiser encore quand tu voudras te confronter à moi.

- Tu ne me fais pas peur Imanita Salama. Je suis le meilleur et tu le sais… C’est pour ça que tu m’apprécies.

- Je ne sais pas comment tu fais pour passer tes journées à rêver Catalano !!! Enfin si ça te fait du bien de penser que tu es le meilleur, je ne voudrais pas enlever tes illusions de suite…. A plus tard…



Yukinari finissait hâtivement de ratisser le beau gazon des Solis pour filer devant l’ordi de Tiziano effacer les traces de son méfait. Malheureusement pour lui, il fut interpellé par une voix qu’il ne connaissait pas et qui provenait du jardin d’à côté.

- S’il vous plait ? Vous êtes jardinier ?

Yukinari tourna le visage vers l’endroit d’où provenait la voix, il aperçut une silhouette derrière la haie qui séparait les deux maisons.

- Approchez, n’ayez pas peur je ne vais pas vous manger.

Yukinari avança vers le jeune homme, hypnotisé par le regard de braise qui était fixé sur lui.

- Je m’appelle Pierre, je viens d’emménager avec ma petite amie.

- Salut, balbutia Yukinari mal à l’aise en se dandinant d’un pied sur l’autre.

- Je cherche un jardinier pour entretenir le jardin… Il est dans un assez mauvais état. >Vous pourriez vous en occuper.

- En fait, je ne suis pas vraiment jardinier…

- Ah ? Et que faisiez-vous là ? Si je ne me trompe pas vous étiez en train de jardiner, vous ne regardiez pas la télé…

- Non…. Enfin oui… je m’occupe un peu du jardin parce j’habite ici mais je ne suis pas vraiment jardinier….

- Bon tant pis.

Et Pierre rentra chez lui. Yukinari se sentit un peu idiot. Il aurait du dire oui. Après tout gagner un peu d’argent ce n’était pas plus mal. Oui mais il devait bien avouer que Pierre l’avait troublé. « Qu’est ce qui m’arrive », pensa-t-il. « Depuis que mon n’Andrew est parti je tombe amoureux de tous les mecs que je croise » …. Sauf que Pierre n’était pas comme tous les autres mecs. Mais Yukinari ne le savait pas encore. Bientôt Pierre allait changer complètement la vie de Yukinari…

..................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:53

........................................................


Saraluna Catalano ne s’attendait pas à cette merveilleuse surprise lorsqu’elle ouvrit la porte à son visiteur. Elle découvrit monsieur Petterson chargé d’un magnifique bouquet de fleurs multicolores et variées.


- Ho Brian ? C’est vous qui vous cachez derrière ce joli bouquet ?

- Oui. Ces fleurs sont pour vous Sara.

- Entrez vite. Je vais les mettre dans un vase. Elles sont superbes.

- Pas autant que vous Sara. Vous êtes resplendissante.

- Brian ! Vous me gênez.

Il la suivit jusque dans la cuisine, l’air timide, un peu empoté avec son bouquet de fleurs dans les bras. Il ne savait pas trop comment s’y prendre. Sara remplit le vase en cristal d’eau du robinet, puis elle s’avança vers la table pour y plonger les fleurs lorsque Brian demanda à brûle pour point :

- Sara ? Voulez-vous m’épouser ?

Saraluna, se tourna surprise vers lui, surprise elle ne fit pas attention et lâcha le vase qui se brisa en mille morceaux sur le carrelage de la cuisine.

- Oh mon Dieu ! s’écria-t-elle.

- Je suis désolé, c’est de ma faute, dit-il en posant le bouquet sur la table. Vous n’êtes pas blessée ?

- Je suis maladroite.

- Non c’est moi je n’ai pas été très précautionneux, s’excusa-t-il en se baissant pour ramasser les morceaux.

- Laissez moi faire. Je vais prendre la balayette. Avec tout ça je n’ai pas répondu à votre question… dit-elle tout en s’affairant à la tache.

- Quelle était ma question ? Ah oui, êtes-vous blessée ? dit-il en blaguant.

- Ne faites pas l’imbécile, c’est sérieux. Je parle de votre proposition… celle de vous épouser.

- J’aurais dû attendre de vous inviter à un dîner aux chandelles pour vous faire ma demande.

- Disons… qu’ainsi c’est plus original, ça sort de l’ordinaire ! s’esclaffa-t-elle.

- C’est le moins qu’on puisse dire…

- Je pensais que j’allais rester vieille fille en faisant sauter sur mes genoux mes neveux et nièces… Puis vous êtes apparu dans ma vie comme un magnifique rayon de soleil venu éclairer mon existence.

- Oh Saraluna… comme c’est beau. Mais vous êtes le soleil! Un soleil qui a redonné vie à mon cœur.

- Non moi je suis la lune et pourtant nous nous sommes rencontrés. Oui Brian. Oui je bien vous épouser.

- Oh…. Je suis tellement heureux dit-il les larmes aux yeux en la serrant dans ses bras.

- C’est merveilleux ce qui nous arrive, Brian.

- Oui la vie nous offre une nouvelle chance au bonheur. Assieds-toi, nous allons discuter de nos projets devant une tasse de café, tu veux ?

- Volontiers. Et ce soir je t’invite dans un grand restaurant pour célébrer ça. Ce week end je réserve deux places pour le vol en direction de Los Angeles et nous passerons le week-end dans un palace face à l’océan pacifique.

- Je suis heureuse Brian. Mais tu es fou. Tout cela est trop.

- Non je ne suis pas fou, je suis juste amoureux d’une femme extraordinaire. Et rien n’est trop beau pour toi ma chérie. Ma vie passée fut un fiasco total, je souhaite construire avec toi un avenir heureux sans incident. Et je veux construire avec toi une nouvelle famille.

- Tu veux des enfants ?

- Pas toi ?

- Si mais je croyais…

- D’abord on se marie et on parlera des enfants ensuite, chaque chose en son temps, nous avons tout notre temps.

- Merci de ta compréhension Brian…

L’arrivée inattendue de Tiziano interrompit leur discussion concernant leurs projets d’avenir. Saraluna se leva pour l’accueillir.

- Bonjour Tizou ! s’exclama-t-elle tout sourire. Je suis heureuse de te voir.

- Bonjour soeurette. Tu as l’air très en forme ça fait plaisir.

- Oui c’est vrai, je me sens bien et je suis contente de te voir à la maison. Tu as pris ton petit-déjeuner ?

- Qu’est ce qu’il fout là lui ? demanda-t-il en montrant du menton Brian comme s’il s’agissait d’un vulgaire objet pourri.

- Monsieur Petterson me rend une visite de courtoisie.

- Bonjour Tiziano ; dit Brian un peu gêné par l’attitude du garçon, comme si il était pris en faute.

- Sara, ce type est le père du cinglé qui a tenté de nous tuer mes amis et moi…

- Je sais Tizou, Brian était justement en train de me dire qu’il était très désolé de pour ce qui s’était passé.

- Tu parles, il aurait mieux fait d’élever son fils convenablement.

- Tizou, s’il te plait.

- Je ne veux pas le voir ici, ni tourner autour de toi. Son fils nous a fait suffisamment de mal. S’il avait la moindre intelligence il déménagerait, il quitterait le quartier, il habiterait loin d’ici.

- Je crois que je vais vous laisser, dit Brian en se mettant sur ses pieds.

Brian Petterson se sentait très mal à l’aise. Depuis toujours, Tiziano Catalano l’impressionnait. Il ne savait pas exactement pourquoi mais le jeune homme le troublait d’une certaine manière… Peut-être tout simplement parce qu’il était le frère de Saraluna…

- Je suis désolée, dit Saraluna.

- Je pense que ton frère et toi devez vous parler.

- Vous tutoyez ma sœur ? s’offusqua Tiziano.

- On se voit plus tard, conclut Brian pressé de partir et de se soustraire à la pression de Tiziano.

- Je te… je vous raccompagne se reprit Saraluna.

- Non, je le raccompagne à la porte moi, s’imposa Tiziano. Par ici la sortie monsieur.

Tiziano le précéda dans le couloir. Le sang battait fort dans les tempes de Brian. Une fois à la porte, le jeune homme lui glissa un conseil à l’oreille.

- Ne vous approchez plus de mes sœurs, ni de mes amis monsieur Petterson. Je vous conseille de quitter le quartier votre fils et vous avez fait assez de mal comme ça.

Brian s’éclipsa sans répondre, trop content de se libérer de l’emprise du plus jeune des Catalano.

- Tu exagères Tizou, le réprimanda Saraluna.

- T’es amoureuse de ce type ?

- Ecoute, ça ne te regarde pas.

- Si, ça me regarde si tu es amoureuse du père de mon tortionnaire…

- Tizou… Il n’est pas responsable.

- Sara, tu n’y penses pas ! Son fils nous a enlevés, il voulait nous tuer dans d’atroces souffrances, à cause de lui Sayla a reçu une balle de revolver et Gaël a été soupçonné et arrêté pour un meurtre commis pas Corentin. Tu ne penses pas qu’ils ont fait suffisamment de mal à notre famille ?

- Brian n’est pas responsable des actes commis par son fils.

- Si, il devait le surveiller. Et tu imagines désormais Petterson va rendre visite à son assassin de fils, au parloir plusieurs fois par semaine. Il va le consoler, lui dire qu’il ne lui en veut pas. Tu peux aimer ce mec là ?

- Dieu dit qu’il faut savoir pardonner…

- Arrête avec ton Dieu. S’il existait vraiment il ne laisserait pas tant de malheur s’abattre sur nous.

- Ne parle pas comme ça.

- Moi je ne pardonnerai jamais aux Petterson.

- Tizou. Le pardon peut nous aider à surmonter les épreuves et à passer à autre chose.

- Si tu parles de « pardon » avant de prêcher la belle parole, montre l’exemple aux autres. As-tu pardonné à Grized et à maman ?

- Ce n’est pas la même chose, dit Saraluna qui ne s’attendait pas à ça.

- Si c’est exactement la même chose. Le jour où tu auras pardonné à maman et à Grized, tu pourras venir me reparler de pardon, pas avant.

- Maman nous a abandonnés pour partir avec ce type. Depuis qu’elle est réapparue dans notre vie, elle ne s’occupe pas de nous. Qu’a-t-elle fait pour toi ?

- Elle m’a sauvé la vie…

- De quoi parles-tu ?

- Quand des types obéissant à Corentin nous poursuivaient Yuki et moi, elle nous a aidés à nous en débarrasser.

L’arrivée de Sayla stoppa cette conversation qui avait énervé Saraluna.

- Vous êtes là tous les deux, génial ! s’exclama la jeune fille.

- Alors ton nouvel appart’, il est bien ? demanda Tiziano.

- Oui .. enfin il reste beaucoup à aménager. Cet après midi avec Gaël on va acheter notre lit.

- Hum hum…. Fit Tiziano d’un air entendu.

- Tiz’ ! s’écria Saraluna.

- Enfin te voilà en couple maintenant. Et tu sais que Sara est elle aussi amoureuse ?

- Sans blague ! Et qui est l’heureux élu de ton cœur chère grande sœur.

- Tu ne devineras jamais, dit Tiziano.

- Tizou ! Arrête ce jeu stupide, le gronda Saraluna.

- Je le connais ? insista Sayla impatiente. Arrêtez de me faire languir.

- Elle est amoureuse du père d’un criminel…

- Quoi ?

- Brian Petterson.

- Le père de Corentin ? s’offusqua Sayla. Tu n’es pas bien Sara. A cause de lui Gaël a failli se retrouver en prison pour un meurtre qu’il n’a pas commis.

- Vous m’agacez tous les deux ! conclut Saraluna.

- Je fréquente qui je veux.

- Fréquente qui tu veux mais pas ce type ! la pria Sayla. Tu as oublié le mal qu’il nous a fait ?

- Sayla. Brian n’est pas responsable des horreurs perpétrées par son fils. Pourquoi tous est si compliqué avec vous deux.

- Si tu te maries avec lui, d’abord je ne viendrai pas à ton mariage, ensuite tu ne nous reverras plus jamais Gaël et moi. Le débat est clos…

.....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:58

............................................



Yukinari profita de l’absence de Tiziano pour s’introduire dans sa chambre avec l’intention de supprimer une certaine partie du film que son ami avait gravé sur cd rom à l’attention de l’avocat qui s’en servirait comme preuve de l’adultère de Carlos Solis. En effet, Tiziano ne le savait pas mais ce film contenait aussi les images d’Imanita en train de prendre son bain dans la baignoire des Solis… Yukinari avait peu de temps pour effacer définitivement ces images. Il imaginait déjà la colère d’Imanita si elle venait à apprendre que ces avaient été enregistrées et même gravées sur ce cd rom. Il s’installa devant l’écran, brancha l’unité centrale, se connecta à Internet. Il sortit le Cd de son étui, le plaça dans le lecteur. Malheureusement pour lui Imanita le rejoignit dans la chambre.


- Bonjour mon mignon ! s’écria-t-elle.

Yukinari fit un bond sur son siège. Pris de panique, mais sachant qu’il devait mettre tout en œuvre pour éviter à Imanita de voir ce qu’elle ne devait pas voir, il retira le cd et le replaça hâtivement dans son boîtier. Puis il fit, l’air de rien :

- Oh salut n’Ima ! Quelle surprise de te voir ici…

- Vu ta tête, ça n’a pas l’air de te faire plaisir…

- Si. Pourquoi tu dis ça… ça me fait toujours plaisir de te voir…

- Bon ça va. J’ai un truc à te demander.

- De quoi s’agit-il, n’Ima ?

- J’ai rencontré Tiz’ à l’instant… Il m’a juré qu’il n’avait pas vu le film quand je prenais mon bain parce que tu aurais supprimé les images.

- Ah ?

- C’est vrai ? Il dit que tu as effacer le film pour éviter les embrouilles.

- Il dit la vérité. J’ai immédiatement effacé toutes les images compromettantes, mentit-il.

« Enfin c’était un demi mensonge puisqu’il avait l’intention de le faire au plus vite ».ça arrive d’oublier….

- Tu es un génie mon mignon ! Merci.

- De rien n’Ima c’est normal. Vous vous êtes réconciliés alors ?

- Oui mais je ne lui pardonne pas d’avoir posé une caméra à l’insu de sa belle mère. Non évidemment, ça c’est pas le genre de truc très malin.

- C’est débile tu veux dire. Tiz’ est un petit pervers qui pense avec sa testostérone plutôt qu’avec son cerveau… Hum son cerveau suis-je bête il n’en a pas…

- N’Ima tu trouves toujours les bons mots toi ! dit Yuki en rigolant.

- Qu’est ce que tu trafiques sur l’ordi de Tiz’ ?

- J’avais un travail à effectuer…

- Un travail ? Et tu ne peux pas l’effectuer sur ton ordinateur ?

- En fait j’avais besoin d’un fichier…

- Tu me prends pour une idiote ? Voyons voir ce que tu regardes là.

Elle s’approcha de l’écran et observa la scène qui se déroulait devant eux.

- Mais qu’est ce que c’est ? demanda-t-elle intriguée.

- On dirait… une salle de bains… balbutia Yukinari stupéfait.

- Tu m’avais dit que Tiz’ avait retiré sa caméra.

- Oui il l’a retirée mais apparemment, il l’a déjà replacée dans un autre endroit…

- Quel sale petit pervers ce Tiz’… Il est incorrigible !!! De quelle salle de bains s’agit-il ? La tienne Yuki?

- T’es folle ! Non, je ne connais pas cet endroit… mais attends on dirait la salle de bains… des voisins. Regarde le fil de raccordement court jusqu’à la fenêtre des voisins… Il est fort.

- Quand il s’agit de faire des conneries je dois reconnaître qu’il est plus fort que tout le monde…. Mon Dieu Yuki… il mate Gaëtane quand elle prend son bain. Il est vicieux et pervers, curieux, mauvais, décidément il est incorrigible.

- Bon je coupe… ça me met mal à l’aise, dit Yuki.

- Attends mon mignon. Quelqu’un entre… regarde c’est Pierre ! fit-elle soudain toute excitée…

- Oui bah on arrête.

- Non touche à rien, ordonna-t-elle.

- Mais Ima, ce n’est pas bien, dit-il sans pouvoir détacher les yeux de l’écran.

- Si on a de la chance, il va prendre sa douche…

- Ima on est pas des obsédés comme Tiz’ nous… Je ferme la fenêtre.

- Non tu ne touches à rien, ordonna Ima avec autorité. Ne fais pas ton petit mec sage, prude et chaste. Tu as les yeux qui sortent de leurs orbites pour se coller sur l’écran. Tu es Ice cream Boy, pas un enfant de chœur. Regarde mon mignon, il enlève son tee-shirt… Il va se raser… On va se régaler…

- Tu imagines si Tiz’ apprend que nous sommes en train de mater Pierre sur son ordi !

- Si pour une fois tu arrives à tenir ta langue, il n’en saura jamais rien. Et puis s’il était vraiment sympa il nous proposerait de voir Pierre.

- Ima ! la gronda Yuki.

- Oui tu as raison, c’est mieux qu’il ne sache pas que nous partageons son vice. On pourra plus facilement le lui reprocher.

Le jeune homme était en train de se passer de la mousse à raser sur le visage, puis il commença le rasage, prenant soin de garder le petit bouc qu’il entretenait sur son menton. Les deux amis n’en pouvaient plus devant l’écran.

- Tu crois qu’il va se doucher après le rasage ? demanda Yuki les yeux éblouis avec espoir.

- Je ne sais pas… Mais je le souhaite de tout cœur.

- Quand même c’est pas bien ce qu’on fait.

- Ce que tu peux être rabat-joie des fois. Il est quand même bien foutu… conclut Ima.

- Quand je pense que j’ai refuse de faire son jardin !

- Quoi ?

- Oui tout à l’heure il est venu me voir pensant que j’étais vraiment jardinier. Il m’a demandé si je pouvais m’occuper de son jardin.

- Et tu as refusé ? Tu es stupide.

- Bah je ne suis pas jardinier.

- Mate un peu le jeune homme qui se trouve sur l’écran… Moi s’il me proposait de jardiner pour lui, je cours de suite. Alors tu vas me faire le plaisir d’aller chez lui, de t’excuser et de lui dire que tu es d’accord de t’occuper du jardin. En plus tu te fera un peu d’argent de poche, c’est bon pour ton groupe ça. Tu as une superbe occasion de l’approcher tous les jours au lieu de rester seul comme Tiz’ à mater son ordi. Regarde un peu ses muscles… ça ne te donne spas envie de jardiner pour lui des abdos comme les siens ?

- C’est vrai qu’il est pas mal, consentit Yuki qui ne rater pas une miette du spectacle. J’irai bien lui passer une serviette…

- Il a terminé le rasage… Ho Yuki on a gagné le gros lot : il ouvre les robinets de la douche…

- J’y crois pas, on va se régaler n’Ima se réjouit-il.

- Et le steep-tease se poursuit…

- Bonjour ! s’écria Gabrielle. Vous êtes toujours à squatter la chambre de Tiziano tous les deux.

Les deux amis sursautèrent, Yukinari eut le réflexe de fermer la fenêtre qui diffusait les images de la salle de bains des voisins. Les pommettes d’Imanita se mirent à rougir.

- Bonjour madame Solis.

- Tu ne travailles pas aujourd’hui ?

- Si j’allais partir justement, mentit la jeune fille.

- Et toi Yukinari tu crois que le jardin va s’arroser tout seul ?

- Non j’y vais de suite. Bon Ima on se voit plus tard ?

- Ok. Au revoir madame Solis.

Dans sa précipitation Yukinari emporta un cd rom au hasard mais malheureusement pour lui, il se trompa de boîtier.

Les deux amis retournèrent à leur emploi respectif. Gabrielle s’approcha de l’ordinateur, trouva le cd rom gravé par Tiziano sur lequel il avait inscrit comme titre « Carlos et la bonne asiatique »

ce qui fit sourire Gabrielle. « Un vrai titre de film porno », songea-t-elle. Elle emporta le cd rom et le déposa à l’étude de maître Benson…

........................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 21:59

.......................................


Brian Petterson s’impatientait. Il était 19 heures 30 et il n’avait pas eu de nouvelles de Saraluna depuis le matin. Il se demandait si son invitation à dîner tenait toujours. En plus il avait faim, il n’avait rien avalé depuis sa biscotte quotidienne de quatre heures…. Il fut soulagé lorsque la jeune femme sonna à la porte.


- Ma chérie, enfin te voilà ! Je me languissais. Surtout je m’inquiétais. J’ai réservé le restaurant.

- Je voudrais te parler avant.

- Bien sûr. Installons nous au salon. Tu as pu discuter plus sereinement avec ton frère après mon départ.

- Pas vraiment. Il est têtu. Il ne voit pas d’un très bon œil notre amitié…

- Notre amitié ?... Notre relation ne se résume pas à une simple amitié, Sara…

- Je sais mais bon je ne lui ai pas parlé de ta proposition de mariage, il n’est pas prêt d’entendre ça et ma sœur non plus.

- Ta sœur ?

- Oui Sayla est du même avis que Tiz’.

- Ecoute ma chérie. Tu les as élevé, tu as pris la place de leur mère quand celle-ci s’est enfuie de votre maison, sans toi, ils auraient été placés en foyer… Tu as assuré ton rôle de grande sœur, à présent tu as le droit de vivre ta vie sans leur rendre de compte.

- Oui tu as raison… Mais je pense que cette idée de mariage est un peu précipitée…

- Tu as dit oui ce matin…

- Je sais… mais Tiziano et Sayla ont vécu des moments difficiles à cause de Corentin. Tu imagines nos repas de famille avec l’ombre de Corentin qui planera au dessus de nous ?

- Non Sara… Ne laissons pas Corentin ou Tiziano se mettre en travers de notre bonheur. Je refuse de les laisser faire barrage à notre amour.

- C’est trop tard Brian.

- Non Sara, je ne veux pas abandonner, je ne veux pas te perdre… pas à cause de Corentin, s’il te plait… Pourquoi nous punir nous ?

- Je ne renonce pas Brian. Nous devons juste repousser l’échéance le temps que les choses rentrent dans l’ordre. Toutes les plaies ne sont pas encore cicatrisées.

- Bon sang, pourquoi tout est toujours aussi difficile ?

- Soyons patients…

- Tu as donc pris ta décision ?

- Je suis désolée Brian.

- Entre toi et moi il y aura toujours Corentin…

- Oui mais le temps effacera les douleurs et les rancoeurs.

- Nous n’avons pas le droit au bonheur ?

- Si … mais laissons nous du temps.

- Je ne sais pas si je pourrais être suffisamment patient.

- Alors tant pis. Je dois rentrer. Au revoir.

Elle le laissa là au milieu du salon avec toute la peine que lui causait la décision de Saraluna et aussi une haine terrible envers Tiziano.



Lamita entra dans la chambre d’hôpital. Elle détestait les hôpitaux et leurs couloirs où se répandait une odeur d’éther. Mike Delfino était allongé sur le dos, les yeux clos, des tuyaux reliés à une machine l’aidaient à respirer. Il était plongé dans le coma depuis plus de quatre mois, depuis qu’un chauffard l’avait violemment renversé en voiture avant de prendre la fuite, genre d’accident fréquent à Wisteria Lane. Depuis, Mike végétait sur ce lit d’hôpital. Les médecins étaient incapables de dire quand il se réveillerait : dans un jour, une semaine, un mois… plusieurs années… Ni si ce coma prolongé laisserait des séquelles. Cette attente était insupportable. Lamita s’empara d’une chaise, elle s’assit juste à côté du lit. Elle posa une main sur l’épaule de Mike, de l’autre elle lui caressa la joue. Puis elle se mit à lui parler :

- Mike ! Je suis tellement désolée de ce qui t’arrive. Je me sens un peu responsable. Si je ne t’avais pas donné rendez vous ce soir là, rien de tout cela ne se serait produit. L’infirmière dit que tu peux m’entendre. Je vais m’occuper de toi, t’aider à te remettre sur pied, à guérir. Tu es fort Mike, tu vas lutter pour sortir de ce coma.

La porte s’ouvrit derrière elle, Susan Mayer la rejoignit au chevet du blessé.

- Lamita ! C’est gentil de passer voir Mike.

- Il faut bien que je veille sur lui puisque vous semblez avoir trop d’occupations extérieures pour rester avec lui.

- Que veux-tu dire ?

- Vous semblez manifester plus d’intérêt pour le mari de la femme d’à côté… Vous savez Ian… c’est dégueulasse de profiter du coma de Mike pour batifoler…

- Lamita, j’ai en effet fait la connaissance de Ina mais nous… avons sympathisé parce que nous sommes ici pour les mêmes raisons. On se soutient mutuellement. Il n’y a rien de plus entre lui et moi…

- Vous ne méritez pas que Mike s’intéresse à vous.

- Maintenant ça suffit, je ne te permets pas de juger. Sors de cette chambre. De toutes façons, il semble que malgré tous tes efforts pour le séduire, Mike ne s’est jamais intéressé à toi…

- Sauf que le soir de son accident, c’est avec moi qu’il avait rendez vous…. Ah mais j’y pense…. C’est vrai il vous avait jetée… il avait rompu avec vous…

- Tu penses que Mike serait heureux de nous voir nous déchirer…

- Il serait encore plus malheureux s’il savait que vous dîniez au restaurant avec un autre homme pendant qu’il lutte contre la mort dans cette chambre lugubre.

- C’est bon sors d’ici.

- Je te laisse Mike, mais je reviendrai. Jamais je ne te laisserai tomber moi…



N’écoutant que son courage, Yukinari se décida après beaucoup d’hésitation à rendre une petite visite à Pierre pour lui proposer ses services. Il avait un peu honte de sonner chez lui maintenant qu’il l’avait vu dans sa salle de bain se raser et… qu’il aurait pu le voir prendre sa douche si cette satanée Gabrielle Solis n’était pas entrée à ce moment là. Il ne pourrait pas s’empêcher de rougir quand il se retrouverait devant lui en pensant à ces images. Et puis la caméra de Tiziano filme en permanence donc avec un peu de chance il pourra retrouver le passage de la douche !!! « Que m’arrive-t-il ? » songea-t-il. « Suis-je aussi pervers que Tiz’ ? » Il accompagna cette pensée d’une grimace. Imanita avait raison, c’était une occasion en or d’approcher Pierre et de faire sa connaissance, peut-être deviendraient ils amis ou plus… Oui mais Pierre vivait avec Gaëtane, ce n’était pas gagné d’avance. Sauf si Tiz’ arrivait à la séduire, ça non plus c’était pas gagné d’avance !!!! Yuki avala sa salive, prit son courage et sonna d’un coup bref. Après quelques secondes, la porte s’ouvrit sur Pierre.

- Bonsoir, fit Yukinari.

- ‘soir !

- Je… je suis votre voisin, c’est moi qui jardinais ce matin…

- Je sais parfaitement qui vous êtes, dit Pierre d’un ton sec.

- J’ai réfléchi et finalement, je veux bien m’occuper de votre jardin.

- Mais vous m’aviez dit que vous n’étiez pas jardinier.

- Non je n’ai pas fait d’études pour ça mais je me débrouille…

- Je cherche un jardinier professionnel et je déteste qu’on me prenne pour un con. Fallait me dire oui ce matin. Au revoir.

Et il referma la porte au nez de Yuki qui resta désabusa quelques instants sur le perron. Décidément comme il l’avait imaginé ce n’était pas gagné !!! Sur le chemin du retour, il rencontra Tiziano.

- Ho salut Yuki ! Qu’est ce que tu faisais chez Gaëtane ?

- Rien… Mais c’est pas chez Gaëtane c’est chez Pierre.

- Bon si tu veux alors que faisais tu chez eux ?

- Ils cherchent un jardinier mais ça n’a pas marché.

- Un jardinier ? Je peux postuler moi…

- Tu parles ils cherchent un jardinier professionnel pas un looser.

- Et pourquoi t’es méchant avec moi ?

- Excuse moi, j’ai eu une journée de merde.

- Oui moi aussi. Tu sais quoi ? Ma sœur veut épouser Brian Petterson !

- Le père de Corentin !

- Bingo mon vieux ! Elle est dingue. Que dirais-tu si on allait se changer les idées au baralolo ?

- Oui ça me fera du bien…

- Au fait t’as vu ta mère est en train de faire reconstruire votre maison.

- Elle fait ce qu’elle veut ça ne me concerne pas.

- C’est ta mère tout de même.

- Et toi tu vas la voir souvent ta mère ?

- C’est pas pareil Yuki.

- Si elle t’a abandonné et moi la mienne elle m’a menti, elle m’a caché le crime perpétré par toute ma famille. J’ai passé mon enfance sur la tombe d’un cadavre.

- C’est pas cool t’as raison. Alors tu n’iras pas habiter avec elle quand la maison sera finie ?

- Jamais je ne remettrai les pieds dans cette piaule maudite.

- Alors tu vas encore habiter chez les Solis ?

- En attendant de trouver mieux.

- On se marre bien chez eux, pas vrai ?

- Ça dépend, j’ai le souvenir d’une matinée où Andrew m’a découvert au pieu avec Xiao Mei pour couvrir les infidélités de ton père….

- Evidemment ça ce n’est pas un bon exemple… Tu sais ce qu’on va faire ? On va installer un studio dans la cave comme ça toi et Lenou vous pourrez répéter avec votre groupe et on pourra inviter tous nos mais….

- Ça c’est une idée qui me plait Tiz’ ! En attendant, on va se le boire ce verre chez Lolo ?
....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 22:01

...............................


Fred Benson était tranquillement installé sur le canapé dans le salon de Brian Petterson, son ordinateur posé sur la petite table devant lui, il s’apprêtait à visionner furtivement le film que lui avait porté Gabrielle Solis tout en sirotant un cocktail alcoolisé. Son ami n’avait pas le moral, il se tenait devant la fenêtre à regarder dans le vide, plongé dans de sombres pensées.


- Alors tu me dis qu’elle est revenue sur sa décision ? l’interrogea Fred pour faire la conversation alors que le film débutait sur l’écran.

- Oui à cause de son petit merdeux de frère…

- Je comprends que tu sois aigri mais Corentin lui a fait vivre l’enfer. Il faut se mettre à sa place, il souhaite protéger sa sœur…

- Saraluna l’écoutera toujours, son avis est plus important que le mien. Je l’ai perdue cette fois, c’est définitif, se désola Brian. Ce petit con nous mettra toujours des bâtons dans les roues.

- Il te reste pourtant une solution pour la reconquérir…

- Ah oui ? Non je crois que c’est perdu.

- Tu ne vas tout de même pas t’avouer vaincu aussi facilement.

- Elle idolâtre son frère… c’est perdu je te dis…

- Alors il ne te reste plus qu’à gagner la confiance de son frère.

- Comment ?

- Ça j’en sais rien. A toi de te débrouiller mais quand tu auras prouver à Tiziano que sa sœur n’a rien à craindre avec toi, que tu ne veux que son bonheur, la voie sera libre. Rapproche-toi de Tiziano, tu as tout à y gagner.

- Pas facile de gagner sa confiance.

- Rien n’est jamais facile dans la vie Brian. Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut. Si tu aimes vraiment Saraluna, tu feras le nécessaire pour résoudre le problème.

- Il ne veut même pas me parler.

- Arrête de te plaindre et bats-toi. Il ne va pas te manger tout de même. Si tu sais t’y prendre tu deviendras ami avec lui et il acceptera que tu épouses sa sœur.

Sur l’écran le film des ébats de Carlos et Xiao Mei dans la baignoire venait de s’achever. Fred allait couper l’ordinateur quand un autre film débuta. Curieux, il s’approcha de l’écran et scruta la jeune fille qui venait de pénétrer dans la salle de bains. Il connaissait cette jeune fille, il l’avait déjà rencontrée dans le quartier…

- Putain ! On ne s’ennuie pas chez les Solis. Ils n’arrêtent donc jamais… murmura Fred.

- Quoi ? Qu’est ce que tu dis ? demanda Brian soudain sorti de ses pensées.

- Le juge va se régaler au tribunal avec ces images… Elle est bien roulée cette gonzesse…. Mais dis-moi Brian, il ne s’agit pas de la petite copine de Tiziano ?

Brian observa l’écran avec attention.

- Oh mon Dieu ! s’écria Brian. C’est Imanita. Qu’est ce que c’est que ce film ? Où as-tu eu ces images ? Arrête ça tout de suite. C’est horrible…

- Bah attends, elle est plutôt mignonne…

- Ce n’est pas ce que je voulais dire.

- En tout cas tu détiens des images qui te permettront de contrer Tiziano… Ça c’est une bonne nouvelle. Si tu le menaces de montrer ces images à Saraluna, il ne pourra plus s’opposer à votre mariage.

- Tu es fou ! Jamais j’oserai montrer ça à Saraluna. C’est un moyen de chantage odieux

- C’est toi qui vois. Mais si tu changes d’avis je tiens ces images à ta disposition…



Le baralolo était assez calme en cette fin d’après midi… Yukinari et Tiziano s’installèrent à une table, Loïc discutait avec des clients. Quand il aperçut les deux acolytes, il les rejoignit.

- Bonjour les loulous ça va ?

- Salut lolo, j’ai connu mieux mais ça va… dit Yukinari.

- Des soucis mon Yuki ?

- Rien de très grave.

- Une journée de merde quoi, conclut Tiziano. Tu nous sers à boire ?

- Si tu me suis dans la chambre là haut, proposa Loïc, je pense pouvoir de remonter le moral mon Yuki.

- Et le bar ?

- Tiz’ ? Tu veux bien t’occuper du bar pendant que je remonte le moral à Yuki ? demanda Loïc.

- Pas de problème tu peux compter sur moi.

- Alors ça marche, tu viens Yuki ?

Yukinari observa Tiziano partir derrière le bar en se demandant si c’était une bonne idée de le laisser aux commandes. Mais bon, d’un autre côté il avait envie de suivre Loïc dans ses appartements privés pour une séance d’intimité comme il les aimait… Tout en montant l’escalier à la suite de Loïc, il ne put cependant s’empêcher de le mettre en garde…

- Tu es sûr de vouloir confier le bar un moment à Tiz’ ?

- Bah oui. Pourquoi ? Il est pas plus con qu’un autre… faut pas vraiment avoir fait de grandes études pour tenir un bar tu sais mon Yuki…

- Non je disais ça juste parce que Tiz’ est capable du meilleur comme du pire… Y’a rarement de juste milieu avec lui.

- Alors je prends le risque en me disant qu’aujourd’hui est mon jour de chance, il saura se débrouiller et je vais passer du bon temps avec toi… Tu vois c’est mon jour de chance.

Yukinari sourit, en pensant que tout d’un coup cette journée prenait une meilleure tournure et que finalement elle ne serait peut-être pas aussi pourrie que ça.

- Mets toi à l’aise, dit Loïc. Installe-toi sur le lit.

Yukinari s’assit sur le matelas, pendant que Loïc ferma les volets, alluma une lampe de chevet et une bougie pour l’ambiance.

- Mets-toi à l’aise mon Yuki… Enlève ta chemise.

- Du calme Loïc, on a le temps…

- Je te connais mon Yuki, tu préfères que ce soit moi qui te l’arrache, pas vrai ?

- J’avoue que… j’aimerais voir ça, oui, répondit Yukinari avec un sourire coquin qui en disait long…

Loïc s’installa sur lit à côté de lui, commença par l’embrasser puis il déboutonna la chemise, bouton après bouton, en déposant des petits baisers sur son torse. Puis, soudain, intrigué, il s’écarta, contempla la peau de Yuki.

- C’est quoi ces traces sur ton torse ? On dirait des brûlures…

- Laisse tomber, c’est rien. Continue plutôt ce que tu as commencé... je commençais juste à m’exciter…

- Attends une minute ! C’est Corentin qui t’a fait ces brûlures quand il essayait de te torturer ?

- Qu’est ce que tu me fais là Loïc ? Oublie ça tu veux, Corentin c’est le passé.

- Comment pourrais je oublier que mon petit ami est un tortionnaire qui brûle ses victimes avec des bougies ? Mon pauvre Yuki.

- Oui bon je vais bien, je m’en suis sorti. Grâce à Ima et Tiz’, nous avons réussi à le maîtriser.

- Tu ne comprends pas Yuki… Comment j’ai pu aimer un tortionnaire, un assassin ?

- Tu ne savais pas, répliqua Yukinari en pensant que pour l’ambiance c’était fichu.

- Oui mais le problème c’est que j’aimerais comprendre comment il en est arrivé là. Il refuse mes visites au parloir. J’ai tellement besoin de lui parler, de comprendre.

- T’es encore amoureux de lui ?

- Je ne sais pas, je pense encore à lui…

- Et moi je sers juste à assouvir tes besoins sexuels, c’est ça ?

- Yuki…

- Je sers de bouche trou.

- Nous sommes dans la même situation. Si Andrew venait sonner à ta porte tu te précipiterais dans ses bras, non ? Donc moi aussi je te sers de « bouche trou » comme tu dis.

- Avec Andrew c’est pas pareil, les choses ne sont pas claires, il y a eu tant de tension entre lui et moi… et aussi de quiproquos mais en, ce qui te concerne c’est clair : Corentin est un dangereux assassin, il va passer des dizaines d’années en prison, tu dois tourner la page, te changer les idées et refaire ta vie Loïc.

- Je dois d’abord comprendre… mais c’est quoi tout ce boucan en bas ?

- Je ne sais pas, ça vient du bar, dit Yuki en reboutonnant sa chemise.

- Il vaut mieux que j’aille voir…

- Oui.

- Je suis désolé Yuki.
Ça ne fait rien… c’est une journée pourrie, j’ai l’habitude...

...................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 22:02

...........................


Quelques minutes auparavant au baralolo……



Tiziano était en train de passer une lavette humide sur le bar pour effacer les traces de verre. Il trouvait que ça faisait vachement barman de nettoyer le comptoir… puis les clients commencèrent à arriver. Ce fut d’abord Lamita et sa cousine.

- Tiz’ ? Mais que fais-tu derrière le bar ? Où est lolo ? demanda Lamita.

- Salut les filles ! Euh je remplace Loïc…

Il s’approcha de la jeune fille pour lui chuchoter à l’oreille : « Il est monté à l’étage avec Yuki pour jouer au scrabble ! ».

- Ah je vois ! Ce sont deux sacrés lascars !!! Et il t’a confié son bar ?

- Bah oui pourquoi ?

- Non rien.

- Qu’est ce que vous buvez ?

- Moi un coca cola, commanda Sabrina.

- Et moi…. Que vais-je prendre ?.... Une petite douceur…. Sers-moi un bon chocolat chaud. J’aime quand tu me fais de petites douceurs Tiz’ !

- Ho comment t’es chaude Lamita !!! s’écria Tiziano. Alors un coca… Où il range ses coca Loïc… Dans le frigo !!! Bingo ! Un verre et voilà pour Sabrina. Alors un chocolat chaud… Putain comment elle fonctionne cette machine ?

- Alors ça vient ? insista Lamita. Le service est un peu long.

- Oui bah sois compréhensive, je débute moi… tu préfères pas un truc plus simple genre coca ou jus de fruits Lamita mia ?

- Franchement, c’est quoi ce bar où on ne peut même pas commander ce qu’on veut.

- Allez sois cool.

- C’est bon sers-moi un coca… c’est pas demain que tu seras un vrai barman mon pauvre Tiz’.

- Ho j’ai une cliente… oh la ! C’est Gaëtane installée en salle. Le devoir m’appelle les filles.

Tiziano s’empara d’un plateau vide et se dirigea vers la table de Gaëtane sous le regard amusé des deux cousines.

- Bonsoir. Qu’est ce que je vous sers ?

La jeune fille leva les yeux sur lui.

- On s’est déjà rencontrés ? dit-elle.

- Oui avec mes amis on vous a aidée à porter vos cartons pour votre emménagement dans le quartier.

- Ah oui je me souviens à présent. Déménageur… Barman… vous cumulez les boulots.

- Non en vérité, je ne suis pas ni déménageur ni barman… disons que j’aime bien rendre service.

- Surtout lorsqu’il s’agit d’une jolie fille, murmura Lamita à l’oreille de Sabrina qui faillit s’étrangler de rire en buvant son coca.

- Là je rends service à un pote qui tient ce bar, reprit Tiziano.

- C’est très gentil à vous, dit Gaëtane.

- Que voulez-vous boire ?

- Euh je ne sais pas…. Un ice tea…

- Un thé glacé ! répéta-t-il en français avec un accent horrible. Je vous l’apporte de suite.

Il retourna derrière le bar quand Imanita fit son apparition dans l’établissement. D’un seul coup, d’œil la jeune journaliste analysa la situation : Tiziano qui roulait des épaules en se prenant pour un barman à la hauteur, et Lamita qui bavait sur lui en le matant sans cesse, alors que lui se pressait pour servir Gaëtane qu’il matait quand elle prenait son bain. Bref une situation pitoyable mais comme Lamita l’énervait depuis quelques temps, elle décida d’y mettre son grain de sel…

- Bonsoir la compagnie, s’écria-t-elle. Alors Catalano ? C’est toi qui tiens le bar ? Combien de verres as-tu cassé déjà ?

- Ho tu le lâches un peu, lui recommanda Lamita l’air mauvais.

- Oh regardez comme c’est mignon, elle défend son petit Tizou chéri.

- T’en as pas marre de l’emmerder comme ça ? Tu n’as pas un article à écrire au journal.

- J’ai le droit de venir me désaltérer comme tout le monde. Ce n’est pas toi qui fais la loi. Alors Catalano, qu’est qui lui a pris à Loïc de te confier son bar ?

- Il voulait passer du bon temps avec Yuki.

- Oh c’est cro mignon ça, tu as accepté la sale besogne pour leur permettre de batifoler en paix.

D’autres clients inconnus mais qui semblaient connaître les lieux passèrent devant le bar en commandant : « un panaché et une téquilla sunrise ! On s’installe en terrasse merci. »

- Une tequila comment ? répéta Tiziano ce qui provoqua l’hilarité des filles.

- Une tequila sunrise, répéta Imanita comme si elle s’y connaissait, histoire de le ridiculiser davantage

- Comment je fais ce truc là moi ?

- Demande leur si ils ne préfèrent pas plutôt des cocas, se moqua Lamita.

- T’arrêtes de l’embêter, lui conseilla Imanita.

- Ma pauvre fille, je le charrie moins que toi. Tu passes ton temps à le ridiculiser.

- Et toi tu passes ton temps à bader sur lui….

- Alors ça te gêne ? Arrête de me chauffer tu veux.

- Te chauffer ? Laisse moi rire, tu as plutôt le feu aux fesses ma pauvre fille.

- Tu es stupide. Tiziano est à moi alors tu n’y touches pas.

- Rooooooohhhhhhh elle monte sur ses grands chevaux. Rafraîchis moi la mémoire tu as souvent jouer au scrabble avec Tiziano ?

- Ça ne te regarde pas.

- Oui je suis bête, tu n’as jamais joué au scrabble avec lui, au mieux tu as tiré quelques lettres, mais rien de plus…

- Parce que toi oui peut-être ?

- Moi je ne dis pas que « Tiziano est à moi ».

- Il ne sera jamais à toi, lança Lamita dont les yeux crachaient des flammes.

- De toutes façons il n’appartient à personne.

- Putain comment ça s’arrête ce truc ? demanda Tiziano affolé devant le robinet du tonneau de bière qui coulait sur le comptoir, la chope ayant débordé….

Mais aucune des filles ne prêtaient attention à ses soucis, la tension entre elles était trop forte.

- Vous passez toi et ton idiote de cousine votre temps à bader les mecs mais aucun d’eux ne s’intéresse à vous, reprit Imanita.

- Vas cracher ton venin ailleurs.

- D’abord Florian, puis Mike Delfino, Tiziano, Gaël… vos pseudos conquêtes… laissez moi rire.

- Tu n’es qu’une garce Imanita Salama.

- Et toi une grue !

La rage envahit Lamita qui jeta son verre de coca à la figure d’Imanita.

- Voilà de quoi te rafraîchir les idées… journaliste de merde.

Imanita suffoqua un moment, le liquide pétillant lui picota les yeux.

- T’es dingue Lamita ! s’écria Tiziano. Jeter ton coca au visage d’Ima ? Elle va pas laisser passer ça.

En effet, ayant recouvré rapidement ses esprits, Imanita se jeta sur Lamita qui était assise sur un tabouret au bar. Dans leur chute le tabouret bascula, les deux jeunes filles roulèrent sur le sol, renversant au passage une chaise et une table. Imanita plaqua son adversaire au sol, monta à califourchon sur elle et la gifla plusieurs fois tandis que Lamita lui tirait les cheveux en hurlant.

- Alors on va bientôt nous servir la tequila et le panaché, exigea l’inconnu.

- Tiz’, fais quelque chose, elles sont déchaînées, demanda Sabrina…

- J’ai des clients à servir moi, fit Tiziano tandis que la bière continuait de se déverser sur le bar pour le plus grand plaisir de Lenou qui venait d’arriver.

- Tiz’, reprit Sabrina. Elles se battent pour toi… Sépare les de suite.

- Je ne peux pas tout gérer… qu’elles se débrouillent. Je suis barman pas arbitre de catch féminin… Oh j’ai oublié l’ice tea de Gaëtane.

Il prépara sur un plateau la boisson et un joli verre qu’il porta à la table de Gaëtane.

- Excusez-moi pour le retard mais y a pas mal de boulot ce soir, dit-il en posant le verre sur la table.

- C’est toujours agité comme ça ici ?

- Non c’est exceptionnel…

C’est à ce moment précis que Loïc, attiré par le bruit fit sa réapparition. Il constata rapidement que ce n’était vraiment pas son jour de chance. Quand Yukinari arriva à son tour, il leva les yeux au ciel d’un air désolé, c’était encore pire que tout ce qu’il avait imaginé… il vit Imanita en train de pratiquer sa prise de karaté préférée à l’encontre de Lamita déjà au sol, avec Sabrina qui tentait de les séparer, Lenou en train de remplir des chopes avec la bière qui coulait à flot, elle avait déjà descendu deux ou trois chopes, des clients menaçaient de ne plus mettre les pieds au bar s’ils n’étaient pas servis de suite, et pendant ce temps Tiziano était en train de draguer tranquillement Gaëtane au milieu de cet extraordinaire pugilat. Loïc se précipita pour séparer les deux catcheuses, il empoigna Imanita qui se débattait comme une démente, il conseilla à Sabrina de ramener sa cousine chez elle, une fois Imanita un peu calmée mais il ne fallait pas grand-chose pour qu’elle en débatte encore avec Lamita, il coupa l’arrivée de bière, priva Lenou de chopes de bière et lui demanda de ramener Imanita chez elle. Une fois le calme revenu, il prépara le panaché et la tequila sunrise. Tiziano s’approcha, et dit :

- C’est bon Loïc, je gère !

Loïc lui jeta un regard menaçant mais s’abstint de répondre pour ne pas se montrer désagréable. Après tout s’il avait écouté Yukinari il ne lui aurait pas confié le bar, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui. Effrayée par tout ce pugilat, Gaëtane avait quitté le bar.

- Tu veux que je porte le tequila machin et le panaché, proposa gentiment Tiziano.
La tequila sunrise, le reprit Loïc. C’est bon je vais me débrouiller tu en as fait assez pour ce soir, j’aimerais que tu rentres chez toi avec Yuki…

......................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 22:02

..................................


A l’extérieur sur le chemin du retour, Yukinari se sentait vidé.


- J’n’ai pas trop assuré, constata Tiziano qui marchait à ses côtés.

- J’ai rarement vu une telle pagaille dans un bar, t’es très fort Tiz’ et Ima aussi d’ailleurs. Vous ne laissez jamais une minute de répit vous deux. Vous êtes à fond en permanence…

- Je suis désolé Yuki… A cause de mes conneries, vous avez dû écourter votre partie de scrabble…

- Non on avait fini…

- Putain t’es vachement rapide au lit !

- Tiz’ ! le gronda Yukinari en lui faisant de gros yeux désapprobateurs. Il ne s’est rien passé… à cause de Corentin.

- Corentin ? Il est en taule…

- Loïc est encore amoureux de Corentin.

- Il a essayé de te torturer Yuki. Il est pas clair lolo sur ce coup là.

- Tiziano, je souhaiterais te parler, fit une voix derrière eux.

Ils se retournèrent et se retrouvèrent face à Brian Petterson.

- Je n’ai rien à vous dire, fit Tiziano avant de reprendre sa route mais Brian le retint par le bras.

- Tu vas quand même m’écouter.

- Bon je te laisse, je rentre, fit Yuki. Ça va aller ?

- Oui c’est bon, je n’ai pas peur de ce type. On se voit plus tard, dit Tiziano alors que Yuki s’éloigner.

- Je vous écoute.

- Voilà j’ai en ma possession un petit film et tu n’aimerais pas que je le montre à Saraluna.

- Un film ? C’est quoi cette embrouille ?

- Un joli film que tu as tourné à l’insu du personnage que l’on voit…

- Je ne tourne pas de film moi…

- Tu mates ta petite amie dans la baignoire avec une caméra… je ne pense pas que ta sœur soit heureuse d’apprendre à quoi tu passes ton temps… fit Brian sûr de lui.

- Vous ne pouvez pas avoir ce film…

- Si… je l’ai… sinon comment pourrais je le savoir ?

- Vous avez fouillé dans mes affaires ?

- Non ta belle mère l’a gentiment porté à son avocat pour qu’il puisse utiliser le film des ébats de Carlos Solis dans le cadre du divorce de Gabrielle. Et à la suite de ce film, on découvre ta charmante Imanita en train de prendre son bain…

- Putain, Yuki m’avait dit qu’il l’avait effacé… dit Tiziano contrarié. Vous êtes dingue.

- Alors si tu ne veux pas que ce film tombe entre les mains de ta sœur je te conseille d’arrêter de la dissuader de se marier avec moi…

- Je me trompe ou vous vous croyez plus fort que moi ?

- Oui là je te tiens mon petit alors tu m’obéis ou …

- Je n’aime pas les menaces Petterson. Vous avez tort de vous entêter… Le chantage ça ne fonctionne pas avec moi…

- Je crois que si au contraire…

- Croyez-vous que ma sœur serait ravie d’apprendre qu’il y a quelques années, vous avez eu une aventure avec l’avocat qui loge chez vous ?

Brian en eut le souffle coupé.

- Comment… comment as-tu appris cette histoire ? l’interrogea-t-il soudain moins sûr de lui, déstabilisé et contrarié.

- Mon autre sœur Saylà, elle a des oreilles partout. Elle est mon associée dans le but d’anéantir votre projet de mariage avec Saraluna. D’ailleurs, j’y pense, étant donnée que vous hébergez maître Benson, on se demande avec Saylà si cette aventure est vraiment finie… ça ne doit pas être facile de s’abstenir sachant qu’il dort sous votre toit peut-être même dans votre lit. J’imagine la réaction de Saraluna quand elle apprendra ça. Et vous comment croyez-vous qu’elle réagira ?

- T’es vraiment qu’un sale petit con, éructa Brian.

- Alors un conseil, si vous ne tenez pas à ce que cette histoire s’ébruite, oubliez le film et restez éloigné de Saraluna. Sinon, Sayla et moi on va vous pourrir la vie. Passez une bonne soirée monsieur Petterson….



Le mariage…. Un drôle d’institution incontournable pour sceller un amour entre deux personnes. C’est parfois sans compter contre des éléments extérieurs qui viennent contrarier les projets des époux. On ne sait jamais si le conjoint ne nous cache pas quelques secrets, ou quelques erreurs du passé. … Et une fois le doute inscrit dans l’esprit, il est difficile de faire confiance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Imanita



█ . EMPLOI/LOISIRS : Journaliste de renom
█ . VOISINS : Van de Kamp
█ . HUMEUR DU MOMENT : Dare to Dair !!
█ . RAGOTS : 364
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Dim 28 Oct - 22:50

Eh ben ca pour un episode!!!

En tant que representante officielle de tous les fans de DH à travers le monde, je suis contente de dire à quel point il est bon de retrouver un bon episode apres le malheureux incident de la semaine derniere -_-

Entre vices cachés, manipulations, mariages et cameras qui font le bonheur de tous, je sens qu'on va pas s'ennuyer pour la suite!!! Sans parler bien evidemment de ma reputation de chiffoniere qui est maintenant faite dans le quartier -_- Precisons tout de meme que je ne suis pas du genre à me battre pour un garçon, alors pour Catalano, n'exagerons rien... Regard Noir

Et surtout (chose qu'on apprecie tous à Wisteria Lane) les chantages qui fusent de part et d'autre... Malin

Merci pour l'episode, et un enorme chapeau!! Pondre un tel chef-d'oeuvre en une semaine, c'est pas donné à tous!!! Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
fred



█ . RAGOTS : 44
█ . DATE D'ARRIVEE : 19/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Lun 29 Oct - 10:09

WAOUHHHHH !!!!!!!! Quelle bonne matinée passée en compagnie des héros de Wisteria Lane Smile !!!!!!! Un épisode enfin digne de ce nom :dance: Avec tous les ingrédients nécessaires pour l'intrigue. Tout ça est BRILLANT bien BRILLANT Bravo . Où vont nous mener tous ces chantages, ces menaces et ces rebondissements !!!!!! Plein de questions se posent maintenant un peu comme dans les feux de l'amurrrrrrrrr (non je rigole Géné ). Les nouveaux personnages prennent leur place petit à petit et en plus voir des filles se battre pour un mec rien de tel pour vous mettre de bonne humeur Extase . Bravo chef !!!! Je suis IMPRESSIONNE :lol: :lol: :lol: :D :D :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Imanita



█ . EMPLOI/LOISIRS : Journaliste de renom
█ . VOISINS : Van de Kamp
█ . HUMEUR DU MOMENT : Dare to Dair !!
█ . RAGOTS : 364
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Lun 29 Oct - 13:01

Je viens de relire (decidement c'est excellent -_-) et je tenais absolument à mettre un nouveau post rien que pour saluer la scene avec mon mignon et moi en train de mater Pierre, franchement, c 'est trop fort, tu es un genie Catalano Héhé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
saraluna



█ . AGE : 49
█ . RAGOTS : 19
█ . DATE D'ARRIVEE : 22/09/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Jeu 8 Nov - 14:53

OUF ! j' ai eu peur...
je ne suis pas contre le fais de ne pas me marrier avec Brian, après tout, son ami fred a l'air de quelqu'un de plutôt fréquentable... nan ?Malin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.floga.fr
avatar
fred



█ . RAGOTS : 44
█ . DATE D'ARRIVEE : 19/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Jeu 8 Nov - 18:33

bah oui quand même Choqué Choqué Choqué Choqué Choqué il est fréquentable...... enfin jusqu'à présent parce je me dis que notre Yuki, notre Tizou et peut-être notre Ima vont trouver quelque chose Smile 2 Smile 2 Smile 2 Smile 2 Et puis l'histoire patterson-sara ça dure depuis longtemps, faut pas oublier que c'est la femme qu'il aime donc faut qu'il y ait mariage :dance: :dance: :dance: Smile Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Brian



█ . RAGOTS : 121
█ . DATE D'ARRIVEE : 10/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Ven 9 Nov - 22:56

3 jours pour lire et savourer cet épisode :geek: !!! Bah oui on arrête pas de venir me parler, tssss !!! et 4 jours pour digérer Pouce . On l’arrête plus le Tizou, il nous fait des épisodes à rallonge. Alors que dire après ce petit bijou très bien écrit ; coup d’œil incisif , crêpage de chignon, perversité et chantage en tout genre :twisted: , je crains que Pierre et Gaétane prennent peur devant les pathologies de nos protagonistes préférés, ont est pas sur la voie de la guérison. Yuki remet un peu d’ordre dans tout ça Supplie !!!! Aucun commentaire sur ce mariage Sara, on nous jalouse……. In love

Bravo encore…..au fait comment tu sais que je mange des biscottes.. Géné1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sayla



█ . AGE : 33
█ . EMPLOI/LOISIRS : Floga
█ . RAGOTS : 120
█ . DATE D'ARRIVEE : 22/08/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Jeu 15 Nov - 22:09

J'arrive super à la bourre pour découvrir ce Géniallissime épisode !

Evidemment j'ai particulièrement aimé la scène de mon réveil aux côtés de Gaël...In love

J'ai ri durant la scènes Yuki/Ima mattant Pierre ainsi que lors de la scène de la dispute dans le bar, drôlissimes !!! :lol: Emue lors des scènes entre Saraluna et Brian, et quelle tension entre Tiz et Brian...


Et ce Pierre m'a l'air bien mystérieux, hâte de connaître la suite.;)

PS : Ces célébrités en entête du nouveaux design m'intriguent... (en plus pour certains je reconnais même pas l'acteur ou chanteur Géné )
ça fait un peu none la robe de sarah jessica parker, et elle fait triste sur cette photo, je mise sur Saraluna :P Et il me semble reconnaître le chanteur Tiziano ... :idea:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Ven 16 Nov - 13:25

Bravo Tiz' me disait justement hier que vous serez nombreux à reconnaitre Sara, c'est si simple que ça? xD

Je vais aller faire un récapitulatif du nom des célébrités ainsi que des personnages associés ça sera plus simple
Merci

Ps : Brian, vire moi ta f*ck*ng signature ou redimensionne là avant que je me fâche merci
Regard Noir Pouce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
saraluna



█ . AGE : 49
█ . RAGOTS : 19
█ . DATE D'ARRIVEE : 22/09/2007

MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   Sam 17 Nov - 14:39

Euh, j'ai reconnu gael ?
c'est bien ???:geek:
sinon le blondinet au regard inquietant serait-il corentin ? Loic ?:afro:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.floga.fr

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 3.03- Do you want to marry me?   

Revenir en haut Aller en bas
 

3.03- Do you want to marry me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: F&M :: Les épisodes :: 
Saison 3
-
News Box !
█ . EPISODE 5.01 EN PREPARATION

...%

█ . BACK FROM THE TRIP,
Par I.


█ . IMANITA - APRES L'AVORTEMENT.


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit