AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2-18 - In Bed With....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 17:46





Après l’éboulement, le calme contrastait par rapport au fracas des minutes qui avaient précédé ce court instant de plénitude. Dans la cave quelques gravas finissaient de tomber, la poussière s’estompait peu à peu, faisant place à un silence de mort. Le temps semblait figé alors qu’à l’extérieur les secours s’organisaient.

Au bout de quelques minutes, la voix de Tiziano se fit entendre :

- Ho ! Yuki tu m’écrases ! rouspéta-t-il.

- Je te signale que je me suis jeté sur toi pour éviter que la grosse poutre ne s’écrase sur toi, répliqua Yukinari, allongé sur son ami qui était face contre sol.

- Putain tu parais gringalé avec ton poids plume, je ne pensais pas que tu étais si lourd en réalité.

- Oui bah moi aussi je suis écrasé car figure-toi, au dessus de moi il y a tout le poids de la maison qui s’est écroulée…

- Dégage-toi !

- Mais je ne peux pas je suis coincé…

- C’est pas possible, la maison ne peut pas s’être écroulée.

- Pourtant je te jure que si, j’ai une tonne de gravas sur mon dos… j’ai l’impression d’être compressée comme une sardine.

- Fais un effort, lève-toi, tu m’écrases…

- T’es con ou tu le fais exprès ? Je te répète que moi aussi je suis coincé…

- Je comprends pas ce qui s’est passé… dit Tiziano en grimaçant.

- La maison s’est écroulée, c’est simple, mais toi tu n’as rien vu, tu étais obsédé par la tâche de sang…

- Imanita ! Où est Ima ? Ce connard l’a blessée…

- N’Ima tu es là ? s’inquiéta Yukinari.

- Enfin, vous vous souvenez que j’existe, ça fait plaisir ! s’écria la jeune fille.

- Tu es blessée Ima ? demanda Tiziano.

- Non… je ne cois pas, cet imbécile s’est tiré dessus tout seul !

- Il est mort ?

- Non, nous n’aurons pas cette chance ! Il est allongé sur moi, je sens son souffle répugnant dans mon cou… Il me donne envie de vomir.

- Tu peux bouger n’Ima ?

- Non, je suis coincée moi aussi par cet abruti… Je sens son sang chaud et gluant s’écouler sur moi….

- Pousse-le Ima, débarrasse toi de lui, il faut que tu viennes nous tirer de là… Je suis complètement écrasé…

- Rooooh pauvre petit Catalano qui a besoin de n’Ima pour le délivrer !

- C’est pas drôle…

- Non tu es plus pitoyable que drôle comme toujours…

- Vous n’allez pas recommencer à vous disputer vous deux, les gronda Yukinari. Ce n’est ni le lieu ni le moment…

- C’est elle qui veut toujours faire son intéressante, se défendit Tiziano.

- Le principal c’est que nous soyons vivants tous les trois, non ? dit Yukinari.

- Oui tu as raison mon mignon. Mais je ne peux pas bouger, il y a un gros pan de mur qui m’empêche de remuer.

- Les secours vont intervenir… dit Yukinari. Alors comme ça Corentin vous a demandé de me tuer… Sympa de m’avoir tenu au courant…

- Ne nous en veux pas mon mignon, nous ne savions pas comment te présenter les choses et puis nous n’imaginions pas que Corentin allait nous devancer. Mais nous possédons la preuve qu’il a assassiné Logan.

- Bien joué… !

- Oui je sais… d’ailleurs je dois dire que sur ce coup là Tiz’ n’a pas beaucoup participé…

- J’étais vachement soulagé quand je vous ai vus arriver, je croyais vraiment que ce malade allait me trucider.

- Oui maintenant nous savons combien il a souffert de la mort de sa mère, dit Imanita, au point de ruminer une vengeance obsessionnelle, maladive.

- Oui c’est dommage, reprit Yukinari. Je pense à Loïc, il sera très triste…

- Et toi mon mignon, tu te rends compte, à quel point tes parents et ton frangin sont impliqués dans ce meurtre ?

- C’est dingue, j’ai encore du mal à réaliser. J’ai vécu toutes ces années auprès d’eux sans m’apercevoir de rien… Je suis écoeuré, j’ai peur de les affronter.

- Nous serons là pour te soutenir, pas vrai Catalano ?

- ….

- Tiz’ ? Tout va bien ? demanda-t-elle.

- C’est gentil de t’inquiéter de mon sort…

- Je ne m’inquiète pas de ton sort, rassure-toi. Disons que c’est plutôt étonnant de ne pas t’entendre te plaindre pour une fois… je ne suis pas habituée…

- On voit que c’est pas toi qui supportes Yuki sur ton dos…

- Je te signale que moi je suis coincée par Corentin… A choisir je préfèrerai Yuki tu vois… Alors ne te plains pas.

- Tiz’ ? Ho Tiz’ ? ça ne va pas ? demanda Yukinari.

- Laisse le mon mignon, il fait son cinéma… Il joue les machos mais dés qu’il a un petit bobo, il se met à pleurer comme un bébé.

- Non rigole pas n’Ima, il va vraiment mal… je te jure. Tiz’ ? T’endors pas, reste avec nous…

- Catalano, parle nous… reprit Imanita. Balance-moi un truc bien méchant…

- …..

- Tiz’, je t’en prie dis quelque chose, insista-t-elle. Yuki, tapote lui les joues, il ne doit pas s’endormir.

- Je t’assure, N’Ima, on est écrasés par un poids considérable, j’ai du mal à respirer moi aussi, et Tiz’ est complètement écrasé… Il y a de la suie partout, on est dans une espèce de bulle d’air mais la poussière nous empêche de respirer…

Yukinari se mit à tousser si fort qu’Imanita crut qu’il allait s’arracher les bronches.

- Bon sang les garçons… n’abandonnez pas… Yuki ?

- Ça va … je supporte.

- Tiz’ ?

-

- Mais que fait-il ? Pourquoi il ne me répond pas ? demanda-t-elle soudain inquiète.

Parle-moi… …. Je t’en prie….

-

- Je crois qu’il est en train de perdre connaissance, dit Yukinari. Tiz’, c’est pas le moment de lâcher.

- ….

- Arrête c’est pas drôle Tiz’…

Elle tenta de repousser Corentin, de se dégager avec l’attention d’aller au secours de Tiziano. Mais malheureusement, il lui était impossible de se dégager totalement.

- Non, je t’en supplie n’abandonne pas. Je te signale petit salaud de Corentin, si Tiz’ ne s’en tire pas, je te tuerai de mes propres mains… Il faut que j’arrive à me délivrer…. Je dois aller l’aider… Tiz’ ?

-

- C’est bon Tiz’, on arrête, conclut Yukinari. Elle s’affole trop.

- Alors là j’y crois pas… Tu as vraiment cru que tu allais te débarrasser de moi comme ça, Ima ? demanda Tiziano un sourire victorieux aux lèvres.

- Tu as joué la comédie ?

- Seulement un peu, je te jure que je suis vraiment dans une position inconfortable, écrasé par Yuki…

- Et toi mon mignon tu es entré dans son jeu stupide?

- Ne m’en veux pas n’Ima, c’était juste pour rire…

- Mais bien sûr, c’est l’endroit idéal pour faire des blagues, continuez les garçons, on se marre, je suis super bien installée en dessous d’un psychopathe blessé qui voulait nous tuer… vraiment en parfaite condition pour me détendre et me plier de rire avec vous… Vous êtes vraiment des malades.

- N’empêche tu y as cru Ima, renchérit Tiziano, triomphant.

- Tu parles, j’ai jamais cru en la chance d’être enfin débarrassée de toi Catalano.

- Humm tu t’inquiétais pour lui quand même… insista Yukinari.

- Oui j’ai un cœur moi qu’est ce que tu crois… Je ne vais pas laisser quelqu’un mourir à côté de moi sans l’aider même si c’est un imbécile hors norme. Vous allez me le payer tous les deux.

- Tu es trop drôle ma pauvre Ima quand tu perds… dit Tiziano.

- Je ne vois pas où j’ai perdu ? Toi par contre Catalano tu as perdu le peu d’estime que j’avais pour toi… Malgré tout, je pensais que tu possédais un soupçon d’intelligence mais tu viens de me prouver que tu en étais totalement dépourvu…

- Tu ne renonces jamais même quand tu es au fond du gouffre. Accepte la défaite…

- Tu es d’un pathétique Catalano.

- Quand même on s’est bien défendu contre Corentin, commenta Yukinari. Merci à vous deux.

- C’est vrai tu as bien maîtrisé ta prise de karaté Ima ! s’écria Tiziano.

Tous les trois éclatèrent de rire.

- Vous êtes bêtes tous les deux, dit-elle en riant de bon cœur.

- « Non, je t’en supplie n’abandonne pas », dit Tiziano en imitant la jeune fille affolée…

C’était la première fois que les sauveteurs entendaient des victimes rire aux éclats en attendant d’être secourues….



..............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:34

.......................................


Le hall d’accueil de l’hôpital de Fairview était en ébullition. Quelques heures auparavant, trois ambulances avaient amené le blessé et ses trois ex prisonniers. Corentin fut emmené aux urgences pour subir une opération chirurgicale qui consistait à retirer la balle qu’il s’était lui-même tiré dans l’abdomen par inadvertance. Par chance la balle n’avait touché aucun organe vital. Les trois autres ont subi un examen médical complet pour s’assurer que tout allait bien. D’ailleurs quand les pompiers les avaient sortis de la cave, tout le monde avait été rassuré en les voyant se taquiner avec complicité comme si de rien était…

Imanita était entourée par sa mère, qui par déformation professionnelle vérifia de suite si sa fille n’était pas psychologiquement atteinte par cette prise d’otages. Florian lui tenait compagnie également, puis elle téléphona à son père au Maroc pour lui raconter l’aventure qu’elle venait de vivre et le rassurer sur son sort. Elle lui confirma qu’elle viendrait passer les vacances toutes proches chez lui au Maroc. Plus loin, Yukinari trouvait du réconfort auprès d’Andrew et de Bree Van de Kamp. Andrew ne se sentait pas très à l’aise avec sa mère à leurs côtés, elle se montrait de nouveau assez froide et réticente par rapport à la relation qui unissait son fils à Yukinari. Mais au fond, Andrew se moquait du comportement de s amère, désormais, il ne la laisserait plus se mettre au travers de son chemin, ni l’empêcher de vivre comme il veut.

De son côté Yukinari demeurait perplexe face à tout ce qu’il venait d’apprendre au sujet de l’assassinat de madame Petterson… Ses parents lui avait caché l’effroyable vérité… Il avait souvent joué dans le jardin, là où était enterré le corps de la victime… Il en avait des frissons rien qu’à y penser… Soudain, Iris fit son apparition à l’hôpital. Son audition achevée, les policiers lui avait raconté ce qui s’était passé à Wisteria Lane. Elle avait aussitôt accouru auprès de son fils. Elle se précipita sur lui, tenta de le serrer dans ses bras mais d’un geste brusque, Yukinari réussit à se soustraire de son étreinte.

- Mon chéri, dit-elle les larmes aux yeux. Je suis tellement désolée…

- Je n’ai pas besoin de ta pitié… lâcha froidement Yukinari.

- Tout ce que j’ai fait je l’ai fait pour te protéger… te garder à l’écart de tout ce drame…

- Et bien tu a raté ton coup, répliqua sèchement Yukinari. Tu viens Andrew, on s’arrache d’ici, l’air est devenu malsain.

- Yukinari ! s’interposa Bree en grondant le jeune homme. Tu exagères, ta mère est une victime comme toi, tu imagines ce qu’elle a enduré pendant toutes ses années ? Vivre avec un homme qui l’a trompée ? Vivre avec sur la conscience la mort de cette femme assassinée par son enfant ? Elle a simplement voulu vous protéger toi et ton frère, cacher le crime, elle était prête à se rendre coupable de ce geste pour éviter à Kawaï la prison. Et toi, elle t’a tenu à l’écart pour ne pas te perturber… Si elle a agi de cette façon, c’est uniquement par amour…. Par amour pour ses deux fils…

- C’est gentil de prendre ma défense, Bree, mais je ne mérite aucun soutien, aucun pardon, dit Iris les larmes aux yeux. Je pensais protéger mes fils et maintenant… j’aurais dû agir d’une autre manière…

- Laisse tomber maman, intervint Andrew. C’est une affaire entre Yuki et sa mère.

- Je ne vais pas laisser ce petit merdeux en vouloir à sa mère si attentionnée à son égard, poursuivit Bree. Yuki ne mérite pas tout l’amour qu’elle lui porte.

- Tu nous prends la tête, conclut Andrew à l’instant où le lieutenant Grized s’approcha d’eux.

- Madame Smith, dit-il, nous avons arrêté votre mari.

- Mon mari ? interrogea-t-elle les sourcils froncés. Vous êtes fou lieutenant, mon mari s’est tué dans un accident de voiture.

- Non il est bien vivant, je l’ai vu, affirma Yukinari. Il a comploté avec Corentin pour se venger de la mort de Mary Petterson.

- Mais s’est impossible, balbutia Iris qui se sentit défaillir.

Elle gagna le banc le plus proche, soutenue par Bree.

- Malheureusement, votre fils a raison, expliqua Grized. Corentin Petterson et votre mari ont maquillé un autre meurtre avec l’accident de voiture. Il a enlevé Popin, l’ami de votre fils aîné car il voulait lui faire payer le meurtre de madame Petterson. Il a donné rendez-vous à Kawaï pour la libération de son ami mais votre fils a eu l’intelligence de nous prévenir, mes hommes l’ont accompagné au rendez-vous et ont cueilli votre mari. Pas très futé comme idée l’enlèvement de Popin…

- Et…. que va-t-il advenir de Kawaï ?

- Nous sommes en train de l’interroger, il sera jugé mais avec le temps et surtout son bas âge au moment des faits, il ne risque pas beaucoup. Par contre, vous serez poursuivie vous aussi pour la dissimulation du corps. Vous serez juger pour ça.

- Le jugement du tribunal je m’en fous, la seule chose qui m’importe c’est le jugement et le pardon de mon fils Yukinari.

- Je vois laisse vous remettre de vos émotions.

Grized s’écarta. A son tour, Yukinari se leva avec la volonté de s’éloigner mais sa mère le retint par le bras.

- Mon chéri… ne pars pas.

- Laisse moi tu veux…

- Non, je ne veux pas me séparer de toi, je veux réparer ce qui peut être réparé.

- Inutile d’insister…

- Je ne te demande pas de me pardonner juste de comprendre ce qui m’a poussé à agir ainsi.

- Oui je sais tu voulais me protéger mais je ne suis pas fait en porcelaine, je suis plus fort que tu ne le crois… je peux encaisser beaucoup plus que tu t’imagines. Je te reproche de m’avoir caché une partie importante de l’histoire de notre famille.

- Rentrons chez Bree et discutons ensemble de tout ça…

- En ce qui me concerne, j’habite chez les Solis et je n’ai pas l’intention de déménager dans l’immédiat. Je n’ai plus besoin de toi, je veux vivre ma vie comme je l’entends. Tu viens Andrew ?

- Oui je t’accompagne.

Les deux garçons s’éloignèrent, Bree se rapprocha d’Iris et dit :

- Attention, votre fils se rebelle, il va vous mener la vie dure, je sais de quoi je parle je vis ça avec Andrew depuis deux ans. Allez venez Iris, rentrons maintenant, vous avez besoin de vous reposer.



Un peu plus loin, les Solis, Sarluna, Sayla entouraient bruyamment Tiziano avec une exubérance très latine. Le jeune homme détestait se faire chouchouter avec tant d’effusions familiales mais il savait aussi profiter des largesses des siens. En se faisant passer pour un pauvre petit bonhomme qui avait affronté un méchant et dangereux psychopathe, il savait qu’il obtiendrait de son père et ses sœurs tous ses caprices, et rien que pour ça, ça valait le coup de supporter les embrassades et câlineries… Et pour ça il savait jouer la comédie, en rajouter un maximum et faire son petit malheureux. Sayla le prit un peu à part en feignant de le gronder.

- Tu n’as pas honte de m’avoir fait croire que tu étais amnésique ?

- Excuse-moi, dit-il l’air penaud.

- Oui bah c’est pas sympa, je pensais qu’on ne se cachait rien tous les deux…

- Tu as raison… mais là…. quand j’ai appris que mon vrai père était Carlos Solis, j’ai cru que toi et Sara, vous alliez me rejeter, enfin que je ne serai plus votre frère… j’ai préféré jouer l’amnésique…

- T’es vraiment idiot, ne plus te considérer comme frère ? L’idée ne m’a même pas effleuré l’esprit un instant. Tu es et tu seras toujours mon frère quoiqu’il arrive.

Cette fois c’est Tiziano qui serra sa sœur dans ses bras, genre de comportement très inhabituel de sa part. Grized, accompagné par Florian qui l’avait rejoint, interrompit la complicité des deux Catalano.

- J’ai une bonne nouvelle pour vous… dit le lieutenant. Les aveux de Corentin Petterson dans l’enregistrement de mademoiselle Salama ôte tous les soupçons qui pesaient sur Gaël Faure concernant le meurtre de Jérémy Logan. Nous allons le libérer vous pouvez aller le chercher à la sortie du poste de police.

- Merci ! s’écria Sayla en sautant au cou de Florian.

- Ne me remerciez pas, nous avons commis une erreur en le soupçonnant.

- Allons lui faire la surprise de l’attendre à la sortie du poste de police, proposa Florian.

- Je peux venir avec vous ? demanda Tiziano.

- Saraluna voudra passer du temps avec toi, dit Sayla.

- Oui mais moi je préfère passer du temps avec toi. Elle va encore me prendre la tête avec toutes ses histoires… tu la connais.

- Oh ça marche, tu viens avec nous.

- Je vous accompagne moi aussi, lança Imanita à l’autre bout du hall.

Tous les quatre s’engouffrèrent dans la voiture de Florian. Narcheska arriva trop tard pour prendre des nouvelles de son fils. Grized s’approcha de Saraluna :

- Bonsoir.

- Je n’ai pas envie de te parler, répliqua-t-elle sèchement sous le regard lointain de Brian Petterson qui, isolé dans un coin attendait des nouvelles rassurantes de son fils.

- Je me demandais pourquoi ton adorable petit frère était mêlé à toutes les sales histoires de cette ville, dit-il sur le ton de l’ironie avec une expression suspicieuse.

- Tu veux que je te dise pourquoi… je vais t’expliquer, c’est tout simplement parce qu’il y a plus de douze ans un salaud, une ordure de la pire espèce lui a enlevé sa maman, répliqua-t-elle du tac au tac avant de s’éloigner.

Grized ne s’attendait pas à une telle réplique, il resta le souffle coupé. Narcheska interpella Saraluna :

- Comment va Tiziano ?

- Depuis quand t’intéresses-tu au sort de l’un de tes enfants ? Ah oui depuis quelques mois que tu t’es souvenue que tu avais des enfants après douze ans d’absence… Ton cher petit ami est au fond du couloir… amuse-toi bien, lança Saraluna, l’air aigri.

Un petit groupe rassemblant Bree, Iris, Gabrielle, Anita Salama, Saraluna se forma à la sortie de l’hôpital :

- Non mais franchement, dit Gabrielle, nous sommes tous venus à l’hôpital pour entourer Imanita, Yukinari et Tiziano et les voilà tous les trois partis… Ils sont vraiment incroyables.

- Moi je suis plutôt satisfaite, dit Anita, cela prouve qu’ils se portent bien s’ils sont déjà repris leurs activités diverses.

- Pourvu qu’ils n’aillent pas se mettre dans de mauvaises situations une fois de plus, se lamenta Saraluna.

- Je vous invite tous à la maison, proposa Bree, j’ai préparé des cookies, accompagné d’un petit chardonnay…

- Excellente idée ! s’exclama Gabrielle.



....................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:36

..........................................


Quand Gaël apparut devant le bâtiment qui abrité le poste de police, l’air fatigué, triste et perdu, Sayla accourut vers lui et sauta à son cou. La joie la jeune fille lui redonna le sourire. Il la serra très fort contre lui, elle l’embrassa partout sur le visage.

- Mon chéri, dit-elle. Tu es libre cet affreux cauchemar est terminé. Corentin ne pourra plus nous nuire.

- Tu es sortie de l’hôpital ? Comment te sens-tu ?

- Très bien puisque je suis dans tes bras. Je t’aime Gaël.

- Moi aussi je t’aime mon amour. Tu sais ça fait du bien de te retrouver.

- Bon tu me laisses l’approcher un peu Sayla ? demanda Florian sur le ton de la rigolade. Tu vas finir par l’étouffer à le serrer si fort.

- Maintenant que je l’ai retrouvé je ne le lâche plus, dit-elle en lui adressant un clin d’œil.

Cependant, Sayla s’écarta un peu et Florian attrapa tendrement Gaël par l’épaule, il l’embrassa sur la joue.

- Content que tu sois sorti de cet enfer mon Gaëlou. On va pouvoir à nouveau travailler sur nos albums.

- Oui bah laisse lui quelques jours de repos, dit Sayla en se réfugiant à nouveau dans les bras du jeune homme.

- Bonjour Gaël, dit Imanita en s’approchant. Tu peux répondre à quelques questions pour le journal « Fairview news » ?

- Ima ! Gronda Florian, laisse le un peu respirer, il sort à peine du poste de police.

- Les lecteurs attendent des nouvelles réconfortantes de Gaël.

- Je te présente mon petit frère, Tiziano, dit Sayla à l’adresse de Gaël. Avec Ima, il vient de vivre une épreuve difficile mais ils s’en sont très bien sortis.

- Ah oui ?

- Bon je vous invite tous à manger au restaurant, proposa Florian. Comme ça Tiz’ pourra raconter ses exploits et toi Ima tu pourras poser tes questions à Gaël pour ton article.

- Chic, j’ai une faim de loup moi, dit Tiziano.

- Oui Tiz’ pense avec son estomac puisqu’il est dépourvu de cerveau, dit en blaguant Imanita sur un ton très sérieux.

Tous éclatèrent de rire.

- Je téléphone à Love pour qu’elle nous rejoigne au resto, dit Florian.

- Je vais te tuer Imanita Salama, menaça Tiziano en rigolant et en faisant semblant d’étrangler la jeune fille.

Un peu plus loin, caché derrière un abri bus, Lamita et sa cousine Sabrina observaient la scène avec une certaine exaspération.

- Regarde la cette garce à se pavaner au bras de Gaël, lança Sabrina avec une grimace de dégoût. Tu peux me dire ce qu’il lui trouve ?

- L’amour ça ne s’explique pas, répliqua Lamita. Et regarde Imanita qui tourne autour de Tiz’. Je suis sûre qu’elle essaie de mettre le grappin dessus.

- Qu’est-ce que ça peut te faire, il n’y a jamais rien eu entre toi et Tiz’.

- Ce n’est pas une raison. Il traîne toujours avec cette pseudo journaliste qui écrit des inepties dans une feuille de chou…

- Ma parole tu es jalouse alors que toi, tu as des vues sur Mike Delfino depuis qu’il a rompu avec Susan Mayer.

- Oui, nous dînons au restaurent demain soir, il m’a invitée, je suis toute excitée…

- Tu as de la chance, je donnerai mon âme au diable pour être invitée au restaurant pas Gaël. Je te jure, je vais tout mettre en œuvre pour briser ce couple. Sayla va regretter d’avoir poser ses mains impures sur mon Gaël…



Le lendemain matin, Fred Benson se leva de bonne heure et quitta la maison avant le réveil de Brian. Son ami avait mis beaucoup de temps à s’endormir, malgré les somnifères. Ce matin, Fred devait se rendre à l’hôpital assister son client Corentin Petterson durant son interrogatoire par la police qui s’achèverait certainement pas sa mise en examen. Mais surtout, Fred avait l’intention de s’installer à Wisteria Lane. Brian lui avait confié qu’une maison avait récemment été mise en vente, il lui avait conseillé de se renseigner auprès d’Eddie Britt qui était la seule agent immobilier à s’occuper des transactions immobilières dans le quartier. Il passa devant cette belle demeure située à côté de la maison des Solis. Vue de l’extérieur elle lui plaisait beaucoup avec un joli jardin devant. Les murs de couleur ocre resplendissant sous la lumière du soleil levant. Seul petit souci, le panneau « à vendre » avait disparu. Il alla se renseigner auprès d’Eddie Britt.

- Bonjour mademoiselle. Je suis Fred Benson, avocat…

- Je déteste les avocats et tout ce qui touche à la justice, dit elle avec mauvaise humeur.

- Oh ne vous inquiétez pas je ne suis pas ici en tant qu’avocat. Je souhaite acquérir une maison dans ce quartier et Brian Petterson m’a dit que vous étiez la meilleure vendeuse du coin.

- « vendeuse » ? C’est une peu restrictif.

- Un excellent agent immobilier.

- Tenteriez-vous de me flatter.

- Si c’est le prix à payer pour obtenir la maison de mes rêves, je n’hésiterai pas.

- Quel type de maison recherchez-vous ? demanda-t-elle sur un ton excédé.

- On m’a dit que celle située à côté des Solis était à vendre.

- « Etait à vendre » mais elle ne l’ai plus.

- Pourquoi ?

- Parce que je l’ai vendue hier soir.

- Oh quel dommage. Une offre sérieuse ?

- Tout à fait sérieuse.

- Qui sont les heureux nouveaux propriétaires de cette merveille ?

- Un jeune couple français.

- Vous préférez vendre à des étrangers, jeunes débutants, certainement limita niveau économie plutôt qu’à un avocat bien installé.

- Oui je suis désolée, mais cette maison a été payée cache. Nous signons ce soir le compromis de vente. Dés qu’une maison se libérera, je penserai à vous. Bonne journée maître.

Fred regretta cette maison, il allait devoir habiter chez Brian encore quelque temps en attendant une nouvelle occasions.



Xiao Mei avait pris l’habitude quand la maison était vide de ses habitants, d’utiliser la luxueuse salle de bain des Solis. Elle adorait se relaxer dans la magnifique baignoire de Gabrielle Solis. Elle s’octroyait ainsi un moment de détente bienfaisante, des instants de décompression, se prenant pour une riche femme américaine… de moments nécessaires pour se détacher des caprices madame Solis. Mais ce matin là, si elle avait patiemment attendu le départ de Gabrielle, elle ne s’attendait pas à ce qu’elle allait découvrir dans la salle de bain du couple. Elle nettoya rapidement la chambre des mariés, fouilla dans le placard de sa patronne, puis elle entra tranquillement, l’esprit libre, dans la salle d’eau vêtue uniquement d’un peignoir de soie rose emprunté à Gabrielle sans son accord bien sûr… Elle stoppa net son avancée quand elle se trouva face à Carlos lui-même allongé dans la baignoire en train de se délasser dans un bain moussant.

- Xiao Mei ? Que fais-tu ici dans cette tenue ? l’interrogea Carlos l’œil suspicieux.

- Oh, excusez-moi monsieur Solis… ne me disputez pas, le supplia-t-elle honteuse, avec son petit accent asiatique.

- Je ne vais pas te disputer. Approche. Depuis quand fais-tu le ménage vêtue du peignoir le plus sexy de Gabrielle ? demanda-t-il le regard lubrique.

- Je le remets en place de suite…

- Non, garde-le pour l’instant, ça vaut mieux.

- Vous ne le répéterez pas à Madame Solis ?

- Non, à condition que tu m’expliques à quoi rime ce petit jeu…

- Quand vous êtes absents madame Solis et vous, je me permets d’utiliser votre salle de bain.

- Vraiment ? dit Carlos en souriant avec envie devant la femme qui portait son enfant. Mais aujourd’hui tu n’es pas seule… je suis là et Yukinari est là lui aussi.

- Je pensais que vous étiez au travail…

- C’est ce que pense aussi Gabrielle !!!

- Et monsieur Smith se repose dans sa chambre. Il sait depuis longtemps que j’utilise la salle de bain, il a promis de ne jamais me trahir.

- Et Tiziano, le sait aussi ?

- Oh non ! dit-elle avec horreur. Il utiliserait cette information contre moi.

- Tu as raison… Tu vois c’est mon fils et je l’adore mais il faut se méfier de lui comme de Gabrielle. Incroyable comme ils peuvent se ressembler ces deux là quand il s’agissait de comploter pour obtenir ce qu’ils convoitent. On jurerait la mère et son fils, pas vrai ?

- Oh monsieur Solis ! dit-elle feignant d’être offusquée. Si madame Solis vous entendez…

- Elle m’enverrait un vase à la figure !!! Il te mène la vie dure tous les deux avec leurs caprices et leurs fantaisies incessantes… et à moi aussi d’ailleurs… ils me fatiguent ! Approche, enlève se peignoir et rejoins-moi dans la baignoire, j’ai besoin d’un bon massage de la nuque pour aider à me détendre.

- Monsieur Solis ! Si votre femme rentre…

- Aucun risque, elle est partie conduire Tiziano chez sa psy. Sa séance dure plus d’une heure et pendant ce temps Gabrielle fait les boutiques de mode et rien ne peut la détourner d’une virée dans les magasins de luxe. Ils ne rentreront pas avant deux ou trois heures, nous avons du temps devant nous… Viens…

Xiao Mei hésita un instant puis elle ôté le peignoir et rejoignit Carlos dans la baignoire. Elle effectua un massage sur la nuque de son patron puis l’ambiance intime aidant, ses mains parcoururent le dos, et… plus encore…. Au bout de trente minutes Carlos proposa de se sécher et de poursuivre ce massage particulier dans la chambre…

.........................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:37

..........................................


- Vous souhaitiez me parler ? demanda Lynette Scavo, sourire aux lèvres en entrant dans le bureau de son patron.

- Euh, oui, entrez et refermez la porte derrière vous, dit-il d’un air fermé, les sourcils broussailleux froncés, assis à son bureau, les mains croisés sous son menton.

Lynette obéit, s’assit en face de lui. Il paraissait sérieux et mal à l’aise.

- Je souhaitais évoquer avec vous l’incident qui s’est produit l’autre jour …

- L’échange de mallettes ?

- Oui.

- Je suis profondément désolée… Mes fils sont privés de télé et jeux vidéo pendant trois mois et ils viendront vous présenter leurs excuses.

- Ce ne sera pas nécessaire. Je veux dire les excuses…

- Mais si j’y tiens… ils doivent prendre conscience de leurs actes et de leurs conséquences.

- Lynette ce ne sont que des enfants, soyez tolérante.

- Je ne suis pas d’accord Ed, les conséquences de cette petite blague sont terribles…

- Vous avez raison, nous avons perdu l’un de nos plus gros clients, l’un des plus influents. Il est capable de faire de la mauvaise propagande sur notre agence auprès des autres clients. Nous ne pouvons pas nous permettre de le perdre. Je ne peux pas tenir deux enfants de six ans responsables.

- C’est très gentil de votre part Ed.

- Vous deviez vérifier le contenu de votre mallette avant d’entrer dans la salle de réunion. Dans ce cas rien de tout ceci ne serait arrivé.

- Mais je ne pouvais pas imaginer ce qu’avait fait mes fils…

- Vous n’avez pas pris toutes les précautions nécessaires Lynette.

- Où voulez vous en venir Ed ?

- Vous êtes la seule responsable de ce résultat déplorable. En conséquence, je suis obligé de vous licencier pour faute grave.

- Voyons Ed je ne savais pas …

- Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un tel contrat.

- Vous êtes sérieux ?

- On ne peut plus sérieux.

- Ed, on se connaît depuis longtemps, vous savez que j’ai travaillé énormément sur ce projet, j’y ai mis toute mes forces… j’ai passé des nuits à l’élaborer. J’ai des enfants à nourrir.

- Oui et moi j’ai une boîte à faire tourner.

- Vous voulez vraiment me licencier ?

- Oui c’est la condition qu’a posé monsieur Becker pour travailler de nouveau avec nous.

- Je comprends vous préféré sacrifier l’une de vos employés pour récupérer un client imbu de sa personnalité.

- Vous toucherez vos indemnités. Ce sera tout. Merci Lynette. Je vous prie de me laisser, j’ai du travail.

Elle se leva, elle avait envie de lui envoyer son poing dans la figure, mais elle se retint, son état d’esprit balancé entre la colère et le désespoir. Par contre, lorsque, rassemblant ses affaires personnelles dans son bureau, Nina vint la narguer méchamment, Lynette se soulagea en lui envoyant un pot de fleurs sur la tête.



- Cette femme fait preuve d’un manque de professionnalisme et de sérieux qui me dépassa, pestait Gabrielle Solis en conduisant nerveusement sur le chemin du retour.

- C’est pas très grave, estima Tiziano qui se tenait à côté d’elle assis sur le siège de passager.

- Pas grave ? Tu plaisantes ? Normalement quand un médecin s’absente, il se doit d’avertir ses patients pour annuler ses rendez-vous. Je déteste me déplacer inutilement. Cette Anita Salama n’a aucun respect envers ses patients.

- Aussi, j’ai pas vraiment besoin de ces séances avec la psy, décréta Tiziano.

- Quoi ? s’insurgea Gabrielle. Depuis des mois tu fais semblant de passer pour un amnésique, tu m’appelles maman,… tu joues une comédie débile et tu oses dire que les séances avec ta psy ne sont pas nécessaires !!! S’il y a bien quelqu’un qui en a besoin, c’est toi. Il faut vraiment être tarée, détraquée pour se faire passer pour amnésique…

- C’est con. A présent que tu… es au courant de mon subterfuge, je ne peux plus t’appeler « maman »… Faut que je te trouve un autre surnom sympa…

Elle le fusilla du regard.

- Contente-toi de m’appeler Gabrielle ce sera très bien.

- Non je préfère trouver un truc plus personnel, genre : il n’y a que moi qui t’appellerais comme ça.

- Sois gentil, oublie ça tu veux ? Je suis déjà suffisamment agacée par le comportement du docteur Salama. Au prix où on la paye !!! Elle laisse tomber ses clients à la moindre occasion. Arriver et trouver la porte close, tu peux me croire elle va m’entendre la prochaine fois. On aura juste fait l’aller retour.

- Nous n’étions pas obligés de rentrer de suite. Tu pouvais faire ton shopping au centre commercial.

- Et te traîner derrière moi comme un boulet, non merci !

- J’aurai passé mon temps dans un magasin de multimédia…

- Je suis trop excédée pour faire les boutiques, j’ai besoin d’être concentrée, calme et détendue pour choisir une jolie robe ou le bijou le plus rutilent. Seule une séance de yoga peut me délasser actuellement.

Gabrielle Solis engagea la voiture dans l’allée de la maison, et stoppa devant la porte de garage en faisant crisser les freins, preuve de non énervement.



Brian Petterson avait une migraine tenace. Sa nuit fut agitée par divers cauchemars dans lesquels l’image de sa femme avait hanté toutes les scènes. Comment avait il pu être aussi naïf au point de n’avoir jamais imaginé que sa femme avait pu avoir une relation extra conjugale avec un habitant du quartier ? Cette liaison l’avait menée vers la mort. Il n’avait aucune sentiment de vengeance mais il se sentait anéanti par toute cette histoire… qui le séparait un plus de Saraluna.

- Comment te sens tu ce matin ? demanda Fred en posant sa mallette sur la table.

- Mal. Très mal. Je n’ai plus guère d’espoir en la vie.

- C’est un coup dur mais tu vas remonter la pente, j’en suis sûr.

- Je suis satisfait que tu sois présent à mes côtés pour m’aider à traverser cette nouvelle épreuve. Tu as parlé avec Corentin ?

- Oui.

- Quand pourrai-je le voir ?

- Je vais demander au procureur un droit de visite.

- Je n’ai pas le droit d’y aller comme ça ? Je n’ai pas le droit de rendre visite à mon fils blessé sans autorisation ? C’est insensé !

- Brian, ton fils est accusé de meurtre, il a enlevé trois jeunes du quartier, et a vit l’intention de les trucider d’une manière horrible. Deux policiers gardent l’entrée de sa chambre. Personne n’a le droit de parler à Corentin avant que tous les interrogatoires soient achevés.

- Comment en est-il arrivé là ? Je n’ai rien vu venir…

- Souvent les parents sont les premiers surpris des exactions de leurs enfants… Tu n’as vu aucun signe précurseur ?

- Quand sa mère a disparu, il avait un comportement anormal… il avait même décapité un chien… mais j’avais mis ça sur le compte de son chagrin. Et puis avec le temps son comportement était redevenu tout à fait normal. Je n’imaginais pas que pendant tout ce temps il préparait sa vengeance. Il est très intelligent, rusé et malin, il a mis son intelligence au service de la vengeance. Il était très attaché à sa mère, tu sais…

- J’imagine. Et toi comment encaisses-tu le fait que te femme te tromper ? Et aussi son assassinat.

- Avec beaucoup de recul… après toutes ses années, j’ai eu le temps de me faire à l’idée que je ne la reverrai jamais. Je m’inquiète surtout pour l’avenir… celui de Corentin et le mien aussi. Avec ce qui vient de se produire, le doit mettre une croix sur Saraluna.

- Tu l’aimes ?

- Oui. Je ne pensais pas qu’un jour je puisse tomber d’une autre femme. Je ne peux pas me passer d’elle, jamais je pourrai l’oublier.

- Alors, un conseil : fonce chez elle et dit lui combien tu l’aimes.

- Elle ne m’écoutera jamais, elle me mettre à la porte après ce que Corentin a fait à son frère.

- Arrête de te lamenter. Prends un peu d’assurance. Elle t’aime sûrement elle aussi e telle n’attend qu’une chose : que tu fasse le premier pas vers la réconciliation.

- C’est impossible. Tu imagines les repas en famille ? Corentin et Tiziano à la même table ? Et si Corentin tente de le tuer une fois encore.

- Tu sais, Brian, quand Corentin sortir de l’hôpital il sera conduit directement en prison, et avec les deux meurtres dont il est accusé, plus l’enlèvement, la prise d’otages, la tentative de meurtre sur Imanita, Yukinari et Tiziano sans oublier qu’il était le gourou d’une secte… Il va passer beaucoup d’années derrière les barreaux. Même si la perte de s amère sera une petite circonstance atténuante. Alors je ne te dis pas de laisser tomber ton fils mais pense à toi, et fonce chez Saraluna.

- Non pour le moment, je dois seulement me préoccuper de Corentin. Je me sens responsable de se qui s’est passé parce que j’ n’ai pas vu combien il était malheureux. Et puis de toute manière Saraluna emmène Tiziano, Sayla et Gaël en voyage en Italie pour deux mois. Elle souhaite leur faire découvrir l’Italie du Nord au Sud. A son retour, les choses se seront un peu calmés, je serai un peu plus fixer sur l’avenir de Corentin et je pourrais alors envisager un rapprochement avec Saraluna.

A ce moment là, Loïc qui possédait une clef de la maison entra, l’air renfrogné.

- J’ai voulu entrer dans la chambre de Corentin mais ces connards de flic m’ont interdit l’entrée. Je ne veux rien faire de mal, juste le voir, l’embrasser le rassurer, montrer que je suis avec lui et comprendre pourquoi il a fait ça…

- Je suis désolé, Loïc, dit Brian d’un air triste. Fred, peux-tu obtenir un droit de visite pour Loïc aussi, c’est le petit copain de Corentin.

- Bonjour jeune homme, je suis Fred Benson, ami d’enfance de Brian et avocat de Corentin. Je ferai le maximum pour défendre votre copain mais il ne faut pas s’attendre ç des miracles, ce qu’il a fait est très grave. Il va passer beaucoup d’années en prison.

Loîc s’effondra sur un fauteuil, désolé par ce qui se passait et surtout il ne comprenait pas comment Corentin, si gentil avait pu se transformer en monstre….


................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:41

.....................................




La séance de massage s’était achevée dans le lit de Carlos, il avait fait l’amour à Xiao Mei. Le fait qu’elle portait son enfant l’avait excité. Une fois repus, il se coucha sur le dos et prit la jeune femme dans ses bras. Xiao Mei avait atteint l’extase dans les bras de son patron.

- Ah ce que c’était bon ! dit Carlos en souriant béatement. Mais dis-moi tu n’avais pas affirmé à Gabrielle que tu étais vierge ?

- Je suis désolée monsieur Solis.

- Cesse d’être toujours désolée… Je m’en fous de toutes façons.

Un coup de frein dans l’allée de la maison, les sortit brutalement de leur béatitude.

- Mon Dieu ! Qui est-ce ?

Carlos se précipita à la fenêtre et, dissimulé derrière le rideau, il aperçut Gabrielle en train de ranger la voiture.

- Merde ! Ma femme ! Pourquoi rentre-t-elle déjà ? Lève-toi Xiao Mei.

- Monsieur Solis… Qu’allons-nous faire ? demanda-t-elle terrorisée.

- J’ai une idée ! Sors du lit.

- Non j’ai peur, dit elle.

Il la tira par les mains, la traîna nue dans le couloir jusque dans la chambre de Yukinari qui lisait tranquillement dans son lit. Le jeune homme leva le nez de son livre de mangas surpris de les voir entrer dans sa chambre, tous les deux nus et décoiffés.

- Yuki, ne pose pas de question, dit Carlos. Je compte sur toi pour me sauver la mise. Voilà comme tu peux le constater… Xiao Mei était en train de me faire un massage…

- Pas seulement un massage, dit Yukinari. Je dirai plutôt une « partie de scrabble »…

- S’il te plait ne m’interrompt pas. Gabrielle rentre plus tôt que prévu. Alors prends Xiao Mei dans ta chambre. On avisera après. Je compte sur ta discrétion.

Il poussa Xiao Mei dans le lit de Yukinari, ressortit, referma la porte derrière lui, ramassa les serviettes dans la chambre conjugale, courut jusque dans la salle de bains et sauta dans la baignoire au moment où Gabrielle ouvrit la porte d’entrée au rez-de-chaussée…

Lynette Scavo rentra chez elle désespérée, elle ne savait pas comment elle allait annoncé cette nouvelle à son mari. L’avenir lui sembla très sombre. Les enfants n’étaient pas encore rentrés de l’école et Tom fut surpris de la voir de retour à la maison si tôt.

- Chéri ? que se passe-t-il ? Tu as oublié un dossier ?

- Non.

- Oh ça n’a pas l’air d’aller toi…

- Ed m’a licenciée.

- Quoi ? Mais pour quelle raison ?

- L’inversion des mallettes… dit-elle en soupirant avant de s’affaler sur le canapé.

- Il n’a pas le droit. Ce n’est pas une raison valable.

- C’est Becker son meilleur client qui veut ma peau… je ne peux pas lutter.

- On va se défendre Lynette.

- Inutile, il ne me reste plus qu’ chercher un nouveau job.

- Bon sang. Je ne sais pas ce qui me retient d’aller lui casser la figure.

- Le bon sens peut-être.

- Quel salaud. Tu verras chérie nous avons traversé d’autres épreuves, nous réussirons à rebondir cette fois encore.

- J’aimerais avoir ton optimisme.

- Je chercherai un travail moi aussi.

- Et les enfants ?

- Toi.

- Tu veux vraiment travailler à nouveau ?

- C’est peut-être la solution.

- Je ne suis pas sûre de vouloir reprendre mon rôle de femme au foyer.

- Dans ce cas nous travaillerons tous les deux.

- Et les enfants ?

- On demandera à madame Mac Cluskey de s’en occuper.

- Et tu reprendrais dans la publicité ?

- Non, je vais trouver ma voie…

- J’espère.

- En attendant, je vais chercher les enfants à l’école. Repose-toi ma chérie.

- Oui Merci.

Une fois Tom parti, Lynette se servit un verre de vin, elle avait besoin de se changer les idées. Ses yeux se posèrent sur une photographie posée au dessus de la télévision représentant ses fils. Elle ne leur en voulait pas évidemment, ils avaient interverti les mallette par jeu… un jeu aux conséquences douloureuses. Mais parfois la vie s’acharne sur nous, et nous impose des épreuves. Oui Lynette Scavo n’était pas au bout de ses surprises.

Le téléphone sonna. Lasse, elle refusa de décrocha, au bout de quatre sonneries le répondeur pris le relais et elle entendit une voix féminine parlait :

- Oui bonjour Tom. C’est Nora. Tu n’as pas oublié notre rendez vous au motel cet après midi à trois heures. Je t’embrasse…

Lynette releva la tête, effarée. Sans s’en rendre compte, elle se mit à trembler. Voilà donc à quoi Tom passer ses après midi, songea-t-elle.



.................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:45

.................................




Andrew Van De Kamp arriva chez les Solis au moment même où Tiziano descendit de la voiture.

- Ho Andrew ! l’appela-t-il.

- Salut Tiz’. Tu vas bien ?

- Oui super bien j’ai évité ma séance de psy !

- C’est ça amuse-toi, soupira Gabrielle mécontente. Cette psy est une impolie.

Gabrielle Solis entre en trombe dans la maison. Quelque chose lui parut immédiatement suspect mais elle ne parvenait pas à trouver de quoi il s’agissait. Elle monta dans la chambre pour enfiler sa tenue de yoga. Elle fut déviée par le bruit de l’eau qui coulait dans la salle de bains. Elle entra et découvrit Carlos dans la baignoire.

- Carlos ? Tu prends un bain ?

- Oui pourquoi ? C’est interdit ?

- Tu devrais être au travail.

- Tu sais les affaires ne sont pas très florissantes depuis mon incarcération. Je suis rentré de nonne heure et toi tu devrais être en ville.

- Cette idiote de psy a annulé toutes ses consultations sans nous prévenir d’avance. Quel manque de respect. Je vais faire du yoga.

Elle alla dans la chambre et tomba sur son peignoir qui traînait par terre. Elle le ramassa, étonné de le trouver là, mais elle ne s’en inquiéta pas outre mesure…



Pendant ce temps devant le garage…

- Elle a l’air grave en colère ta belle mère, constata Andrew.

- Tu sais elle a loupé une matinée de shopping, il n’y a rien de plus énervant pour elle, expliqua Tiziano en lançant un clin d’oeil.

- J’imagine ! c’est horrible… Yuki est là ?

- Oui il m’a dit qu’il voulait se reposer dans chambre.

- Bon je vais le déranger alors !!!

- Je ne pense pas que tu le dérange, au contraire, il est toujours content de te voir.

- A plus !

Andrew s’engagea dans l’escalier, longea le couloir jusqu’à la chambre de Yukinari, ouvrit la porte et… se retint au chambranle pour ne pas tomber. Il ne pouvait pas croire à ce que ses yeux lui montraient. Yukinari au lit avec Xiao Mei.

- Yuki ! balbutia-t-il le souffle coupé et pourtant il lui en fallait beaucoup pour lui couper le souffle !!!

- Ho Andrew !

- J’y crois pas toi avec Xiao Mei…

- Non, ce n’est pas ce que tu crois.

- C’est pas ce que je crois c’est ce que je vois. Comment t’as pu me faire ça ?

- Andrew, je vais t’expliquer.

- Ne te fatigue pas à inventer je ne sais quel mensonge. J’ai compris va. Tu as joué avec mes sentiments. Je ne sais pas ce qui me retient de t’envoyer mon poing dans la figure.

Andrew claqua violemment la porte derrière lui et se rua dans l’escalier.

Tiziano avait une petite faim. Il alla dans la cuisine, ouvrit le frigo et rouspéta en constatant que quelqu’un avait laissa le pot de sa glace préférée dans le frigo au lieu de le ranger dans le congélateur.

- Putain, elle va être toute fondue, persifla-t-il.

Et de fait, quand il ouvrit le pot il constata que la crème glacée à la pistache était toute liquide. Cela ne l’empêcha pas de prendre une cuiller et de commencer à déguster la glace liquide. Il se dirigea vers l’escalier tout en mangeant au moment où Andrew déboula comme une furie. Il bouscula Tiziano, le pot de glace tomba sur le sol, le liquide se répandit, Andrew glissa dessus, et s’étala dans la glace.

- Tu ne t’es pas fait mal Andrew ? se renseigna Tiziano. Qu’est ce qui t’arrive, on dirait que tu as vu un fantôme.

Andrew se releva, couvert de glace. Ce qui fit rire Tiziano qui lança en blaguant…

- Remonte vite, couvert de crème glacée, tu vas exciter « Ice cream boy » !!!

- Je n’ai pas envie de rire, déclara d’un ton sec Andrew. Yuki est un salaud, c’est le mec le plus abominable que j’ai rencontré.

- Pourquoi dis-tu ça ? Yuki n’est pas un salaud.

- C’est ça, va voir dans sa chambre, tu risques de changer d’avis. Salut.



....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:46

................................


Tiziano demeura quelques instants dubitatif, ne comprenant pas ce qui était arrivé à Andrew. Il grimpa l’escalier, longea le couloir, se posta devant la chambre de Yukinari, poussa la porte et… ouvrit de grands yeux ronds, la bouche bée, il ne pouvait plus parlé. Yukinari nu au lit avec Xiao Mei. Alors là, c’était incroyable pourtant ils étaient bien serrés l’un contre l’autre dans le petit lit du jeune homme. Intriguée par toutes ces allées et venues, Gabrielle se pointa à l’entrée de la chambre et s’écria :

- Oh mon Dieu ! l’air étonné.

A son tour, Carlos s’approcha, une serviette nouée autour de la taille :

- Que se passe-t-il ? demanda-t-il en passant la tête dans l’embrasure.

- Yukinari….. Avec Xiao Mei…. Balbutia Gabrielle.

- Que font-ils ? demanda Carlos.

- Une partie de scrabble… répliqua Tiziano qui reprenait peu à peu ses esprits.

- Oh bah Yukinari t’es un sacré tombeur ! conclut Carlos l’air de rien.

Yukinari lui lança un regard assassin.

- Vous pourriez sortir s’il vous plait, c’est très gênant, les pria Yukinari.

- Oh oui ! Bien sûr ! s’écria Gabrielle. On vous laisse. Amusez-vous bien.

- Toi Tiziano, reste, ordonna Yukinari.

- Euh… Non franchement j’ai pas trop envie de participer à vos parties de jambes en l’air…

- Tiz’ ! s’énerva Yukinari. Vas chercher de quoi couvrir Xiao Mei qu’elle puisse sortir d’ici décemment. Et ensuite j’ai à te parler.

- Elle est venue à poil jusque dans ta chambre ! Putain la passion vous désinhibe !

Xiao Mei ne savait plus où se mettre. Si elle avait pu, elle se serait cachée dans un trou de souris tellement elle était honteuse.

- Tiz’ on se passera de tes commentaires, file lui chercher de quoi s’habiller.

- C’est bon ok j’y vais. Tenez-vous tranquilles pendant ce temps là… enfin si vous arrivez à réfréner vos pulsions…

Il amena un vieux peignoir trouvé dans les affaires de Xiao Mei cette fois et la jeune femme se couvrit en se retournant afin de cacher sa nudité aux garçons. Puis, honteuse, les yeux baissés elle regagna sa chambre.

- Alors là, franchement tu m’as scié Yuki ! avoua Tiziano. Comment t’as fait pour emballer Xiao Mei ?

- Tiz ! s’écria Yukinari sur un ton réprobateur. Xiao Mei n’a pas couché avec moi mais avec Carlos.

- Après ce que j’ai vu tu me permettras d’en douter…

- Je te le jure Tiz’ ! Quand Carlos vous a entendus revenir toi et Gabrielle, pour éviter que sa femme découvre leur liaison, Carlos n’a rien trouvé de mieux que de cacher Xiao Mei dans ma chambre.

- Tu pourrais inventer une histoire qui tienne mieux la route… A moi au moins tu pourrais avouer la vérité. On se cache rien, non ? Je ne te juge pas. Tu couches avec qui tu veux. Alors elle est bonne Xiao Mei ?

- Tiz’ ! Arrête. Tu m’imagines, moi avec Xiao Mei !

- J’avoue que c’est assez surprenant mais Carlos avec Xiao Mei ça ne le fait pas du tout. Carlos est marié avec la plus belle femme de Fairview. Gaby est un ex mannequin, elle est canon, par contre, t’as vu comment Xiao Mei est roulée ? Carlos ne mettrait pas son couple en danger pour coucher avec la bonne… Quand on a une femme comme Gabrielle on joue pas avec le feu. Non franchement, tu vois, Xiao Mei c’est un peu comme un vieux scooter pourri d’occasion, alors que Gabrielle c’est une Ferrari testa rossa flambant neuve… Elles jouent pas dans la même catégorie…

- T’es dur là avec Xiao Mei. Ecoute, je suis dans la merde juste pour avoir protégé ton père. C’était pas prévu qu’Andrew arrive à ce moment là. Tu dois m’aider à rétablir la vérité… Andrew croit que je suis un vrai salaud maintenant.

- J’avoue qu’à sa place, je penserais la même chose. Tu l’as trompé quand même Yuki…

- Non je t’assure que je dis la vérité. Si tu ne me fais pas confiance toi, comment pourrais-je convaincre Andrew de me croire ?

- Les apparences sont contre toi…

- Ton père a commencé à fricoter avec Xiao Mei dans la salle de bains, ils étaient tous les deux dans la baignoire, puis ils sont passés dans la chambre à coucher.

- Attends une minute… Tu as dit qu’ils étaient dans la salle de bains ? Celle de Gabrielle et Carlos ?

- Oui. C’est ça.

- Alors… dans ce cas je peux vérifier si tu dis la vérité…

- Comment ça ?

- Rien…. C’est juste un truc…. Secret.

- C’est quoi ces mystères ?

- Tu jures que tu ne le répèteras à personne ?

- Oh la ! De quoi parles-tu ? Tu as mis des écouteurs dans la salle de bains ?

- Jure d’abord !

- C’est bon, je te jure…

- Mieux que ça.

- Tiz’ !!!!

- Et promets de ne pas te moquer de moi, ni de me juger, ni de répéter ce que je vais t’apprendre à Ima ni à personne…

- Qu’as-tu encore inventé ?

- Jure le moi d’abord…

- Tiz’ ! T’es lourd parfois ! d’accord : je te jure de garder le silence, de ne pas me moquer de toi, ni de te juger mais en échange tu me sauves du pétrin dans lequel Carlos m’a fourré vis-à-vis d’Andrew.

- Ça marche ! D’ailleurs si ce que tu dis est vrai, nous aurons la preuve irréfutable que tu es innocent dans cette affaire.

- Vraiment ? Alors dis-moi vite de quoi il s’agit, le pressa Yukinari tout excité à l’idée de retrouver Andrew.

- Voilà… commença Tiziano soudain tout timide. En fait j’ai caché une caméra dans la salle de bains de Gabrielle….

- Tu as fait quoi ? demanda Yukinari sidéré.

- La caméra filme en permanence, elle est reliée à mon PC… Comme ça je peux mater Gabrielle dans la baignoire en direct sur mon écran…

- T’es vraiment incroyable toi !!! s’exclama Yukinari avec stupéfaction. T’es un grand obsédé.

- T’avais juré de ne pas me juger…

- On se le regarde alors ce film de ce matin, je suppose que tu enregistres tout ?

- Evidemment. Allons dans ma chambre… Euh tu ne va spas traverser la maison en caleçon…

- J’enfile un jean et je te rejoins…

.........................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:47

..................................


Tiziano était en train de rechercher les images enregistrées plus tôt dans la matinée, lorsque Yukinari le rejoignit devant l’ordinateur.

- Mais j’y penses Tiz’ ! Tu mates aussi Carlos quand il prend son bain ?....

- Quelle horreur !!! Non je passe et j’efface quand c’est lui…

- Oui, bah… en tout cas n’efface pas les images de ce matin. Quand Gabrielle apprendra que tu la filmes à son insu, qu’est ce que tu vas prendre !!!

- Elle ne le saura jamais puisque tu as juré de ne le répéter à personne.

- Et tu enregistres en permanence ? Je veux dire en continu ?

- Tu n’imagines pas le temps que Gabrielle passe dans la salle de bains à se pouponner. C’est sa pièce préférée. Elle prend au minimum deux bains par jour…

- Ho si la connaissant, je l’imagine parfaitement.

- Bon visionnons l’enregistrement.

Ainsi, les deux amis suivirent les débats de Carlos dans la baignoire avec Xiao Mei…

- Putain ! J’y crois pas ! T’avais raison Yuki. Il est dingue ce Carlos ! Tromper sa femme avec Xiao Mei… Il ne mérite pas une femme comme Gabrielle. Il ne pense qu’au sexe franchement. Je peux pas croire que je suis le fils d’un mec comme lui.

- Euh… murmura Yuki, tu sais tu filmes bien Gabrielle dans sa baignoire alors…

- Quoi ?

- Non rien. Il faut montrer ce film à Andrew.

- Je le grave sur un cd. Je suis fort non ? Grâce à moi tu vas retrouver ton n’Andrew…

- Oui, merci Tiz’.

- Allez, file t’expliquer avec lui…

- Non ; il est trop en colère après moi, il ne m’écoutera pas. Vas-y toi.

- Yuki ! Comment je vais lui présenter les choses ? Je ne sais pas si je peux lui faire confiance pour la caméra. Il ne doit le répéter à personne.

- Tiz’, c’est mon histoire avec n’Andrew qui est en jeu. T’es mon pote, non ? S’il te plait, vas lui parler.

- C’est bon j’y vais, céda Tiziano, un peu contrarié.

- Merci Tiz’, J’ai vraiment hâte que tout soit arrangé.



Bree Van De Kamp était en train de repriser des chaussettes quand la sonnette retentit.

- Bonjour Tiziano !

- Bonjour madame Van De Kamp. Andrew est là ?

- Je pense qu’il est dans sa chambre. Entre, je vais l’appeler.

Bree l’invita à s’installer dans le salon. Elle n’aimait pas trop accueillir les amis de Yukinari. Elle pensait qu’ils avaient une mauvaise influence sur son fils. Elle se posta au pied de l’escalier et appela :

- Andrew ? Andrew ?

Aucune réponse.

- Andrew ? Tiziano est là, il voudrait te parler. Tu descends ?

Je ne comprends… il a peut-être les écouteurs de son MP3 sur les oreilles. Assieds-toi Tiziano, je monte le chercher.

Un peu mal à l’aise dans cette maison bien rangée, Tiziano s’installa sur le canapé. Il tenait entre les mains le cd rom contenant le film compromettant. Un peu nerveux, il se sentait un peu idiot seul dans ce grand salon froid et sans vie. Au bout d’un moment, il se leva, contempla les tableaux de grands maîtres de la peinture accrochés aux murs, il observa les bibelots posés sur les étagères et les meubles anciens. Aucune trace de poussière n’apparaissait. Un quart d’heure s’était écoulé depuis Bree était montée à l’étage. Aucun son ne venait briser ce silence lourd et pesant qui contrastait avec l’animation perpétuelle qui donnait vie à la maison des Solis !! Si la maison des Van De Kamp était parfaitement entretenue, Tiziano la trouvait sinistre, sans vie, sombre et froide. Il en avait marre de cette attente, il se posta au pied de l’escalier, tendit l’oreille pour entendre des voix, un bruit, un soupçon de présence mais non, rien à part le silence. Il remisa le cd dans la poche arrière de son pantalon, se frotta les mains l’une contre l’autre comme pour se donner du courage et appela :

- Andrew ?

- ….

- Madame Van De Kamp ?

- ….

Il n’obtint aucune réponse. Il renouvela ses appels plusieurs fois sans davantage de succès. Il se décida alors à gravie les marches, longea le couloir d’un pas incertain, accéda enfin à la chambre d’Andrew. Il y trouva Bree, seule, assise sur le lit du garçon, une feuille de papier à la main, le visage défait, les yeux rougis qui prouvaient qu’elle venait de pleurer.

- Madame Van De Kamp, murmura Tiziano timidement… tout va bien ?

- Andrew est parti, annonça-t-elle froidement.

- Je repasserai un autre jour alors…

- Tu ne comprends pas. Andrew est parti pour toujours.

- Pour toujours ? Mais non… Pourquoi dites-vous ça ?

- Il a pris des vêtements, quelques effets personnels, un peu d’argent. Il a laissé cette lettre.

Elle lui tendit la feuille. Il hésita un instant, puis il attrapa le papier.

- Je ne sais pas si je peux la lire, dit-il, indécis. C’est … c’est trop personnel. Il a écrit cette lettre pour vous.

- Je te donne l’autorisation de la lire. Il y a un passage qui concerne ton ami Yukinari.

Ces derniers mots éveillèrent totalement sa curiosité, Tiziano lut attentivement le texte écrit par Andrew.



Maman,



J’ai pris la meilleure décision de ma vie. Une décision qui va te rendre libre et heureuse : je quitte définitivement Fairview. Toi et moi on ne cesse de se faire du mal. Tu refuses d’accepter « ma différence ». Tu as cessé de m’aimer le jour où tu as appris que j’étais gay.

J’avais trouvé mon équilibre et pris confiance en moi auprès d’une personne que j’aimais plus que tout au monde… mais il vient de me trahir.

Un amant qui me trompe, une mère qui me déteste comme je suis, plus rien ne me retient ici.

Je vais tenter de me construire une vie meilleure ailleurs, là où personne ne me jugera.



Adieu.



Andrew.



Abasourdi et mal à l’aise, Tiziano replia la lettre, la tendit à Bree.

- Je… Je suis désolé. Je ne sais pas quoi dire.

Bree se leva, remit le couvre lit en place, examina que les bords dépassaient de chacun côté d’une longueur égale, elle releva la tête et dit :

- Veux-tu un verre de soda avec des cookies ?

- C’est gentil mais il faut que j’y aille.

- Oui, bien sûr. Je te raccompagne.

Elle le précéda, le remercia pour sa visite en regrettant l’absence d’Andrew. Son attitude qui consistait à faire comme si de rien n’était déstabilisa Tiziano. Quand elle referma la porte derrière lui, elle s’effondra en larmes. Sur le chemin du retour, Tiziano se demandait comment il allait annoncer la nouvelle du départ d’Andrew à Yukinari. Il souhaitait repousser le moment où il allait devoir le lui dire, alors pour se donner du courage il décida de faire un détour par le baralolo.

...............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:48

................................


Pendant, ce temps, Yukinari visionnait les images qui incriminaient Carlos, avec une certaine inquiétude concernant l’avenir. Il craignait en effet la réaction de Carlos quand il apprendrait qu’il ne souhaitait plus porter le chapeau pour lui. Il fut tiré de ses pensées par l’arrivée d’Imanita qui bizarrement, portait dan sa main sa trousse de toilette.

- Bonjour mon mignon. Que fais-tu ? Tu regardes un film sur l’ordi de Tiz’ ?

Aussitôt Yukinari cliqua sur la souris pour changer d’écran. Il avait promis à Tiziano de garder le secret.

- Rien d’intéressant, en fait. Alors quoi de neuf ? Tu te remets des émotions de l’autre jour ?

- Je me sens encore un peu ankylosée d’avoir supporté ce taré sur moi mais ça va.

- Oui moi aussi.

- Et tes brûlures ?

- Elles sont superficielles.

- Je pensais te trouver avec Andrew.

- Bah, il avait à faire.

- Il exagère après ce que tu as vécu, il aurait pu passer la journée avec toi.

- C’est pas grave, je le verrai plus tard. Pourquoi te balades-tu avec ta trousse de toilette.

- Bon. Tu ne devineras jamais ce qui m’arrive.

- Dis moi.

- Ils sont en train de faire de gros travaux dans ma rue. Et ces imbéciles ont coupé l’eau pour la journée. Pas moyen de prendre un bain…

- C’est con ce qui t’arrive.

- Ne te moque pas. En arrivant j’ai vu monsieur Solis en train de tondre le jardin, je lui ai dit que c’était gentil de faire ton travail pour que tu puisses te reposer après l’enlèvement. Et puis dans le jardin il y avait aussi madame Solis qui faisait son yoga. Je leur ai expliqué ce qui m’arrivait, la coupure d’eau dans mon quartier, et je leur ai demandé si je pouvais utiliser leur salle de bains.

- Leur salle de bains ? balbutia Yukinari en alerte.

- Oui. Evidemment comme tu peux l’imaginer madame Solis, n’était pas trop d’accord, mais monsieur Solis a dit oui en arguant que j’étais une amie de Tiziano et que vue la pénurie d’eau, il fallait bien rendre service. Alors mon mignon, je vais profiter de la somptueuse salle de bains des Solis. Tu imagines ?

- Non mais tu ne peux pas, dit Yukinari très paniqué soudain.

Il savait que la caméra de Tiziano enregistrait tout et ne voulait pas qu’Imanita se fasse filmer à son insu. Et d’un autre côté il ne pouvait pas lui donner les véritables raisons qui l’empêchaient d’utiliser la salle de bains.

- Si je peux, j’ai l’autorisation.

- Euh… Xiao Mei n’a pas encore nettoyé la salle de bains.

- Je m’en fiche, elle la nettoiera après.

- Ima, utilise plutôt celle de Tiz’.

- Non, il n’y a qu’une douche et je préfère me délasser dans un bon bain. Puis avec une baignoire aussi confortable que celle de Gabrielle… Ce sera trop bon.

- Pourquoi tu ne vas pas chez les Scavo ou chez Susan.

- Mais tu es jaloux ?

- Jaloux non. Pourquoi ?

- Parce que tu cherches à me dissuader d’utiliser la salle de bains des Solis. C’est parce que tu n’es pas autorisé à l’utiliser toi ? Tu es jalouse.

- Euh, non, je t’avoue que maintenant, je ne prendrai jamais un bain dans cette salle d’eau.

- Tu as besoin de repos Yuki. Bon j’y vais. Heureusement que Tiz’ n’est pas là, il se moquerait de moi à venir prendre un bain chez les autres.

- Heureusement qu’il n’est pas là… tu ne peux pas savoir à quel point tu as raison.

- A tout à l’heure mon mignon. Qu’on ne me dérange sous aucun prétexte.

Yukinari se frappa le front de la main. Il devait absolument trouver un moyen pour débrancher la caméra…



Il était précisément 14 heures 35 quand Tom Scavo embrassa sa femme et quitta la maison en prétextant qu’il avait rendez vous chez le dentiste. Elle lui avait fait remarqué qu’il ne s’était pas plein de maux de dents, ce à quoi il avait répondu qu’il s’agissait d’une visite annuelle et qu’en même temps il prendrai rendez vous aussi pour les enfants. Dés qu’il eut refermé la porte, Lynette se précipita sur son sac et ses clefs, elle démarra sa voiture et suivit discrètement son mari. Il se dirigea vers la sortie de la ville, emprunta la voie rapide jusqu’au premier motel dans la banlieue de Fairview. Il se gara sur la parking, Lynette stationna sur le bord de la route, se renfonça dans son siège pour se dissimuler du regard des autres. Elle vit Tom descendre de voiture, claquer la portière et marchait vers le bâtiment. A son tour, Lynette descendit de voiture, se rapprocha à pas de loup, courbée en deux comme pour se cacher. Il aperçut Tom entrer dans une chambre. Elle s’approcha accroupie près de la fenêtre puis elle se releva juste assez pour que ses yeux soient à la hauteur du carreau. Elle sut stupéfiée par ce qu’elle vit : Tom en train d’enlacer une jeune femme brune… Elle s’adossa au mur, s’écroula sur le sol, abasourdie. Comment pouvait-il la tromper de la sorte. Elle venait de se faire licencier de manière injuste e tau lieu de la consoler il se précipiter dans les bras d’une autre dans un vulgaire motel en périphérie de la ville. Toute la vie de Lynette venait de s’écrouler en une journée. Elle avait perdu son travail, son métier, toute confiance en la vie. Les yeux rougis par les larmes, le cœur meurtri, elle regagna Fairview avec l’intention de quitter son mari et de s’enfuir avec les enfants…

..........................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:49

.............................


Yukinari essayait fébrilement de supprimer l’enregistrement des images filmées dans la salle de bains sur l’ordinateur. Sur l’écran on voyait Imanita en train de préparer ses affaires, ouvrir sa trousse de toilette, sortir ses nombreux produits de beauté. Yukinari cherchait tous les moyens pour couper la caméra mais en vain. Il sursauta quand Gabrielle Solis entra dans la chambre.

- Qu’es-tu en train de faire Yuki ? demanda-t-elle en s’approchant.

Aussitôt, pris sur le vif, Yukinari eut le réflexe de cliquer sur la souris pour changer d’écran. Malheureusement, ce petit clic supprima certes le direct mais l’ordinateur se repositionna sur le film enregistré le matin. Gabrielle découvrit ainsi son mari dans la baignoire avec Xiao Mei.

- Oh non ! pesta Yukinari en tentant de changer de fichier.

- Ne touche à rien. Laisse ça, lui ordonna-t-elle au moment où Tiziano fit de retour.

- Que regardez-vous tous les deux ? demanda-t-il.

- Je suis désolé Tiz’, s’excusa par avance Yukinari.

- Ce salaud a couché avec Xiao Mei.

- Mais pourquoi tu lui passes le film, Yuki ?

- Comment vous avez fait pour filmer ça ? les interrogea Gabrielle.

- Euh. C’est pas moi, c’est Yuki, se défendit aussitôt Tiziano.

Yukinari ne maîtrisait plus rien.

- En fait, Yuki était à la maison ce matin quand Carlos et Xiao Mei ont décidé de jouer au scrabble. Et il a eu l’ingénieuse idée de filmer leurs ébats pour … enfin pour avoir une preuve au cas où ce serait nécessaire.

- Le salaud, le porc, il va me le payer, éructa Gabrielle. Où est-elle cette petite grue. Xiao Mei ?

- Oui madame, fit la servante timidement sur le pas de la porte.

Gabrielle la traîna par les poignets jusque devant l’écran d’ordinateur.

- Tu peux m’expliquer salle petite pute d’asiatique.

- Oh madame Solis, pleurnicha la jeune femme en jetant un regard accusateur à Yukinari.

- Tu vas me le payer.

Pendant ce temps, Imanita était en train de faire couler un bain moussant, puis elle se déshabillait, avant de glisser dans l’eau chaude sous l’œil de la caméra qui filmait sans interruption et enregistrait tout sur l’ordinateur de Tiziano…

- Bon je coupe le film, tu en as assez vu, décréta Tiziano.

- Non ! s’écria Yukinari.

- Pourquoi ? Tu es sadique Yuki.

Yukinari reprit les commandes de l’ordinateur et préféra l’éteindre en attendant que l’orage Gabrielle se calme et surtout qu’Imanita sorte de la salle de bains. Il aviserait après.





Bree se sentait coupable. Coupable de la fuite de son fils. Elle pensait qu’elle avait fait son maximum pour l’élever comme il fallait et elle se rendait compte qu’elle avait échoué. Elle se sentie seule et désespérée. Elle ouvrit une bouteille de vin, puis une seconde, mais elle se sentit très mal. Elle avait besoin d’air, elle avait besoin d’aide…Elle décida de prendre sa voiture et de se rendre à l’hôpital. Elle recula dans l’allée pour amener la voiture sur la route, au moment ou un autre automobiliste déboula à toute vitesse, il rentra dans l’aile arrière droite de Bree. Elle fut un peu choquée, mais pas blessée.

- Excusez-moi madame, dit l’homme en s’approchant d’elle. Il s’aperçut de suite qu’elle avait bu aux odeurs de son haleine.

- Vous allez bien ? demanda-t-il ?

- Ça va, merci.

- Bree que s’est-t-il passé ? demanda Susan attiré par le bruit.

- C’est de ma faute Susan, je n’ai pas réussi à freiner à temps pour l’éviter.

- Orson ? s’écria Susan, surprise.

- Tu le connais ? demanda Bree.

- Oui c’est mon dentiste.

- Orson Hodge, se présenta-t-il.

- Enchantée, dit Bree en sortant de voiture.

- Je te raccompagne chez toi, proposa Susan. Je m’occuperai des papiers avec Orson.

- Tu es gentille, j’ai la tête qui tourne un peu.

Sa voiture, accidentée, Orson Hodge pouvait ce soir mettre son plan à exécution… Personne ne pourrait faire le lien avec lui…


..........................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 20:52

..............................


Gabrielle descendit au rez-de-chaussée, barricada toutes les portes pour empêcher Xiao Mei de s’enfuir et Carlos de rentrer, puis elle monta dans la chambre à coucher, en tenant solidement la jeune asiatique, Tiziano et Yukinari la rejoignirent pour assister à sa fureur.

Une fois le gazon tondu, Carlos essaya en vain de rentrer à la maison. Toutes les portes étaient verrouillées. Il s’écarta et vit la fenêtre de la chambre s’ouvrit et Gabrielle commençait à balancer les vêtements de son mari par la fenêtre.

- Mais qu’est ce qui te prend Gaby ? demanda-t-il surpris.

- Tu sais très bien ce qui me prend espèce de salaud.

- Ouvre la porte.

- Jamais tu ne rentreras plus chez moi.

- C’est ma maison Gaby.

- Tu as osé coucher avec Xiao Mei…

- Mais voyons.

- Ne mens pas, Yukinari a tout filmé.

- Quoi ? Il a fait quoi ?

- Tu est un salaud de première, hurla-t-elle en lui jetant ses habits à la figure.

- Tu peux parler nous sommes quittes maintenant. Je n’ai pas oublié ta petite aventure avec John Roland.

- Rien à voir. Il ne portait pas notre enfant dans son ventre lui.

- Gaby je t’en prie. Où est Xiao Mei.

- Elle reste avec moi pendant encore huit mois tant qu’elle porte mon enfant dans son bide.

Xiao Mei passa la tête par la fenêtre, terrorisée.

- Nous discuterons de tout cela quand tu seras clamée, en attendant je vais louer une chambre en ville.

- Inutile, je ne discuterai avec toi qu’au tribunal.

- Laisse au mon Tiziano sortir… c’est mon fils il vient avec moi.

- Ton fils ? Tu rigoles, il ne va pas quitte rune maison luxueuse dans la quelle il a tout ce qu’il veut pour habiter avec un père adultère dans une petite chambre de bonne !

- Je t’en prie Gabrielle. Tu as pris ma maison et la femme qui porte notre enfant, tu ne prendras pas mon fils.

- Je reste avec mamouna, confirma Tiziano en passant la tête par la fenêtre à son tour. Et il balança les plus beaux costumes de son père sur le gazon.

- Mamouna ? répéta Gabrielle les yeux plissés en se tournant vers lui.

Elle n’avait jamais entendu un surnom aussi stupide et elle savait que c’était justement la raison pour laquelle il l’avait choisi. Cependant, ce n’était pas le moment de lui faire des remontrances. Il était de son côté pour le moment, c’était tout ce qui comptait.

- T’as compris ? reprit-elle à l’adresse de Carlos, il reste avec sa mamouna.

- C’est dégueulasse ce que tu as fait avec Xiao Mei, lança Tiziano. Tromper mamouna et utiliser le pauvre Yuki pour cacher ta liaison. C’est pas beau. Vas-y Yuki balance son ordinateur portable.

- Non, ça on le garde les garçons dit Gabrielle.

- Ils sont aussi cinglés tous les deux, pensa Carlos.

Il ramassa quelques affaires et s’enfuit de cette maison de fous.



Pendant ce temps, Imanita se délassait tranquillement dans la baignoire où l’adultère avait pris ses racines, les écouteurs de son mp3 sur les oreilles, qui la mettait à l’abri de l’agitation… Elle ne se doutait pas un instant de ce qui s’était passé dans cette pièce quelques heures auparavant, ni de ce qui se passait dans les autres pièces… Et si elle savait qu’un œil la surveillait, elle serait restée dans le bain pour ne jamais en ressortir…



L’amour… La vie en couple est une chose fragile et difficile à perpétuer. Il suffit d’aider son logeur à cacher son infidélité pour faire fuir ce lui qu’on aime… un message téléphonique anodin met le doute dans l’esprit d’une mère de famille sur la fidélité de son époux de son mari qu’elle croyait connaître, un mari se retrouve dans une chambre de bonne pour un écart de conduite, une femme amoureuse perd l’homme qu’elle aime à cause de ses propres maladresses. Mais parfois aussi en amour, la vie réserve au hasard des rencontres, d’agréables surprises même quand on se sent au fond du gouffre.

Gabrielle Solis en fit l’expérience ce soir là lorsqu’un inconnu sonna à sa porte alors qu’elle noyait son chagrin devant un téléfilm pourri.

- Bonsoir madame Solis.

- Oh maître Benson ? Qui vous a dit que j’aurais besoin d’un avocat.

- Vous m’avez reconnu ?

- Comment oublier ce petit homme maladroit qui a méchamment piétiner mes rosiers.

- Pour me faire pardonner, permettez-moi de vois offrir ce magnifique bouquet de roses rouges.

- Elles sont superbes, constata-t-elle le sourire aux lèvres… Entrez….

Bree Van de Kamp reçut le même genre de surprise à peu près à la même heure. Elle entamait une seconde bouteille de chardonay quand la sonnette retentit.

- Bonsoir Bree… fit l’homme élégamment habillé.

- Orson ?

- Je vous apporte ce bouquet de camélias pour m’excuser de notre petit accrochage.

- Ho Orson, mais entrez, je vous en prie.

Oui, à Witeria Lane l’amour gagne toujours, c’est pour cette raison qu’un homme venait d’acheter la somptueuse maison située à côté de celle des Solis.

- Je crois que tous les papiers sont signés et en règle, dit Eddie Britt. La maison est à vous. Voici les clefs.

- Merci.

- Vous la voiliez vraiment cette maison, pas vrai ?

- Pourquoi dîtes-vous ça ?

- Vous avez payer un prix au dessus de ce que demandait l’ancien propriétaire et vous avez payer cash, c’est rare.

- Oui je tiens à cette maison. Je vais l’offrir à ma charmante nièce.

- Elle a de la chance de posséder un oncle aussi généreux.

- Je n’ai pas de femme, pas d’enfant, je possède une grosse fortune, normale qu’elle revienne à ma nièce.

- Vous êtes généreux. Je vous laisse. Passez une bonne soirée dans votre nouvelle maison.

- Cette maison va abriter l’amour d’un beau couple… j’espère qu’ils seront heureux ici.

- Je le souhaite aussi. Au revoir.

L’inconnu verrouilla la porte derrière elle. La maison était vide de tout meuble, elle semblait grande, immense et sans vie. Il fit le tour du propriétaire, l’air nostalgique.

Il parlait tout seul : « Oui c’est pour toi ma petite chérie, tu ne le sais pas encore mais c’est ici que tu vas vivre désormais avec celui que ton cœur a choisi. Tu vas découvrir tes véritables racines, tu vas venir sur les terres de tes origines… tu as le droit de connaître ce qui s’est passé avant ta naissance. C’est drôle on ne se connaît pas et pourtant, tu es ma seule famille…

Oui tu seras heureuse ici ma petite Gaëtane avec Pierre, ton chéri… »

Il sortit le revolver de sa poche, appliqua le canon sur sa nuque et pressa sur la détente. Sa tête explosa, sa cervelle se répandit sur le plancher ciré et brillant du salon…

Oui un nouvel amour va exister dans cette maison, une fois que le sol aura été nettoyé de tout ce sang…




FIN DE LA SAISON 2....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
fred



█ . RAGOTS : 44
█ . DATE D'ARRIVEE : 19/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 22:24

Waouhhhhhhhhhh !!!!!!!!!! je suis épuisé par autant d'histoire. :lol: :lol: Ce fut long mais agréable de retrouver tous ces personnages. Bravo à toi pour toute cette imagination et cette narration. :D :D :D Hâte de lire la suite !!!!!! :affraid: :affraid: :affraid: En espérant qu'on attendra pas trop longtemps pour retrouver tout ce petit monde ;
Héhé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Imanita



█ . EMPLOI/LOISIRS : Journaliste de renom
█ . VOISINS : Van de Kamp
█ . HUMEUR DU MOMENT : Dare to Dair !!
█ . RAGOTS : 364
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 22:43

:affraid: :affraid: :affraid: :affraid: :affraid: :affraid: :affraid: :affraid: :affraid:

Rooooooh, on pouvait pas rever d'une meilleure fin de saison!!! Heureux
Tout concorde avec le vrai DH, le nature perverse de Tiz est devoilée au grand jour, et mon mignon a encore une fois des problemes terribles Bravo
C'etait long, mais toujours aussi agreable et plein de rebondissements!!! C'est malin, je veux la suite moi maintenant!!! capricieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 22:50

En premier lieu, mes réaction "msniesque" -_- :

-Scène sous les décombres-
-"trop fort, tu as réussi à faire d'une scène dramatique, un moment drole, trop fort :P " (ouai deux fois trop fort je sais, j'en revenais aps c'est pour ça -_-) ...
-"lol les règlements de compte sous les gravas xD j'adore lol"
-mdrrrrr je pensais pas que la suite serait ça !! Trop fort, Ima va hallluciner quand elle va lire ça lol (quand Tiz' fait semblant d'avoir perdu connaissance le coquin Malin )
-"Oui j’ai un cœur moi" ... là je veux pas te dire mais elle va te tuer -_- lol

-Hopital-
-"on s’arrache d’ici" je parle pas comme ça moi -_-

]-Scène Xiao-Mei et Carlos-
-ça démarre pas mal avec Xiao-Mei et Carlos -_- (enfin je suppose que tu as voulu faire comme la fin de la saison 2)

-Lynette se fait licencier-
-"Lynette se soulagea en lui envoyant un pot de fleurs sur la tête" ... mdrrrr non mais où tu vas chercher ça xD

-Carlos amène Xiao-Mei dans ma chambre-
-Comment as tu oser Tiziano Catalano? Grrrrr

-Andrew découvre Xiao-Mei dans mon lit-
-Mais euh Déprimé
-"Remonte vite, couvert de crème glacée, tu vas exciter « Ice cream boy » !!!" ... même si ça c'était bien trouvé -_-1:mb:
-non mais j'y crois pas ce Carlos xd2 ... jamais je n'aurais fait ça (surtout me coller à elle -_-) ... tu me le paieras -_-


"message de Tiz' : "c'est pas ma faute ima m'avait dit " faut que tu nous venges de la partie de scrabble" moi je n'ai fait que lui obéir ... :lol: "
.. J'attends des explications -_-

-"Xiao Mei c’est un peu comme un vieux scooter pourri d’occasion, alors que Gabrielle c’est une Ferrari testa rossa flambant neuve" ... sympa pour Xiao-Mei xD !

-"La caméra filme en permanence, elle est reliée à mon PC… Comme ça je peux mater Gabrielle dans la baignoire en direct sur mon écran…" ... Horrifié

-"Mais j’y penses Tiz’ ! Tu mates aussi Carlos quand il prend son bain ?" Honte

-Ima qui vient prendre un bain, trop fort l'idée :lol:

-mouhahaha j'adore la scène dans la chambre avec le pc toi et Gaby, quel maladroit je suis quand même Malin

-Mais euh pourquoi c'est moi qui prend tout? xD

-Mdr toi aussi tu balances les fringues de ton père

-"T’as compris ? reprit-elle à l’adresse de Carlos, il reste avec sa mamouna. " ... mdrrr Gaby qui dit ça, j'imagine trop !

-"- C’est dégueulasse ce que tu as fait avec Xiao Mei, lança Tiziano. Tromper mamouna et utiliser le pauvre Yuki pour cacher ta liaison. C’est pas beau. Vas-y Yuki balance son ordinateur portable.
- Non, ça on le garde les garçons dit Gabrielle.
- Ils sont aussi cinglés tous les deux, pensa Carlos."
(une de mes préférées lol)


En gros j'ai qu'une chose à dire c'est "SUGOIIIIIIII"Extase , trop fort, je me suis bien marré (même trop marré), t'as bien fait de te proposer pour faire ce dernier épisode, je comprends pourquoi tu tenais à les écrire tes idées que tu avais lol ... j'adore, franchement t'es trop fort, je sais pas comment tu fais mais c'est parfait !!! Arf en plus j'ouvre la saison 3 donc j'ai plein de possibilités ... surtout que les nouveaux voisins sont arrivés Malin ... va falloir qu'on discute de tout ça mon p'tit Tiz' Malin

Merci beaucoup pour cet épisode, encore une fois je me suis régalé Heureux

Ps : Fred, j'essaierais d'être rapide pour le prochain épisode ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 23:06

Yukinari_ a écrit:
Ps : Fred, j'essaierais d'être rapide pour le prochain épisode ^^

Mdrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!!:affraid:

Non sérieux? C'est vrai? Le premier épisode de la saison 3 on l'aura samedi prochain. T'es trop fort Yuki:D :dance:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
fred



█ . RAGOTS : 44
█ . DATE D'ARRIVEE : 19/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 23:11

Je suis incorrigible et trop impatient Pouce :P Mais vos épisodes sont tellement bons et remplis de rebondissement à tous les deux bah qu'on en veut encore, encore et encore!!! Prends le temps qu'il te faudra, j'attendrais avec un plaisir certain de te lire et me marrer. Bon courage !!!!!A ta plume manitenant :affraid: !!!!!! Bises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 22 Sep - 23:13

tiziano a écrit:

Mdrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!!:affraid:

Non sérieux? C'est vrai? Le premier épisode de la saison 3 on l'aura samedi prochain. T'es trop fort Yuki:D :dance:

Oui bon j'ai dit j'essaierais, faut pas abuser non plus -_- (et puis la dernière fois je te rappele que c'était contre mon gré -_-) ... alors la semaine prochaine je sais pas (quoi que ça te clouerai le bec -_-) ... mais j'essaierais d'être rapide, 15 jours maximum, je te dois bien ça pour ce superbe épisode -_-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Sayla



█ . AGE : 33
█ . EMPLOI/LOISIRS : Floga
█ . RAGOTS : 120
█ . DATE D'ARRIVEE : 22/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Lun 24 Sep - 20:10

Excellente fin de saison !! Bravo Un épisode rythmé où sont relancées pleins de nouvelles intrigues ^^
J'ai beaucoup ri sur cet épisode ! (" il reste avec sa mamouna" mdr :lol: et le retour de vos fameuses parties de scrabble Malin )


Vivement la Saison 3 ! ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
tiziano



█ . EMPLOI/LOISIRS : Esclave du père Salama
█ . VOISINS : Van de Kampf (en ce moment)
█ . HUMEUR DU MOMENT : mélancolique
█ . RAGOTS : 650
█ . DATE D'ARRIVEE : 09/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Mer 26 Sep - 17:43

Sayla a écrit:
(" il reste avec sa mamouna" mdr :lol: et le retour de vos fameuses parties de scrabble Malin )


Vivement la Saison 3 ! ;)


Rooooohhhhhhhhhh "mamouna" ça vous a marqués franchement:bounce:

Je me demande comment Gabrielle réagirait si elle lisait ça, pffffff je suis con évidemment qu'elle le lit👅 ...Réfléchi

Eh Sayla t'es pas la dernière pour les parties de scrabble avec un certain "G"Héhé! .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Brian



█ . RAGOTS : 121
█ . DATE D'ARRIVEE : 10/08/2007

MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   Sam 29 Sep - 0:17

Mais Monsieur Catalano, vous savez que vous pourriez avoir des ennuis:twisted: ! Je m’explique quelle honte de manipuler notre âme sensible:roll: et jouer à faire le mort dans les gravas, ppppfff évidement avec la connivence de ton acolyte Yuki. Pas sympa j’ai faillit faire une syncope.:scratch:



Alors puis c’est un épisode à rallonge que tu nous as fait là, j’ai eu le temps de prendre un thé manger 4 cookies non pas de glace. Bon et il y a ce qu’il faut, les voyeurs, les bandits, les pervers, les couples adultères peuvent s’y retrouver, et les gens biens comme moi ! :tongue:



Bon pas trop de mort à la fin de cette saison 2, je vois qu’on va passer sur la 3 alors, à moins que notre Yukinari en décide autrement:evil: . Ima file tout de suite te rhabiller !!!! et le Yuki se met à la fraise , bah voyons.



Bon salut les artistes et chapeau. :geek:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2-18 - In Bed With....   

Revenir en haut Aller en bas
 

2-18 - In Bed With....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: F&M :: Les épisodes :: 
Saison 2
-
News Box !
█ . EPISODE 5.01 EN PREPARATION

...%

█ . BACK FROM THE TRIP,
Par I.


█ . IMANITA - APRES L'AVORTEMENT.


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit