AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror   Dim 12 Aoû - 17:12




Incontestablement, Susan Mayer possédait un don naturel pour se mettre dans des situations délicates et humiliantes. Déjà au lycée, un jour elle avait gentiment ramassé les copies du jeune professeur d'anglais sur lequel elle fantasmait, mais en se relevant elle cogna violemment la tête contre le bureau du prof, faisant tomber à terre les lunettes de celui-ci et les écrasant du pied en voulant se retenir à la chaise pour ne pas chanceler.... un peu plus tard le jour de son mariage, longeant l'allée centrale de l'église au bras de son père, elle voulut ramasser les gants q'une dame âgée avait malencontreusement laissé choir sur les dalles, en se baissant, la robe de Susan se déchira et elle se retrouva en soutien gorge, à moitié nue dans la maison de Dieu devant l'assemblée constituée principalement de sa future belle famille...... L'humiliation totale... des dizaines d'exemples de ce type jalonnaient l'existence de Susan. Ce matin là, elle allait vivre une nouvelle aventure déconcertante la mettant dans une situation plus qu'embarrassante devant l'homme qu'elle aimait toujours et qu'elle essayait de reconquérir à tout prix. Quand elle arriva sur le plateau de tournage du film dont l'action se déroulait à Wisteria Lane et dans lequel elle faisait croire à toutes ses amies et surtout à sa pire rivale Eddie Britt qu'elle tenait un rôle important alors qu'elle ne faisait que de la figuration, toute l'équipe était en ébullition, en train d'essayer de colmater une fuite d'eau. Dés qu'elle compris de quoi il s'agissait, Susan proposa à Serge d'appeler un de ses amis plombier. Elle courut jusque chez Mike Delfino, toute excitée par cet incident qui lui donnait une raison de sonner chez son ancien amant...

Il mit plusieurs minutes avant d'ouvrir la porte et apparut, la chemise déboutonnée, les cheveux en bataille, les pieds nus....
- Susan ?
- Bonjour Mike.... Marmonna-t-elle en se frottant les mains l'une contre l'autre comme pour se donner du courage. Je te dérange ?
- Que veux-tu ?
- Et bien comme tu le sais, je tourne dans un film et...
L'apparition inattendue d'Eddie Britt en nuisette la stoppa net dans son explication.
- Oh Mayer ! dit Eddie avec étonnement.... Que t'arrive-t-il encore ? ajouta-t-elle en passant le bras autour de la taille de Mike.
Susan commençait à se sentir mal à l'aise mais ce n'était rien à côté de ce qui l'attendait...
- Et je suis venue chercher Mike parce que sur le tournage du film nous avons un problème de fuite d'eau. Mais si je dérange....
- Oh j'imagine le souci si dans ce genre de film, le réalisateur a des problèmes de tuyauterie ! s'esclaffa Eddie avec un sourire ironique. Tu as sonné à la bonne adresse. Mike est l'homme de la situation, n'est ce pas ?
Elle l'embrassa sur la bouche devant Susan, parce qu'elle savait que cela l'énerverait.
- Je prends ma boîte à outils, je te suis, décida Mike.
- Je vous accompagne, proposa Eddie, je n'ai jamais assisté à un tournage, c'est l'occasion enfin... si tu acceptes Mayer...
- Oui, balbutia timidement Susan par politesse.
Si Eddie voulait les suivre c'était surtout pour contempler le spectacle : la tête de Mike lorsqu'il découvrirait dans quel genre de film tourner Susan et surtout elle voulait être présente à ce moment précis où Susan aller subir la plus grande humiliation de sa vie.
Mike Delfino, beau plombier, fut accueilli avec ravissement par Serge le réalisateur toujours délicieusement ravi d'accueillir un bel homme.... Il le mena vers l'endroit de la fuite, suivi des deux femmes auxquelles Serge jeta un regard méprisant. Mais avant d'atteindre cette pièce, ils devaient passer dans une chambre où plusieurs jeunes hommes entièrement nus, étaient en train de répéter une scène qui ne prêtait à aucune confusion, au regard de ce qu'ils faisaient...
- Qu'est ce que c'est que ce bordel ? demanda Mike en se retournant vers Susan dont il attendait les explications.
- Oh mais ces beaux mâles sont en train de...... remarqua Eddie en feignant la surprise.
- Je ne comprends pas.... Balbutia Susan en se mettant sur la pointe des pieds pour essayer d'apercevoir par-dessus les épaules de Mike la scène qui se déroulait dans la pièce.
- Je trouve cette plaisanterie de très mauvais goût, décréta sévèrement Mike. Je te prie désormais de rester le plus éloigner possible de moi, Susan. Tu me déçois profondément.
- Mon Dieu, j'ai du mal à le croire, Mayer. Tu joues dans un film porno, Toi ? dit Eddie un sourire ironique et satisfait aux lèvres.
- Voyons, Susan vous n'aviez pas dit à vos amis que vous tourniez dans un film gay ? s'étonna Serge.
- Un film quoi ? balbutia timidement Susan en relevant les sourcils et soudain très mal à l'aise.
Elle aurait aimé être une petite souris pour se glisser dans un trou et disparaître.
- Ecarte-toi de mon chemin Susan, ordonna Mike.
Il sortit d'un pas énervé, suivi par Eddie Britt qui ressentait un plaisir intense à assister à cette scène qui mettait la pauvre Susan dans la situation de perdante qui avait toujours était la sienne. Susan courut derrière Mike en s'écriant :
- Mike, attends, il s'agit d'un malentendu...
- Je ne crois pas non, ce que j'ai vu, n'est pas un malentendu...
Il stoppa net le pas, se tourna vers Susan d'un air sévère et dit sur un ton dur et implacable : « tu es une traînée Susan.... Je ne veux plus jamais te voir.... »
Et il rentra chez lui avec Eddie, laissant Susan seule avec son désespoir au milieu de la rue.

Et oui Susan Mayer possédait un don et elle venait de l'utiliser ce matin là avec encore plus de force que d'habitude. Cette humiliation là d'un degré jamais égalé, elle n'était pas prête de l'oublier....
Imanita Salama rejoignit Tiziano dans sa chambre à l'étage. Le jeune homme était en train de bricoler à monter les meubles en kit avec son père.
- Bonjour Ima ! , s'écria Carlos.
- Bonjour Monsieur Solis. Salut Tiz' !
- Tu vas mieux ? demanda Carlos.
- Oui je suis en pleine forme. Et toi Tiz', comment vas-tu. ?
- Il va beaucoup mieux depuis qu'il a emménagé ici, pas vrai fiston ?
Tiziano acquiesça d'un signe de la tête peu convaincant. Si en emménageant ici il espérait avec raison s'amuser aux dépens de Gabrielle, il n'avait pas pensé avoir son père sur le dos à longueur de journée. Très subtile, Ima s'en aperçut à sa mine...
- Je peux te parler un moment Tiz' ?
- Oui vas-y, te gênes pas pour moi, dit Carlos tout en enfonçant un clou avec le marteau. Moi et mon fils on ne sa cache rien. Pas vrai fiston ?
Bon là Carlos Solis devenait vraiment encombrant, sans réfléchir, Ima employa les grands moyens pour se débarrasser de lui.
- Monsieur Solis, je comprends mais il y a des choses qu'un garçon et une fille ne peuvent partager avec personne même pas avec les parents si vous voyez ce que je veux dire, expliqua-t-elle en prenant Tiziano par la taille en lançant un regard entendu à Carlos.
Aussitôt le jeune homme se raidit. « Qu'est ce qui lui prend » pensa-t-il, décontenancé. « Elle a reçu un coup sur la tête ? ».
Mais Carlos continuait de bricoler sans se soucier des paroles ni des gestes de la jeune fille. Il fallait donc passer à la vitesse supérieure.
- Monsieur Solis, nous apprécierions quelques moments d'intimité... soyez compréhensible, poursuivit-elle en plaquant Tiziano, dos au mur et en commençant à l'embrasser dans le cou.
- Et Ho calme-toi, souffla Tiziano, désorienté par les agissements inattendus d'Ima.
Carlos releva les sourcils, observa la scène d'un air étonné puis son regard se radoucit, il sourit d'un air entendu, tandis que Tiziano demeurait immobile plaqué contre le mur avec une Ima qui se montrait de plus en plus démonstrative et entreprenante...
- Je.... Je vous laisse, dit Carlos. Je vais scier les pieds de ce bureau dans le garage. A plus tard les jeunes, amusez-vous bien et... pas de bêtises Tiziano, pensez à vous protéger.
Tiziano ouvrit la bouche mais aucun son ne parvint à sortir. Une fois seuls, il repoussa sans aucune difficulté Imanita.
- Qu'est-ce qui te prend, tu es devenue folle ? T'es dingue maintenant mon père va s'imaginer que...
- Du calme Catalano, ne te prends pas la tête, dit-elle en s'asseyant sur le lit. Il fallait l'éloigner, je n'ai pas trouvé d'autre moyen, nous n'avons pas de temps à perdre.
- Attends tu m'as presque sauté dessus !!!
- Oui bon tu en as vu d'autre non ? Il faut mettre au point notre plan pour découvrir ce que mijote Corentin Petterson.
- Où est Yuki, je croyais qu'il était avec toi.
- Je lui ai préparé une merveilleuse surprise.
- Une surprise ?

Oui Yukinari Smith se dirigeait en ce moment même chez son amie Lenou qui venait de passer plusieurs jours aux mains de malfrats à cause des agissements d'Iris et de son défunt mari. La jeune fille avait besoin du soutien de ses amis pour se remettre des ses émotions et oublier si possible ces difficiles moments de captivité et de menaces. Madame Salama, la mère d'Imanita, psychologue réputée l'aidera à reprendre goût à la vie et surmonter ses peurs. En chemin, le jeune homme se culpabilisa en songeant que si Lenou avait été enlevée c'était à cause de sa famille à lui et des secrets bien gardés par sa mère. En effet, pourquoi le squelette de la femme de Brian Petterson se trouvait enterré dans leur jardin ? Il allait, avec l'aide d'Imanita et de Tiziano, menait l'enquête et mettre à jour les secrets de famille. Même s'il craignait pour leur sécurité, il savait qu'en intégrant la secte de Corentin, Imanita et Tiziano apprendraient la vérité. Enfin... il l'espérait en tout cas même si cette aventure apparaissait plutôt dangereuse. Lenou habitait en dehors de Wisteria Lane dans un quartier un peu moins huppé. Sur le trottoir d'en face des rappeurs dansaient au son de leur musique qui hurlait de leur mini chaîne portable, plus loin d'autres jeunes skaters s'exerçaient un utilisant un banc comme rampe. Yuki sonna chez Lenou, il était prêt à la consoler mais fut particulièrement surpris quand apparut dans l'encadrement de la porte : Andrew Van de Kamp.
- Salut mon Yuki ! s'exclama Andrew en lui adressant son plus beau sourire, celui qui le faisait craquer à mort...
- An.... Andrew, balbutia Yuki en ravalant sa salive.... Mais qu'est ce que tu fais là ?
- Viens, entre.
Sans très bien comprendre ce qui s'était tramé dans son dos, Yukinari suivit Andrew dans le salon.
- Mais... Où est Lenou ? demanda Yuki.
- Elle est partie au centre commercial avec des copines... Je crois qu'elles vont dévaliser les boutiques, expliqua Andrew avec un clin d'œil.
- Je ne comprends pas, n'Ima m'a dit que Lenou avait besoin de réconfort...
- Oui c'est bien pour ça qu'elle est partie faire les magasins et s'acheter de nouvelles fringues. Pour les filles, y a pas meilleur moyen de se remonter le moral.
- Drôle d'embrouille...
- Je voulais te présenter mes excuses, mon Yuki. L'autre fois, chez moi je ne pansais qu'à régler mes comptes avec ma mère et ... je n'ai pas songé au mal que je te faisais en t'utilisant comme moyen d'embêter ma mère. Tu t'es retrouvé dans une situation difficile, humiliante, à poil devant ma mère.... Et moi je ne voyais pas que tout ça te mettait mal à l'aise.
- Un peu tard pour t'en rendre compte, non ?
- Oui je sais..... mais j'ai compris beaucoup de choses, et notamment que je ne pouvais pas vivre loin de toi. Comme tu es en conflit avec ta mère, je comprends que tu ne peux pas venir chez moi actuellement, alors j'ai pensé que nous pourrions nous voir ici... Viens t'asseoir près de moi...
- Je ne sais pas... Il s'est passé trop de choses dans ma vie ces derniers jours et pas que des belles choses.
- Et moi ? Et cette surprise ? c'est une belle chose. Il faut que tu saches que tu as des amis qui t'apprécient, qui t'aiment et qui seront toujours là pour toi comme toi tu seras toujours là pour eux.... Et moi, je t'aime et tu me manques... Alors ne me laisse pas tomber...

- J'ai passé une partie de l'après midi au téléphone avec Andrew pour le convaincre d'arranger les choses avec Yuki, expliqua Imanita. Il a accepté et comme je sais que Yuki ne veut pas rencontrer sa mère après tout ce qui s'est passé, j'ai arrangé ce rendez-vous intime chez Lenou.
- Tu es géniale Ima !!! s'exclama Tiziano avant de se reprendre.... Enfin... ne répète à personne que j'ai dit ça...
- Tu as dit quoi ?
- Que tu étais géniale....
- D'accord, si de ton côté tu ne répètes à personne que... que je t'ai sauté dessus pour nous débarrasser de ton père.
- Oui, enfin... avec le suçon que tu m'as fait dans le cou, ça va pas être facile à cacher...
- Idiot, tu n'as même pas de suçon, constata-t-elle après vérification.
- N'empêche, tu y as cru ! s'exclama Tiziano en rigolant. En tout cas, Yuki a de la chance d'avoir une amie comme toi. C'est franchement bien ce que tu as fait pour Andrew et lui. Surtout que.... Enfin Andrew... te faisait craquer toi aussi....
- Oui ben oublie ça veux-tu. Nous avons à mettre au point notre plan pour faire tomber Corentin et sa secte. Je pense que nous devrions accepter notre intronisation parmi les « Justiciers de Dieu ». Une fois à l'intérieur nous pourrons enquêter et en connaître davantage sur les intentions de Corentin.
- C'est vrai, il est pas très net ce mec mais c'est dangereux de s'engager dans la secte. Vaut mieux que j'y aille seulement moi, dit Tiziano avec ce petit côté macho et sûr de lui qu'elle appréciait et détestait tout autant.
- Tu ne me crois pas capable d'assurer...
- Bah c'est-à-dire ... t'es une fille.... Je ne voudrais pas que tu aies des problèmes...
- Ecoute espèce de petit avorton phallocrate et primaire, je me débrouillerais sûrement mieux que toi, seule dans cette secte mais moi contrairement à toi, je réfléchis avant d'agir et je pense qu'il vaut mieux y entrer tous les deux pour unir nos forces et nos idées afin d'affronter ces malades...
Tourné vers la fenêtre Tiziano ne semblait pas prêter attention à ce que disait Imanita ce qui avait le don de l'énerver.
- Merci de m'écouter, lança-t-elle d'un ton sec, ça fait plaisir. Je te parle d'une affaire sérieuse et toi tu mates dehors....
- Regarde, la police et l'ambulance des pompiers devant le baralolo....
Imanita s'approcha et regarda dans la même direction.
- Un mec qui a trop bu sûrement, Loïc aura appelé les flics et les pompiers pour l'évacuer.
- Putain, mais c'est Saraluna qui arrive en courant... J'aime pas ça, déclara Tiziano.
- Elle est aussi curieuse que toi ta sœur, plaisanta Imanita. Elle cherche à savoir ce qui se passe.
- Elle a l'air apeurée, bouleversée et très agitée... C'est pas normal. Faut que j'aille voir, décréta Tiziano.
Mais Imanita le retint.
- Je te rappelle que tu es censé être amnésique. Tu ne reconnais pas ta sœur. Ton amnésie est notre meilleur atout pour faire tomber Corentin, et te venger de madame Solis. Alors ne fais pas tout foirer pour une histoire de poivrot sans importance.
- Ok, tu a s sûrement raison, mais je serai plus rassuré si tu allais voir ce qui se passe.
- Tiz' ! Nous n'avons pas de temps à perdre.
- Il s'est passé quelque chose de grave. Voilà d'autres voitures de police, une seconde ambulance, et le docteur Danmind qui accourt. Vas-y...
Constatant que Tiziano ne lâcherait pas l'affaire et craignant surtout qu'il aille lui-même au bar, elle céda à ce qu'elle considérait comme un caprice ridicule.
- C'est bon j'y vais mais tu me promets de ne pas bouger d'ici.
- Je te le jure.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror   Dim 12 Aoû - 17:13

...

Elle savait qu'il tiendrait parole et lorsqu'elle arriva au bar, vu l'agitation, elle constata que Tiziano avait vu juste. Jérémy Logan avait tiré sur Sayla Catalano, la sœur de Tiziano. Les médecins et infirmiers s'affairaient autour de la jeune fille allongée sur une civière, une marre de sang jonchait le sol, Lamita tentait de consoler Gaël effondré sur une chaise près de la blessée, Saraluna tenait la main de sa sœur en pleurant, Grized et ses hommes commençaient leur enquête en interrogeant les nombreux témoins présents au moment où le coup de feu était parti. LPC et Florian avaient tenté de maîtriser le tireur jaloux survolté, mais celui-ci s'était débattu comme un diable, menaçant de tirer de nouveau, il avait réussi à prendre la fuite. Une zone de sécurité avait été mise en place autour du bar. Loïc racontait la scène cauchemardesque à Corentin, venu le rejoindre et le soutenir dans cette épreuve qui allait jeter une mauvaise image sur l'établissement le plus populaire de Wisteria Lane.
- J'y crois pas, se lamenta Danielle Van de Kamp, ce mec est une véritable ordure. Il me disait qu'il m'aimait, qu'il n'avait jamais ressenti des sentiments aussi forts pour une fille auparavant...
- Il t'as menée en bateau comme toutes les autres, expliqua Julie Mayer. T'inquiète il a essayé de coucher avec moi mais j'ai refusé.
- Vous avez eu une aventure avec Jérémy, mademoiselle Van de Kamp, l'interrogea Grized.
- Oui mais d'après ce que je vois, il en aimait une autre. Il fréquente plusieurs filles en même temps mais se montre jaloux dés qu'un garçon s'approche de l'une de ses conquêtes. C'est un salaud et il me le paiera.
Grized s'approcha de Saraluna qui était complètement apeurée à la vue de tout le sang qu'avait perdu Sayla.
- Tu vas retrouver cette ordure au lieu de rester planté là ? implora-t-elle.
- Mes hommes sont déjà à sa recherche, je te promets de le mettre hors d'état de nuire.
Les médecins et infirmiers, prièrent Saraluna de s'écarter un peu pour leur laisser faire leur travail. La jeune femme avait l'impression que si elle lâchait la main de sa sœur, celle-ci l'abandonnerait pour toujours. Mais, elle dut se résoudre à lâcher ce lien si précieux en ce moment si douloureux. Elle avança vers Imanita et la prit à l'écart afin que personne n'entende leur conversation.
- Sais-tu où est Tiziano ? demanda-t-elle d'une voix tremblante.
- Oui, j'étais avec lui à l'instant chez les Solis.
- Vas le chercher, il doit savoir que sa sœur est gravement blessée...
- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée après ce qu'il vient de vivre et surtout, n'oubliez pas qu'il est sensé être amnésique. S'il accourt ici au chevet de sa sœur qu'il est sensé ne pas reconnaître, son amnésie ne sera plus crédible.
- Cette comédie d'amnésie a assez duré....
- Non, sa fausse amnésie est un atout pour coincer Jérémy qui se faisait passer pour le meilleur ami de Tiz'. Je ne sais pas pourquoi, il s'est présenté comme son meilleur ami alors que personne ne le connaît. Je ne sais pas ce qu'il mijote mais ce type à l'air plutôt dangereux.
- Il pourrait s'en prendre à Tizou.
- Non, j'ai des raison de penser que Tiz' et moi ne risquons rien.
- Comment peux-tu en être aussi sûre ?
- C'est une longue histoire mais il faut me faire confiance. Je vais aller lui dire ce qui se passe et lui demander de se tenir tranquille.
- Ils vont emmener Sayla, je l'accompagne. Dis à Tizou que je l'embrasse et surtout demande lui de se tenir tranquille... j'ai peur qu'il décide de venger sa sœur...
- Ne vous inquiétez pas, Yuki et moi veillerons à ce qu'il ne sorte pas de la maison des Solis. Pensez uniquement à Sayla et à son rétablissement.
- Merci, Ima, tu es gentille.
Une peu plus loin, tandis que LPC confiait son témoignage à la police en passant aux yeux de tous pour une héroïne qui n'a pas hésité à intervenir pour maîtriser le forcené, Lamita sentait la rage monter en elle en constatant combien Gaël se sentait triste et perdu devant la jeune blessée. Révoltée, elle lança à ses amis que si Jérémy se trouvait devant elle, elle serait capable de le crever. Lamita et Sabinouche se relayaient à tour de rôle près de Gaël dont le visage blême marqué par un mélange de tristesse et de haine en vers Jérémy, les bouleversait.
- Tout va bien se passer, dit Lamita.
- Foutez-moi la paix les deux cousines, répondit Gaël dépité, en se levant. Tous les regards se tournèrent vers lui. Ce type a tiré sur la fille que j'aime, vous comprenez, mais cette balle m'était destinée.... Et maintenant ma pauvre Sayla lutte contre la mort. Si je le retrouve, je le butte ce salaud.
- Calmez vous, dit Grized.
- Me calmer ? Vous avez déjà été amoureux ? éructa Gaël.
A ce moment là, le regard de Grized croisa celui de Saraluna, tous les deux savaient ce que cette question renvoyait dans leur esprit.... La jeune femme détourna ses yeux humides, et, soutenue par Brian venu la rejoindre, elle monta dans l'ambulance.
- Et bien si Sayla ne s'en remet pas, je lui explose la tête à ce malade ! conclut Gaël avant de s'élancer vers l'ambulance.
Florian pensa qu'il était plus sage de l'accompagner à l'hôpital, il n'avait jamais vu Gaël dans un tel état.... Il prit sa voiture et conduit son ami vers le centre hospitalier.
Grized, laissa s'échapper ses souvenirs et se remit au travail, il devait maintenant interroger le patron du bar.
- Ce client était déjà venu dans votre bar ?
- Oui, ça lui arrivait de temps en temps, répondit Loïc sous le regard pesant, lourd, et inquiétant de Corentin, qui bien qu'à l'écart, suivait cet échange avec attention.
- Et buvait-il beaucoup ?
- Non. Il avait l'habitude de draguer les filles, ce qui avait déplu à Gaël d'ailleurs.
- Ils s'étaient déjà disputés tous les deux ?
- Pas vraiment, à part le jour où Gaël a aidé Sayla à se débarrasser de Jérémy quand il se montrait un peu trop entreprenant.
- Je comprends...
- Vous savez personne ne le connaît depuis longtemps se mec, précisa Loïc. Il a débarqué dans le quartier il y a quelques semaines seulement. Je crois qu'il tourne dans le film...
- D'après différents témoignages, il dit être l'ami d'enfance de Tiziano Catalano...
- Non, il ment. Tous ici, on connaît bien Tiz' et je peux vous assurer que si Jérémy avait été ami avec Tiz' nous le saurions... je crois qu'il a profité de l'insomnie de Tiz' pour s'approcher de Sayla, c'est tout.
- C'est étrange quand même.
- Bah non c'est clair, intervint Corentin qui voulait éviter que des soupçons sous les véritables raisons de la venue de Jérémy dans le quartier n'éclatent au grand jour. Ce mec est un barge, il ne pense qu'à draguer les filles, il est prêt à tout pour arriver à ses fins.
- C'est quand même étrange comme technique de drague, vous ne trouvez pas ? renchérit Grized, suspicieux.
- Pourquoi toutes ses questions ? demanda Grized. Ce type a tiré devant plusieurs témoins, sa culpabilité ne fait aucun doute, alors laissez mon ami tranquille il a subi un choc lui aussi en assistant, impuissant à ce drame dans son bar. Vous feriez mieux de retrouver ce barge avant qu'il ne blesse encore quelqu'un.
- Ne vous inquiétez, pas monsieur Petterson. Nous sommes en train de le traquer, il ne nous échappera pas longtemps.
Corentin émit un petit gloussement avant d'asséner sur un ton grave, presque agressif :
- Si vous mettez autant de temps à le retrouver qu'à arrêter le salaud qui a lâchement assassiné ma mère, il peut encore courir longtemps....
Cette déclaration jeta un froid. Grized ne soutint pas le regard méprisant du jeune homme, il ne releva pas cette remarque qu'il mit sur le compte de la douleur du garçon consécutive à la découverte des restes du squelette de sa mère....

Imanita retrouva Tiziano chez les Solis, elle lui raconta les événements qui s'étaient déroulés au baralolo. Même si elle craignait sa réaction, elle ne pouvait pas lui cacher la vérité.
- Il a tiré sur Sayla ? demanda-t-il comme pour se faire confirmer ce qu'elle venait de lui dire.
- Oui en fait, la balle était destinée à Gaël....
- C'est un malade ce type... Je vais le planter.
- Ce serait une réaction franchement idiote...
- Il a tiré sur ma sœur !
- La police le recherche, il n'ira pas bien loin.
- Je vais le retrouver avant les keufs, et je vais lui régler son compte, on touche pas à ma sœur, ok ?
- Tu ne bougeras pas d'ici, trancha Imanita sur un ton ferme et autoritaire. Tu es amnésique, tu ne te souviens pas de tes sœurs.
- Mais là c'est un cas particulier. Je veux au moins aller à l'hôpital, dit-il en s'asseyant sur le lit tout en se prenant la tête dans les mains.
- J'ai parlé avec Saraluna, elle me tiendra au courant de l'état de santé de Sayla, je te le promets. Ton amnésie est un atout majeur dans notre plan pour anéantir la secte de Corentin. Jérémy appartient à cette secte, nous serons intronisés demain soir et nous pourrons enfin agir. Alors ne joue pas au héros stupide, tiens-toi tranquille. De toute façon tu n'es pas médecin, tu ne peux pas opérer ta sœur alors, laisse les spécialistes s'occuper d'elle et les policiers s'occuper de Jérémy.
- J'aurais dû plus me méfier de lui dés le début. Quand il s'est présenté comme un de mes amis, tu parles, je l'ai jamais vu ce mec, puis il s'est de suite mis à tourner autour de ma sœur, mais je pouvais rien faire sinon...
- Sinon tu perdais ta couverture et aujourd'hui tu en es encore au même point.
- Si jamais demain, il est présent pendant notre intronisation je vais le buter, le salaud... Rien ne pourra me retenir. Il apprendra qu'on touche pas à ma sœur...
- Nous arriverons à le coincer d'une autre manière, tu peux me faire confiance. Demain nous irons à la séance d'intronisation de Corentin, une fois entrés dans la secte, nous pourrons les épier, et comprendre ce qu'ils trafiquent exactement. Nous avons réussi à gagner leur confiance, bientôt nous serons les maîtres du jeu, Tiz'...
- Ok ça marche. Je me tiendrai tranquille. Je me régale à l'avance de notre revanche. Mais en attendant, tu files à l'hôpital prendre des nouvelles de ma sœur.
- Ecoute, Carlos est parti travailler... Je ne sais pas si je peux te laisser seul.
- Tu pourrais essayer de me faire confiance pour une fois, s'il te plaît ?
- Bon d'accord, j'y vais et je t'appelle. Sois sage.
Elle le laissa à contre cœur mais elle ne lui faisait pas totalement confiance, alors, même si elle ne voulait pas dérangé Yukinari qu'elle savait en très bonne compagnie, elle préféra l'appeler pour qu'il rentre tout de suite surveiller Tiziano.

Yukinari et Andrew avaient passé un très bon moment chez Lenou. Après tout, Andrew s'était excusé de l'avoir utilisé comme objet de vengeance contre sa mère. Mieux, Bree Van de Kamp acceptait enfin, (surtout elle n'avait pas le choix) que son fils fréquente Yukinari. Durant cet après midi, deux pots de glace avaient été totalement vidés de leur contenu....
Après cela, Andrew avait proposé à Yukinari d e se rendre à la piscine où il s'entraînait pour partager encore du bon temps. Le complexe sportif était fermé à cette heure, mais Andrew possédait les clefs. Ils pourraient profiter du bassin tous les deux. Yukinari avait protesté au début parce que la natation, c'était pas vraiment son truc mais Andrew lui avait répondu « qui te parle de natation ? » accompagnant cette proposition d'un clin d'oeil qui en disait long... Yukinari ne résista pas longtemps et maintenant, ils se trouvaient tous les deux derrière le bâtiment qui abritait la piscine, un endroit désert, des graffiti maculaient les murs, la nuit commençait à tomber. Soudain, ils aperçurent la silhouette d'un jeune homme recroquevillé, derrière un parterre de fleurs. Quand il remarqua la présence des deux jeunes, il se releva et se planta devant eux, de manière à leur barrer le chemin, comme s'il voulait protéger son territoire. Andrew constata qu'il avait les yeux fous d'un animal traqué, il ne le reconnut pas de suite. De son côté, Yukinari connaissait ce visage, mais il ne savait pas le situer exactement...
- Ho vous allez tous les deux ? leur demanda l'inconnu.
A ce moment là, le son de sa voix éclaircit les idées de Yukinari. Il s'agissait du type qui se faisait passé pour le meilleur ami de Tiziano.
- Qu'est ce que ça peut te faire ? rétorqua Andrew.
Le portable de Yukinari sonna, sur l'écran apparut le nom d'Imanita.
- Allô ?
- Bonjour mon mignon ? Alors tu as réussi à consoler Lenou ? demanda-t-elle sur le ton de la plaisanterie.
- C'est toi qui a manigancé ce rendez vous ?
- Tu ne vas pas me dire que ça ne t'a pas fait plaisir ?
- Oui bah on en reparlera plus tard parce que là tu vois je suis occupé...
- Oui j'imagine ! dit-elle en éclatant de rire dans le téléphone.
- Ce n'est pas ce que tu imagines. Dis-moi plutôt ce que tu veux...
Imanita lui expliqua ce qui s'était passé au baralolo et Yukinari sentit une brusque montée de tension, la sueur perler sur son front, il essayait de retenir les tremblements qui s'étaient emparés de son corps. Imanita lui parlait d'un tueur fou en cavale et ce tueur fou se trouvait là juste devant lui. Bien sûr il lui était impossible d'en parler à Imanita étant donné que celui-ci écoutait sa conversation.
- Enfin voilà, Jérémy est dans la nature, la police le recherche partout, conclut Imanita.
- ....
- Yuki ? Tu es là ?
- Oui... finit-il par répondre sans lâcher des yeux Jérémy. Il sentait soudain son cœur cogner fortement dans sa poitrine.
- Alors tu imagines ... Tiziano veut venger sa sœur. Il m'a promis de ne pas bouger mais ma confiance ne lui est assez limitée.
- Je comprends, dit Yukinari sur ses gardes.
- Bah alors mon mignon, t'as l'air tout bizarre, tout va bien? Tu ne t'es pas disputé avec ton n'Andrew au moins ?
- Non, non c'est bon... Tout est OK.
- Bon alors je suis désolée de mettre fin à ce moment d'intimité avec Andrew mais j'aimerais que tu rappliques vite fait chez les Solis pour tenir compagnie à Tiz' et veiller à ce qu'il n'aille pas faire pas une connerie... parce que je crois que si Jérémy se tenait devant lui, il le tuerait.
Yukinari tressaillit, il se racla la gorge et dit :
- Pas de souci, je rentre tout de suite.
- Tu es formidable mon mignon, je compte sur toi. Faut pas foutre en l'air notre plan. A plus tard.
Elle coupa la communication. Yukinari remisa son portable dans la poche de son jean, il était pressé de quitter cet endroit.
- Bon il faut qu'on y aille Andrew, dit il.
- Mais pourquoi ?
- Je t'expliquerai en route.
- Bon ok
Yukinari s'éloignait déjà quand tout d'un coup Jérémy interpella Andrew.
- T'es le frangin de Danielle ?
- C'est ça, et toi, tu es l'acteur porno qui drague ma sœur...
- Tu viens Andrew, lui cria Yukianri déjà bien éloigné des deux autres.
- Attends une minute, rétorqua Andrew.
- Elle hyper bonne ta sœur, lança Jérémy comme pour provoquer son adversaire.
- Tu as abusé de ma sœur ?
Jérémy avait le regard d'un fou, il avait bu, il savait qu'il avait grièvement blessée Sayla et le regrettait amèrement, car il aimait beaucoup Sayla. De toutes les filles qu'il avait dragué, c'était celle qu'il préférait, peut-être justement parce qu'elle lui avait résisté. En tout cas, il s'était toujours montré sincère avec elle. S'il avait l'habitude de jouer avec les sentiments des filles, il s'était toujours montré franc et honnête avec Sayla.
- Oui !!! Et elle a adoré ça ta pute de sœur.
Andrew sentit la colère monter en lui, il se jeta sur Jérémy mais celui-ci le maîtrisa rapidement en le frappant violemment d'un coup de cross en plein visage.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror   Dim 12 Aoû - 17:14

...

Andrew poussa un cri de douleur. Yukinari qui tournait le dos à la scène avec l'intention d'obéir à Imanita et surtout de s'éloigner de ce type dangereux, tressaillit, il se retourna et se précipita au secours d'Andrew. Il ne pouvait pas le laisser entre les mains de ce tueur armé. Maintenant, il savait de quoi il était capable.
- Ne lève plus jamais la main sur moi, conseilla Jérémy à Andrew qui se tordait de douleur sur le sol. Ta sœur j'en ai rien à secouer, entre elle et moi c'était juste du sexe, rien de plus....
Puis il s'éloigna avec un rire gras de satisfaction. Yukinari arriva au chevet d'Andrew.
- Purée, il t'as bien amoché ce con.
- Rattrape-le Yuki.
- Tu es fou Andrew. Il est armé.
- Il ne paie rien pour attendre, je vais le massacrer. Tu as entendu ce qu'il a fait à ma sœur et comment il l'a traitée?
- Oui, C'est d un malade...
- Il ne s'en sortira pas comme ça tu peux me croire.
- Il faut rentrer soigner ta plaie.
Yukinari l'aida à se relever, le raccompagna chez lui. Il refusa d'entrer parce qu'il ne voulait pas rencontrer sa mère. Ensuite, il rentra chez les Solis, chercha à travers toute la demeure mais Tiziano était absent. Yukinari commença à stresser. Si Imanita apprend qu'il n'est pas revenu de suite après son appel rejoindre Tiziano, il allait passer un mauvais quart d'heure. Il fallait absolument qu'il retrouve Tiz' avant qu'il ne commette l'irréparable. Yukinari avait trouvé le début de cette journée plutôt agréable mais à présent, ce bonheur retrouvé virait au cauchemar... Et pendant ce temps l'agresseur de Sayla et d'Andrew rôdait toujours... Mais il n'avait plus seulement les policiers à ses trousses...
Yukinari chercha dans le quartier, il tenta d'aller au baralolo mais celui-ci était fermé, il pensa alors demander de l'aide à Andrew. Il surmonta sa crainte de rencontrer sa mère et tomba sur Bree qui l'informa qu'Andrew était ressorti... Le jeune homme poursuivit seul ses recherches en priant qu'Imanita ne lui téléphone pas....

Après l'humiliation prise en pleine figure le matin même, Susan Mayer avait rompu le contrat qui la liait au producteur du film, lequel film avait par ailleurs de graves problèmes face à la révolte des habitants du quartier qui après avoir eu écho du type de film qui se tournait à Wisteria Lane, refusait que les acteurs et le réalisateur poursuivent leur travail. De plus le bruit courait que l'un des acteurs avait tiré un coup de feu sur Sayla Catalano... Ces événements jetaient un certain discrédit sur le film et une méfiance du voisinage.

Lasse et le moral dans les chaussettes suite à toutes ses déconvenues, Susan accepta l'invitation de Lynette à dîner entre filles dans un restaurant sympa en ville. Même si elle culpabilisait de laisser sa fille seule à la maison, elle décida d'aller s'amuser et de se changer les idées. De plus, Julie avait des devoirs à terminer.
Le nuit était tombée depuis plus d'une heure, Julie Mayer s'était préparé un plateau télé, elle s'installa sur le canapé devant le petit écran, regarda un documentaire relatant la carrière d'un chanteur à la mode, quand la sonnette de la porte d'entrée retentit. Elle alla ouvrir en rageant d'être dérangée à cette heure là, surtout elle imagina que sa mère avait encore oublié ses clefs. Mais en réalité, elle découvrit sur le palier, Jérémy Logan. Danielle Van de Kamp l'avait prévenu de l'incident qui s'était déroulé l'après midi au baralolo mais Julie n'avait pas peur de lui.
- Qu'est ce que tu veux ? demanda-t-elle.
- Je me sens un peu seul ce soir, j'avais envie de te parler... rétorqua-t-il d'une voix assez douce.
- Tu sais que la police te recherche ?
- J'en ai rien à foutre. Le seul truc que je regrette c'est de ne pas avoir troué la peau de ce petit con de Gaël. Et... Je suis désolé pour Sayla, je ne voulais pas la blesser.
- Je pense que tu n'as rien à faire ici.
- J'ai envie de toi Julie.
- Tu vois, Jérémy je suis désolée, mais moi je n'ai pas envie de toi, ni même envie de te parler.
- Ta mère est sortie, n'est ce pas ?
- Un conseil : vas te rendre à la police avant d'aggraver ton cas.
Il émit un petit rire sadique. Julie se demanda comment un mec avec une aussi jolie gueule pouvait se comporter comme un monstre abject. Il ne lui laissa pas le temps de philosopher sur la question, il lui attrapa les mains, se jeta sur elle comme un fauve affamé. Julie poussa un cri mais Jérémy posa une main sur la bouche de la jeune fille tandis qu'avec son autre main, il déboutonna le jean de la jeune fille et la glissa dans sa culotte. Julie tenta de se débattre, mais le garçon l'avait prise de telle manière, qu'elle ne pouvait plus bouger. Il arracha la chemisette de la jeune fille, commença à lui palper les seins... Pris dans cette relation bestiale, ni l'un ni l'autre n'entendirent les pas qui se rapprochaient derrière eux. Une main empoigna Jérémy et, avec une force incroyable le souleva de terre. Alerté par les cris de sa jeune voisine, Zach Young avait couru à son secours.
- Espèce d'ordure, éructa-t-il en envoyant son poing dans la figure de Jérémy.
Celui-ci bascula en arrière et Zach en profita pour relever Julie et la mettre en sécurité dans la maison. Jérémy en profita pour ce jeter sur son adversaire et les deux garçons luttèrent l'un contre l'autre jusqu'à ce que Jérémy prenne le dessus et arrive à s'enfuir de nouveau. Le danger éloigné, Julie ouvrit la porte et fit enter Zach qui avait cassé ses lunettes dans la bagarre. Il avait les poings serrés, les yeux exorbités, possédé par la rage qu'il ressentait à l'égard de Jérémy.
- Oh merci Zach, s'exclama-t-elle en lui sautant au cou, tu m'as sauvé la vie.
- Bon, c'est rien... Tu n'es pas blessée au moins ? Il n'a pas eu le temps de...
- Non juste des attouchements, tu es arrivé à temps. Et toi, ça va ?
- Oui c'est bon... dit-il en la repoussant parce qu'il ressentait toujours de l'amour pour elle qui le haïssait depuis qu'il avait pointé un revolver sur sa mère.
- Je devrais peut-être prévenir la police...
- Non. Laisse tomber, ils vont te poser plein de questions, à moi aussi et j'ai pas envie de les avoir sur le dos.
Surtout Zach savait que Jérémy Logan faisait partie du plan de Corentin, et il ne voulait pas que les flics mettent leur nez dans leurs affaires de vengeance.
- Je devrais y aller. Ta mère ne serait pas très contente de me trouver ici.
- Oui tu as raison... merci Zach... Je te suis vraiment très reconnaissante.
- Oh voilà ta mère, il faut que je file.
Il s'éclipsa dans la nuit, la rage au ventre contre ce sale type que avait osé poser les mains sur Julie Mayer...

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror   Dim 12 Aoû - 17:15

...

Le quartier en apparence calme et paisible de Wisteria Lane, cachait à la nuit tombée les secrets, les vices, les méfaits, les amours, les fugues de ses habitants. Zach Young parcourut le quartier une bonne partie de la nuit, Susan Mayer était rentrée vers 21 heures 30, horrifiée par la présence de Zach qui rôdait toujours autour de sa fille comme un vautour, elle ne devrait pas penser ça du fils de sa meilleure amie, c'est à dire moi Marie-Alice, mais elle ne connaissait pas tous les secrets qui entouraient mon suicide.... Apprenant que Jérémy Logan avait tenté d'agresser Julie, Lynette se précipita chez elle pour vérifier si ses enfants gardés par Tom allaient bien... juste histoire de se rassurer car elle savait que son mari ne laisserait personne faire du mal à ses enfants, Tiziano était rentré vers 23 h 30 juste après Yuki qui l'avait cherché toute la nuit, dissimulant à Imanita la disparition de Tiz', mais celle-ci n'avait pas été dupe très longtemps, Yuki ne savait pas bien mentir.... Carlos commença par engueuler Tiziano pour cette escapade nocturne, puis Yuki pour son inconscience à le laisser seul malgré son amnésie, évidemment, Gabrielle Solis prit la défense des garçons, arguant, qu'ils étaient en âge de sortir avec leurs amis le soir, que Yuki avait mieux à faire que de jouer les nounous auprès de Tiziano et qu'enfin l'amnésie de « leur sois-disant fils » avait effacé de sa mémoire les souvenirs de sa vie avant l'accident, mais pas ceux de sa vie après l'accident, il était donc parfaitement capable de reconnaître le quartier et sa maison.... Cette situation amusa les deux garçons... L'opération de retrait de la balle du corps de Sayla Catalano s'était parfaitement bien déroulée, par chance la balle n'avait touché aucun organe vital, dans 2 ou 3 semaines, cet incident ne serait plus qu'un mauvais souvenir dans l'esprit de la jeune fille, tout cela rassura Saraluna qui rentra très tard chez elle, décidant de marcher un peu dans le quartier pour prendre l'air malgré la nuit sombre où la lune était presque pleine.... Mais la nuit de pleine lune était prévue pour le lendemain, nuit pendant laquelle, Corentin allait introniser deux nouveaux membres de sa secte « les Justiciers de Dieu », en attendant, ce soir là, Corentin s'était une fois de plus disputé avec son près, ses excès de violence toujours présents depuis l'assassinat de sa mère avait redoublé depuis la découverte de son squelette. Brian lui avait conseillé de passer la soirée avec Loïc qui venait de subir une attaque à coup de revolver dans son bar mais Corentin lui jeta à la figure qu'il n'avait pas d'ordre à lui donner. Il avait faillit porter un coup de poing au visage de son père, mais il avait réussi à arrêter son geste juste à temps, ensuite, il est parti en claquant violemment la porte, Brian ne l'avait pas revu de la nuit. Gaël avait quitté l'hôpital tard dans la soirée, la sagesse aurait voulut qu'il rentre chez LPC, mais il préféra se balader un peu, aller prendre un verre au centre de Fairview, histoire de se changer les idées... les événements tragiques de l'après midi l'avaient beaucoup secoué, c'était la première fois qu'un homme tentait de lui tirer dessus avec une arme, ça faisait un drôle d'effet, même s'il était rassuré sur l'état de santé de Sayla, il ne serait vraiment tranquillisé qu'une fois ce jaloux malade serait mis hors d'état de nuire. Inquiet, Florian partit à la recherche de son ami dont il n'avait pas de nouvelles.... Dehors, il rencontra Lamita, triste et dépitée par sa séparation d'avec Gaël.... Quand Andrew est rentré chez, sa mère était endormi devant la télé... il était minuit passé, elle se réveilla en sursaut, souhaita lui préparé à manger mais le garçon refusa, elle lui demanda des explications concernant sa blessure au visage mais Andrew éluda la question, il alla prendre une douche et désaffecter sa plaie.... Bree van de Kamp n'insista pas, elle était beaucoup plus inquiète pas l'absence de sa fille Danielle, jamais elle n'était rentrée aussi tard auparavant, elle alla dans sa chambre en sachant déjà qu'elle allait trouvé le lite bien fait, vide... Allongée sur le lit, Irisblue ne dormait pas encore, elle songeait à sa situation, tout le parcours depuis la mort de son marin le départ de son fils aîné, et sa disputa avec Yukinari à cause de cette foutue mallette qu'elle espérait avoir été détruite dans l'incendie, mais elle était consciente que ces types ne lâcheraient pas l'affaire et continueraient à chercher après l es papiers si précieux.... Elle ne savait pas que cette satanée mallette se trouvait bien caché par les jumeaux dans le jardin de ses voisins les Scavo.... A cause de cette histoire, Irisblue avait tout perdu : son mari, ses fils, sa maison, et... maintenant ce foutu cadavre enterré dans le jardin était découvert.... Elle avala un somnifère et s'endormit en pensant que le lendemain, elle irait trouver son fils pour lui demander pardon et faire la paix avec lui...
Oui décidément, la nuit sombre et inquiétante dissimulait beaucoup de secrets, mais parfois quand le soleil se lève, il met à jour des secrets douloureux qui n'auraient jamais dû être découverts... le matin c'est l'heure où les joggers parcours la ville, ses parcs, parfois ses endroits les plus retirés, ce sont alors les premiers à découvrir de bien mauvaises surprises...
Quand Grized se réveilla comme il s'était couché avec un mal de tête qui lui tenaillait le crâne. Il avait dormi mais son sommeil ne fut pas réparateur, les affaires en court occupaient sans cesse son esprit, et il devait bien avouer qu'il n'avançait guère vers les solutions. Il se retourna dans le grand lit, allongea le bras pour caresser Narcheska mais sa main ne rencontra que le drap froissé laissé vide par la femme qui partageait sa vie. Il plissa les yeux, jeta un œil hagard sur le réveil qui indiquait 7 heures 30. Narcheska n'avait pas l'habitude de se lever aussi tôt. Des bruits de vaisselle mal menée lui parvenaient depuis la cuisine. Il se leva, la tête lourde, le mal lui lancinait jusque dans les yeux. Il se passa de l'eau sur son visage mal rasé, s'habilla et la rejoignit au rez de chaussée.
- Tu te lèves bien tôt aujourd'hui... dit-il el l'enlaçant. Il lui déposa un baiser dans le cou.
- Excuse-moi, je t'ai réveillé...
- Non, ne te fais pas de souci, je dois aller au bureau de bonne heure. Et toi tu es déjà prête à partir ?
- Je veux aller rendre visite à ma fille à l'hôpital...
- Si tu tombes sur Saraluna, vous allez encore vous accrochez...
- J'ai beaucoup réfléchi cette nuit. Il y a un mois mon fils a failli mourir dans cet accident, aujourd'hui c'est ma fille qui a reçu une balle perdue dans le ventre, j'ai décidé de passer plus de temps avec mes enfants. Je ferai tous les efforts pour me rapprocher d'eux, et de Saraluna aussi... Ce ne sera pas facile, j'ai tant de choses à me faire pardonner, mais je crois que ça vaut le coup d'essayer. Je commencerai par Sayla, puis j'aurai une grande conversation avec Saraluna et enfin, quand Tiziano aura recouvré la mémoire je deviendrai peut-être la complice de mon fils...
- Je te félicite, tu as pris de bonnes résolutions et j'espère que tes enfants y répondront favorables cette fois...
- Tu n'as pas encore arrêté ce garçon...
- Merci de me rappeler mon manque de réussite...
- Je ne te fais pas de reproche, je me sentirai juste plus rassurer quand il sera derrière les barreaux.
- Oui, tu as raison...
- Quand je pense qu'il jouait dans le film à mes côtés cette petite vermine.
- Tu ne tournes pas aujourd'hui ?
- Je ne crois pas que nous tournerons ces jours-ci... Eddie Britt a fait courir le bruit qu'il s'agissait d'un film pornographique, alors le comité de quartier s'est révolté, prétextant que ce tournage était dangereux pour leurs enfants et l'intégrité du quartier, ils ont écrit à la mairie, qui, sous la pression a suspendu l'autorisation de tournage, avec en plus l'un des comédiens qui sème la terreur dans le quartier, la municipalité a préféré se protéger. D'un autre côté je suis soulagée d'arrêter ce tournage. La raison qui m'avait poussée à jouer dans ce film c'était de me rapprocher de mes enfants...
Le portable de service de Grized sonna, il établit la communication de suite, répondit par des monosyllabes :
- Oui... Quand ? Où ça ? J'arrive...
- Tes hommes ont enfin localisé cette ordure ? se renseigna Narcheska quand il eut raccroché.
- Oui.
- Dieu soit loué !!! Je suis soulagée de le savoir entre les mains de la police. J'espère qu'il sera en prison longtemps et qu'il ne recommencera plus... Le plus terrible c'est qu'il en ressortira un jour et Dieu sait ce qu'il sera capable de faire pour se venger...
- Il ne fera plus de mal à personne...
- Comment peux-tu en être aussi sûr ?
Il la regarda dans les yeux et répondit d'une voix grave :
- Parce qu'il est mort.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror   Dim 12 Aoû - 17:16

...


Gabrielle Solis était dotée de plusieurs atouts. Debout devant son miroir, elle constatait chaque matin que malgré les années qui passaient, elle conservait sa taille de mannequin, cette constatation la réjouissait et la renforçait dans l'idée qu'elle ne pouvait plus continuer à jouer ce rôle stupide de la mère de Tiziano. Elle allait utiliser comme atout son charme, sa beauté, son indiscutable séduction. Elle avait décidé de déployer les grands moyens pour permettre à Tiziano de retrouver la mémoire. Elle savait combien le jeune homme était amoureux d'elle avant son amnésie, aussi décida-t-elle de faire rejaillir la flamme qui sommeillait en lui. S'il avait vraiment été amoureux d'elle, il ne résisterait pas longtemps à ce jeu de la séduction dans lequel elle était devenue une maîtresse incontestable. Carlos était au bureau pour la journée, elle vérifia en jetant un œil par la fenêtre que Yukinari passait la tondeuse à gazon dans le jardin, la voie était donc libre. Elle enfila un peignoir très court, en satin rouge sur son dos, le laissant ouvert sur ses dessous très affriolants, puis elle entra dans la chambre du jeune homme. Tiziano occupait sur son ordinateur lui tournait le dos et imprégnait par ce qu'il faisait, il ne sentit pas sa présence.
- Tout va bien Tiziano ? demanda-t-elle d'une voix suave.
- Oui, tranquille maman... répondit-il sans détourner son regard de l'écran. Je joue un nouveau jeu que Yuki m'a montré, c'est trop génial.
- Ah.... Oui....
- Tu veux que je te montre ?
- Oui bien sûr...
Elle entra dans la chambre, s'approcha de Tiziano, posa un pied sur le bras du fauteuil. Décontenancé, Tiziano tourna les yeux sur la jolie jambe découverte de Gabrielle qui lui adressait son plus beau sourire séducteur. Sur ses gardes, Tiziano avala sa salive, porta de nouveau son attention sur l'écran et commença à lui expliquer à quoi consister ce jeu. Mais Gabrielle n'y prêtait aucune attention, elle avait en tête un autre jeu, aux règles bien différentes.
- Comme trouves-tu mes dessous en dentelles ? demanda-t-elle en passant amoureusement le dos de sa main sur le visage de Tiziano.
Déconcerté et en même temps troublé, il tenta de rester concentré sur le jeu de Yuki et d'éviter de répondre aux avances de Gabrielle.
- Le but du h=jeu c'est d'abattre tous les espions et d'entrer dans la forteresse...
Elle approcha ses lèvres du lobe de son oreille...
- Je te propose de participer à un autre jeu, tu te souviens, celui auquel nous jouions avant ton accident...
- Mais que faites-vous ? demanda Imanita qui se tenait dans l'embrasure de la porte.
Décidément cette chipie était toujours à rôder dans les parages, elle ne la laissera jamais tranquille, pesta Gabrielle en nouant la ceinture de son peignoir.
- Mon fils me montre un nouveau jeu sur l'ordinateur, rétorqua-t-elle. Mais nous reprendrons cette leçon plus tard, je dois le conduire chez ta mère pour sa première consultation avec sa psychologue...
- C'est touchant de voir une mère aussi complice avec son fils, déclara Imanita en lui adressant un sourire ironique.
Gabrielle haussa les épaules, et, en sortant pour aller se préparer, elle lui jetant au visage en passant à sa hauteur :
- Ce je ne sais pas ce que tu mijotes avec Tiziano mais je te préviens, je n'accepterait pas que tu traînes chez moi si souvent.... J'en parlerai à Carlos...
- Monsieur Solis fera tout ce que Tiz' lui demandera, vous le savez parfaitement...
- Ne te crois pas si puissante, j'ai de nombreux moyens de pression sur mon mari... j'espère que ta mère saura rendre à Tiziano sa mémoire... j'ai hâte de le voir rentrer chez lui...
- Je vous comprends, vous n'appréciez pas qu'il vous prenne pour sa mère et surtout, il était plus agréable pour vous de lui plaire en tant que femme qu'on désire...
- Tiziano soit prêt dans un quart d'heure, on est déjà en retard...
Une fois Gabrielle sortit, Imanita ferma la porte.
- Elle est plus dangereuse et maligne que je le pensais, dit-elle.
- T'inquiète j'ai compris son jeu, et je n'ai pas répondu à ses avances.
- Tu dois te méfier, elle recommencera...
- Après la façon dont elle m'a jeté, je ne risque pas de replonger.
- Les hommes perdent toujours leur moyen devant une jolie femme séductrice, et madame Solis le sait, elle va tout mettre en œuvre pour t efaire tomber dan s son piège.
- Tu oublies une chose importante, Ima...
- Ah oui ?
Il s'approcha d'elle et, avant d'aller rejoindre Gabrielle qui l'attendait dans la voiture, il dit :
- Tu oublies que je suis beaucoup plus malin qu'elle... je peux t'assurer qu'avec votre aide à Yuki et toi... je vais la rendre folle...
Il sortit, et une fois qu'il avait tourné le dos, Imanita esquissa un sourire de satisfaction....

Quand le lieutenant Grized arriva sur le terrain vague situé à la sortie de la ville, un périmètre de sécurité avait été établi et ses hommes étaient sur place depuis une heure et demi, les techniciens de la police criminelle s'affairaient autour du cadavre de Jérémy Logan, effectuaient les prélèvements nécessaires à l'enquête, relevaient toutes les traces d'empreinte.... Il fut accueilli par son bras droit, le lieutenant Perkins. Il lui serra la main et demanda de suite :
- Quels sont les premiers indices ?
- D'après les premières constatations la mort remonterait à hier soir, et je peux te dire que son meurtrier devant drôlement lui en vouloir vu comment il s'est acharné sur lui...
- Que veux-tu dire ?
- Avant de le tuer, le meurtrier l'a copieusement tabassé, puis mutilé en lui tranchant les deux pouces, une phalange de son index gauche, et plusieurs orteils, son corps est aussi lardé de coups de couteau, ce qui explique la présence tout ce sang coagulé. Après l'avoir fait souffrir de douleur et sûrement de peur, son meurtrier l'a achevé de sang froid d'un coup de revolver en plein cœur. Une horreur, un vrai carnage.
Grized s'approcha et ressentit un haut le cœur en voyant le corps mutilé du jeune homme, incommodé aussi par l'odeur. Il en avait vu des cadavres mais mutilé à ce point, jamais...
- On a une idée de l'arme du crime, demanda-t-il après avoir retrouvé ses esprits.
- C'est étrange mais on a retrouvé ce revolver près du corps, indiqua Perkins en lui montrent l'arme précieusement empaqueté dans un plastique stérile et scellé pour protéger les empreintes.
- Etonnant qu'un meurtrier abandonne son arme sur place. Il se pourrait que ce soit l'arme du crime ?
- D'après les spécialistes, le diamètre de la plaie pourrait corresponde mais une balle tirée à bout portant, ça fait des dégâts... Nous aurons des réponses plus précises après l'autopsie et nous connaîtrons exactement l'heure du crime. Nous saurons aussi si c'est avec ce revolver que Logan a tiré sur Sayla Catalano. Mais si tu remarques bien, regarde attentivement, il y a des traces de sang séché sur la cross du revolver.
Grized observa attentivement...
- Tu crois que Logan s'est défendu et aurait frappé son assassin ?
- Possible, d'après les analystes, le sang semble différent de celui retrouvé sur le cadavre. Les analyses plus poussée nous donneront la solution. En tout cas si notre homme a reçu un coup de cross au visage, il devrait être reconnaissable assez facilement...
- Sauf s'il a quitté l'état.
- Il y a autre chose aussi, reprit Perkins.
- Oui ?
- Il s'agit d'un revolver très ancien vraisemblablement une pièce de collection. Regarde, il y un numéro de permis de port d'arme sur le canon. J'ai téléphoné au service concerné qui m'a donné le nom du propriétaire de ce revolver, modèle ancien qu'on ne trouve plus sur le marché depuis très longtemps.
- Excellent travaille Perkins. Mettons nous de suite à la recherche de cet homme et allons l'interroger...
- Je ne pense pas que ce sera possible, rétorqua Perkins.
- Pourquoi ?
- Parce qu'il est mort depuis plusieurs années..
- De qui s'agit-il ?
- Dennis Catalano.
- Dennis Catalano ? répéta Grized comme pour s'assurer d'avoir bien compris.
- Oui le père de Sayla...
- Et de Saraluna... ajouta Grized d'un air mélancolique.

Oui un nouveau jour se lève sur Wisteria Lane avec de nouveaux secrets et l'apparition d'une terreur soudaine, plus terrifiante que celle que faisait peser sur le quartier le tireur jaloux éconduit par sa dulcinée.... Maintenant, tous les habitants le savaient, un dangereux criminel rôdait plus méchant, plus fou, plus rusé, plus malin et beaucoup plus cruel que le pauvre Jérémy Logan...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror   

Revenir en haut Aller en bas
 

2.13 - The Young Man Who Scattered The Terror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: F&M :: Les épisodes :: 
Saison 2
-
News Box !
█ . EPISODE 5.01 EN PREPARATION

...%

█ . BACK FROM THE TRIP,
Par I.


█ . IMANITA - APRES L'AVORTEMENT.


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit