AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2.12 - To Take Advantage Of Good Moments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: 2.12 - To Take Advantage Of Good Moments   Dim 12 Aoû - 17:08




Saraluna n'avait pas revu Brian depuis la journée de la veille, elle ne savait pas vraiment comment réagir face à la terrible nouvelle qu'avait reçu ce dernier. Elle se demandait s'il avait besoin d'être seul afin de réfléchir à tout ça ou si au contraire il avait besoin du soutien de la jeune femme.
Cela faisait seulement quelques heures qu'elle l'avait quitté et déjà elle n'en pouvait plus de penser à tout ce qui se passait, le squelette de la femme de l'homme qu'elle aimait retrouvé dans le jardin d'une de ses voisines ... une voisine qui avait un fils ami avec son frère ... son frère, faisant semblant d'être amnésique, la chambre de son frère où elle avait retrouvé les deux os des avant-bras du squelette de la femme de Brian ...
Elle ne pouvait rien dire à la police pour ne pas qu'elle soupçonne son frère, elle ne pouvait également rien dire à Brian, sinon là c'est sûr qu'elle le perdrait et elle ne le souhaitais pour rien au monde ... elle pensait enfin à elle, à sa vie, elle était amoureuse et heureuse, elle ne pouvait absolument rien laisser gâcher ce bonheur, quitte à mentir même si c'était contraire à tous ces principes, surtout des mensonges aussi gros ... maintenant elle espérait simplement que ça ne lui retomberai pas dessus tôt ou tard.
La sonnette de la porte d'entrée la sortit de ces pensées, elle alla ouvrir la porte :

-Bonjour Sara !

Brian, l'homme auquel elle pensait à l'instant était en face d'elle en ce moment même ... elle ne savait plus quoi dire, elle qui d'habitude pouvait faire face à n'importe quelle situation. Elle reprit ses esprits et se força à paraître forte, elle jugea que pour commencer à reprendre la parole, ceci serait le bienvenue :

-Bonjour Brian !

Elle n'était pas forcément fière d'elle mais elle avait évité à Brian de se sentir gêné.

-J'espère que tu vas bien, engagea t-il. Je suis désolé de t'avoir mis à la porte hier matin mais je ne me sentais pas très bien !
-Tu rigoles j'espère, s'étonna la jeune femme. Je le comprends parfaitement, tu n'as pas à t'excuser de ça, oh Brian tu traverses une passe tellement difficile. Si tu as besoin de moi je suis là, tu le sais.
-Justement, je suis venu te parler de nous deux.
-Tu me fais peur là Brian, que se passe t-il ?
-Eh bien, enfin ... j'aimerais que l'on arrête de se voir. Enfin du moins pour quelques temps.
-Oh bien sur je comprends, tu as besoin d'être seul et d'avoir les idées claires.
-Tu es si compréhensive Sara, je suis vraiment désolé de te demander ça.
-Ne le sois pas c'est tout à fait logique.
Il lui sourit.
-Saches en tout cas que cette petite période dont j'ai besoin ne change en rien mes sentiments pour toi.
-Je le sais ne t'en fais pas. Prends tout le temps qu'il te faudra.
Elle préférerait qu'il en prenne le moins possible car elle avait besoin de sa présence pour se sentir heureuse, mais elle comprenait qu'avec les récentes révélations, son ami ai besoin d'un temps d'adaptation.
-Je ne sais pas si je mérite autant de compréhension de ta part, tu sais tu n'es pas obligé de rester avec moi si tu n'en a pas envie, acquiesça Brian.
-Ne t'en fais pas, je comprends parfaitement je te l'ai dit ... ça ne changera rien entre nous.
-Je suis désolé je vais devoir y aller, je ne veux pas laisser Corentin trop longtemps seul. Je te remercie encore.
-Ne sois pas bête, tu n'as pas à me dire merci, c'est normal. Allez file, lui dit-elle en souriant.

Brian allait la remercier une nouvelle fois, mais il ne voulait pas paraître trop « lourd » ... il se contenta donc de s'en aller en l'embrassant une dernière fois.
Ce que Saraluna ne savait pas, c'est que Brian n'avait pas réellement besoin de temps pour lui, il était fort et savait que tôt ou tard ce jour arriverait, il s'y était préparé de toute façon, même si la nouvelle était difficile à apprendre quand même. Non la personne pour qui il s'inquiétait était son fils, il ne craignait que cette nouvelle le fragilise encore plus, et il ne craignait aussi qu'il s'en prenne à Saraluna, il savait qu'il aurait du mal à supporter le fait qu'une autre femme prenne la place de sa mère. Il se souvient de la réaction que le jeune homme avait eue tout petit quand il avait appris la disparition de sa mère. Il était devenu très violent avec tout le monde, Brian ne pouvait plus le mettre à l'école, il recevait sans arrêt des plaintes des professeurs qui remarquait un comportement violent chez lui. Enfin encore ça, ça allait, il pouvait encore le gérer ... jusqu'au jour où il avait blessé l'un de ses camarades, il l'avait délibérément frappé en répétant sans cesse « Rends moi ma maman » lui avait raconté les professeurs, Bien entendu Corentin s'était fait renvoyé et Brian dû se résoudre à le garder auprès de lui afin d'éviter d'autres catastrophes du genre. D'ailleurs pour ne pas trop que son fils ne se sente seul à la maison, il se souvient lui avoir acheté un chiot ... si au départ l'enfant était heureux, la nouveauté et le fait d'avoir un nouvel ami probablement, il se montrait également de plus en plus violent, jusqu'au jour où Brian s'était absenté quelques minutes et quand il était rentré, il retrouva le chien allongé sur le carrelage de la cuisine et recouvert de sang, Corentin allongé et endormi à coté du cadavre, couverts de sang ... il semblerait que le jeune garçon avait tué son chien ... comment il ne le savait pas vraiment, mais il présumait que l'éclat sur le carrelage fut le fait que Corentin ait frappé le chien contre. Il se demandait comment il avait pu en arriver là, comment son fils pouvait faire preuve de tant de cruauté, de tant de haine ...
Bien entendu, il avait immédiatement pensé l'emmener chez un psychiatre. Cette idée finalement avait assez bien fonctionné, et l'adolescence de Corentin fut relativement calme ... si ce n'est quelques bricoles comme tous les jeunes de son âge. Brian avait même envisagé de le rescolariser et ce fut un succès total ... Corentin était un brillant élève, Brian n'en revenait pas, il avait réussi à rattraper son retard des dernières années, car même si Brian continuait à le faire travailler à la maison, c'était très loin du niveau des écoles normales. Il était fier de son fils et pensait réellement qu'il avait enfin réussi à faire le deuil de sa mère disparu.
Toutefois, il se méfiait toujours, si son fils n'était plus aussi violent, il était au contraire extrêmement intelligent, et il devait voir les choses différemment d'un enfant de huit ans. Son intelligence entrainait forcément de la ruse ... mais il ne pouvait tromper son père qui le connaissait parfaitement. Enfin du moins c'est ce qu'il pensait ... il n'était absolument pas au courant du fait que Corentin avait monté une secte appelée « Les Justiciers De Dieu » ...



Corentin n'avait désormais plus besoin de Lenou et avait ordonné qu'on la libère, Zack Young l'avait raccompagnée jusqu'à chez elle. La jeune fille était encore terrorisé et semblait plus que perdue. Bien entendu ses parents n'étaient pas là, comme toujours, ils étaient souvent à l'étranger pour leur travail. Zack déposa donc la jeune fille sans ménagement chez elle, toute seule dans une grande maison vide et s'en alla comme si de rien n'était ...



Carlos était venu chercher Tiziano qui devait sortir aujourd'hui de l'hôpital et Yukinari qui avait passé la nuit en compagnie de ses amis.
Tiziano avait hâte d'arriver chez les Solis et de commencer à embêter sa nouvelle « maman », il savait que là-bas il serait choyé et qu'il aurait droit à ce qu'il voudrait ... et surtout il savait que Gabrielle devrait accepter tout ce qu'il disait et voudrait, ce qui le satisfaisait encore plus. Yukinari pensait qu'en le voyant comme ça, aussi manipulateur, on aurait pu croire que Gabrielle était vraiment sa mère, ce qui, dans un sens, était assez ironique.

-Bon tout est prêt normalement, ta chambre Tiziano, ainsi que la chambre d'ami pour toi Yukinari, aussi longtemps que tu le voudras ... enfin attention hein, pas de coup comme l'autre fois, insista Carlos.
-Promis Mr Solis, je vous remercie de votre accueil.
-C'est normal, et puis je ne peux rien refuser à mon fils amnésique.
-Je comprends, enfin je pense qu'il ne faut pas trop lui laisser en profiter quand même.
Yukinari s'en voulu d'avoir dit cette phrase, ça lui valu un méchant coup de coude dans les côtes de la part de Tiziano.
-Je vois ce que tu veux dire, mais j'essaie de rattraper le temps perdu.
-Je comprends bien, après tout vous faites ce que vous voulez, lui répondit Yuki pour éviter d'une nouvelle fois se faire frapper.
Carlos sourit.
-Par contre, rajouta t-il, Gabrielle est un peu sur les nerfs en ce moment, n'y faites pas trop attention.
Tiziano se retenait de pouffer de rire, il savait que c'était le fait que Tiziano arrive dans la maison qui la rendait furieuse. Preuve que tout marchait à merveille.
-Ah oui les femmes, souvent d'humeur changeante, affirma Yukinari.
-Tu t'y connais en femme toi ? J'ai cru comprendre pourtant que ... enfin tu vois quoi.
-Vous avez bien compris ... lança sèchement Yukinari.
Tiziano qui n'en pouvait déjà plus de se retenir de rire face à l'humeur de Gabrielle, ne put s'empêcher d'éclater de rire par la façon dont son père avait remis maladroitement mais humoristiquement en place son ami.
-Ca fait plaisir de t'entendre rire mon fils, se réjouit Carlos qui marchait devant les deux garçons.
Yukinari ne put s'empêcher de se venger face à la petite moquerie de son ami, il plaça son pied devant ceux de Tiz' qui, après une tentative de rattrapage au mur, s'affala sur le sol lourdement.
-Bah alors fiston, t'aimes tellement cet hôpital que tu veux te reblesser pour y rester ?
-Bah oui Tiz' fait attention quand même, ironisa Yukinari.
-Tu me le paieras, murmura Tiziano à l'attention de Yukinari en rigolant.
Le jeune homme lui sourit en signe de réponse.
Finalement, les deux garçons éclatèrent de rire en pensant qu'ils s'amuseraient bien chez les Solis.


Il était de coutume chez les Van de Kamp que lorsque que l'on recevait un invité, la maîtresse de maison et en l'occurrence Bree, fasse au mieux pour que la personne qu'elle accueillait sous son toit se sente le mieux possible, surtout quand il s'agissait d'Iris Smith. En effet après cette histoire d'incendie, et le fait qu'on ait, de plus, retrouver un squelette qui se trouvait être celui de leur ancienne amie, Mary Petterson, elle s'était mise en tête de savoir ce que faisait le corps enterré dans le jardin d'Iris. Bien entendu même si elle avait cette idée en tête, son but premier était quand même d'héberger Iris, en bonne et parfaite maîtresse de maison et amie qu'elle était.
Quoi qu'il en soit dans cette affaire, elle laisserait Iris parler de cet incident par elle-même, elle ne voulait pas la forcer à tout raconter.
Bien entendu Iris savait parfaitement pourquoi Bree avait proposé si gentiment de l'héberger mais elle ne se sentait pas le cœur de refuser et pensait que son fils viendrait tôt ou tard voir son ami Andrew, il fallait qu'elle lui parle de tout ça, qu'elle lui explique, qu'elle le sert dans ses bras ... car elle savait parfaitement qu'elle serait la première soupçonnée, puisque qu'il s'agissait de son jardin, de sa maison qui avait brûlée comme par hasard juste au moment où les os eurent été déterrés ...

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2.12 - To Take Advantage Of Good Moments   Dim 12 Aoû - 17:09

...

Alors qu'Iris était encore perdue dans ses pensées, Danielle, la fille de Bree, entra dans la pièce telle une furie. Elle était venue voir sa mère car son frère monopolisait le téléphone depuis près d'une heure. Elle avait l'intention de sortir aujourd'hui et elle voulait appeler son petit-ami (« du moment ») afin de confirmer qu'elle passerait la soirée avec lui et ses amis.

-M'man !!! Andrew monopolise le téléphone depuis plus d'une heure, l'interrompit la jeune fille.
-Danielle ! Tu permets, je parle avec une amie d'une chose importante, lui expliqua sa mère. Et tu pourrais au moins t'excuser, acheva t'elle.
-M'excuser de quoi ? demanda bêtement la jeune fille.
Sa mère ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel en voyant sa fille dire une bêtise telle qu'elle le faisait d'habitude.
-Enfin bref ..., continua Danielle qui n'attendit pas la réponse de sa mère. Tu veux bien dire à mon guignol de « frère » de raccrocher le téléphone afin que je puisse m'en servir moi aussi.
-Ne traites pas ton frère de guignol !!! Et tu téléphoneras dès que ton frère aura terminé ...
-Je ne sais pas qui pourrait avoir envie de rester une heure au téléphone avec lui ... surtout qu'il rigole et sourit tout le temps ... rien que d'y penser ... eurk ...
-Ton frère a des amis très bien, et laisse le tranquille un peu.
-Non mais je rêve ?!? Depuis quand tu le laisses faire ce qu'il veut et que tu le défends ?!? S'emporta la jeune fille.
-Depuis que j'en ai décidé ainsi. Tu ne discutes pas et tu attends, un point c'est tout, conclue Bree sèchement.

La jeune fille très énervée, poussa un juron et grogna en montant les escaliers pour rejoindre sa chambre. On entendit un bruit de coup dans une porte, probablement celle d'Andrew dans lequel la jeune fille avait donné un coup de pied, puis une porte claquer.

-Je suis désolé, dit Bree à son amie.
-Oh ne t'inquiètes pas, je sais ce que c'est, la rassura Iris.
-Merci. Enfin quand même, en ce moment je ne la tiens plus, elle devient de plus en plus insupportable.
-L'adolescence ... on est passée par là aussi, lui sourit Iris.
-Oui. Enfin ce qui est bizarre, c'est qu'au contraire, son frère est devenu très calme.
-Et d'habitude il ne l'est pas c'est ça ?
-Jamais, y'a encore 2 jours c'était la guerre entre lui et moi.
-Et tu sais à quoi est dû ce « revirement » de situation ?
-Pas vraiment, j'ai bien une petite idée mais je ne veux pas m'avancer.
-Oui puis après tout, c'est sa vie, du moment qu'il ne fait pas de conneries. Enfin d'après ce que tu me dis, tout va pour le mieux donc tant mieux.
-Oui tout à fait, en espérant que ça dure. Je pense que ton fils n'est pas étranger à cela d'ailleurs.
-Comment ça ?
-Bien je pense que je ne l'ai pas réalisé assez tôt mais Andrew était vraiment heureux avec ton fils ... donc je suppose que c'est avec lui qu'il passe ses journées au téléphone depuis 2 jours.
-Tu crois ... ? demanda Iris un peu déçu.
-Je pense oui, je ne vois que lui.
-Je vois ...
-Oh!! Excuses moi, je n'ai pas réalisé.
-Ce n'est pas grave, ne t'en fais pas.

Bree n'avait pas fait attention au fait que Yukinari n'avait pas rappelé depuis tous les évènements qui c'était produit.

-Ecoutes, pour éviter de penser à tout ça, si tu venais avec moi chez Lynette ? demanda Bree.
-Oh je ne sais pas .... Je ...
-Il y aura Gabrielle, elle pourra surement te donner des nouvelles de ton fils.
-Bien alors c'est d'accord, accepta t'elle sans hésiter une seconde à l'idée d'avoir des nouvelles de son fils.
-Bien, allons-y alors, je préviens les enfants et j'arrive.

Bree monta à l'étage prévenir Andrew, elle arriva au moment où le jeune homme finissait sa conversation téléphonique.

- ... moi aussi, à tout à l'heure ! conclue t-il avec un air heureux.
- Andrew !
- Oui ?
- Je vais chez Lynette avec Iris, s'il y a un souci, tu sais où me trouver.
- Pas de problèmes ! Je vais surement sortir de toute façon.
-D'accord, dans ce cas, préviens ta sœur, et donne lui le téléphone avant qu'elle ne me casse toutes les portes de la maison.
-D'accord Maman.

Bree ne put s'empêcher de sourire, en voyant son fils être si poli et compatissant avec elle.

-Quoi ? demanda Andrew en la voyant sourire comme ça.
-Oh non rien !!
-Hum ... si tu le dis, lui dit-il en faisant mine d'essayer de comprendre pourquoi elle souriait.

Il alla prévenir sa sœur et fit un détour par la salle de bain tandis que sa mère descendait au rez-de-chaussée rejoindre Iris.

Gabrielle se préparait également à aller chez Lynette, elle voulait éviter de passer du temps chez elle depuis que son « fils » était arrivé donc tout prétexte était bon à prendre afin de se tenir éloigné de la maison le plus souvent possible. Ca ne faisait que quelques heures qu'il était là mais elle cherchait déjà à tout prix à l'éviter, ne voulant pas une nouvelle fois jouer le rôle de maman. De plus, un homme à la maison était déjà difficilement supportable pour elle alors trois, enfin deux et demi pour le Yukinari pensait-elle, ça n'était même pas la peine d'y penser. Ils étaient tous les trois en train d'aménager la chambre de Tiziano de toutes les affaires que lui avait acheté Carlos et étant donné qu'il y avait beaucoup de meubles. Il n'avait pas eu une minute de répit jusque là et ça n'était pas pour déplaire à Gabrielle qui pendant ce temps là avait la paix. D'ailleurs, si Bree avait été là, elle se serait rendu compte qu'il était impossible que son fils soit au téléphone avec Yukinari. Gabrielle prévint donc son mari, malgré qu'elle soupçonnait qu'elle ne l'avait pas entendu tellement elle entendait rire à l'étage, et se mit en route vers chez Lynette.

Les garçons était donc à l'étage, dans la chambre de Tiziano, qui ressemblait plus pour le moment à un débarras, la pièce était rempli de meubles en kit, il fallait tout monter. Gabrielle avait conseiller d'appeler quelqu'un pour se charger de ça mais Carlos pensait que c'était un moment privilégié à passer avec son fils, il avait tant de choses qu'il voulait rattraper avec lui, et il pensait que partager ce moment, même si ça n'était pas grand chose, ça serait surement déjà un bon début.

-Tiziano, tu peux me passer les instructions qui sont derrière toi s'il-te-plaît ? demanda Carlos à son fils.
Tiziano lui tendit les plans et se tourna vers Yukinari qui se trouvait près de la fenêtre.
-Tout va bien Yuki ? interrogea t-il son ami.
-Hein ? fit Yukinari perdu dans ses pensées. Ou ... oui tout va très bien merci, lui répondit-il avec un sourire. Je ... je regardais juste dehors, rajouta t-il pour se trouver une excuse.
-Hum, fit Tiziano peu convaincu. Et tu regardais quoi dehors comme ça ? lui demanda t-il pour le piéger.
-Euh ... hésita le jeune homme en regardant dehors, je regardais ... je regardais ta mère partir, dit-il en voyant Gabrielle sortir de la maison.
-Ah bon ? demanda Carlos. Elle n'a pas dit qu'elle sortait pourtant, finit-il, sûr de lui.
-Euh si justement, elle l'a crié tout à l'heure, elle devait aller chez Lyn ... enfin Mme Scavo, l'informa Yukinari.
-Oh !!
-D'ailleurs en parlant de Maman qui part, les coupa Tiziano habitué à appeler Gabrielle comme ça désormais, il y'a Ima qui arrive en courant par ici, conclue t-il en regardant par la fenêtre à son tour.
-Quoi ? n'Ima ? demanda Yukinari surpris.
-Oui et on ferait bien d'aller voir ce qu'elle veut.
-Non, toi restes avec ton père, je vais aller voir ce qui se passe, les meubles ne vont pas se monter tout seul, fit-il avec un clin d'œil à Carlos pour lui faire comprendre que c'était le moment de parler avec son fils.

Yukinari descendit donc au rez-de-chaussée en laissant Tiziano seul avec son père. Il savait que même les plus petits moments étaient importants à vivre, surtout que Tiziano venait tout juste de retrouver son vrai père, ils avaient plein de choses à rattraper et la vie était souvent trop courte pour ne pas profiter même des moments les plus insignifiants.
Il descendit donc au rez-de-chaussée et retrouva Imanita qui attendait à la porte d'entrée, elle avait l'air plutôt anxieuse.

-Salut n'Ima. Qu'est ce qui se passe, ça ne va on dirait ? Lui demanda t-il inquiet.
-Salut mon mignon ! Non pas vraiment, je viens d'apprendre que Lenou était rentré chez elle ...
-... quoi ?!? L'interrompit t-il.
-Laisses moi le temps de finir de parler !!!
-Oh oui pardon ...
-Bien, donc Lenou est rentré et je me suis donc empressé d'aller la voir ... Bon puisque que tu ne me demandes rien, non elle ne va pas très bien, ils l'ont laissé toute seule comme ça chez elle, la pauvre est terrorisé. Si je croise ce « Corentin » je lui fais la peau à ce pseudo salaud de justicier de Dieu.
-Calmes-toi n'Ima.
-Comment ça que je me calme, Lenou est dans un état de détresse horrible et tu n'es même pas inquiet ? S'offusqua t-elle.
-Bien sûr que si !!! Comment tu peux dire une chose pareille ? C'est de ma faute si elle en est là aujourd'hui, je m'en veux déjà assez comme ça ...
-... désolé mon mignon, c'est que je suis tellement en colère !!!
-Je comprends ne t'inquiètes pas. Ecoutes tu sais quoi, je vais aller voir Lenou. Je ne sais pas si ça l'aidera mais on ne peut pas la laisser seule.
-Je sais ! D'ailleurs ma mère est avec elle en ce moment même, je voulais absolument vous prévenir. D'ailleurs où est Tiziano ?
-Il est avec son père à l'étage, je voudrais qu'on évite de lui dire pour le moment, je sais bien qu'il a le droit d'être au courant mais j'aimerais le laisser un peu profiter de son père.
-Bien, mais il va falloir qu'on agisse, et sans lui ça sera impossible.
-Je sais bien, s'en désolé Yukinari. J'aimerais tellement que toute cette histoire ne soit jamais arrivée.
-Ce n'est pas le moment d'avoir des remords et de culpabiliser ! Il va falloir agir, Corentin a été beaucoup trop loin.
-Qu'est ce qu'on fera ?
-On va devoir entrer dans son propre jeu ... et pour ça Tizou et moi on va devoir d'engager dans sa secte.
-C'est beaucoup trop dangereux ...
-... tu me fais confiance ? le coupa t-elle.
-Bien sur !
-Alors ne t'inquiètes pas, je suis plus forte que tu ne le crois et Tizou s'en sortira très bien il est passé maitre dans l'art de jouer la comédie.
-Très bien d'accord, compatis Yukinari quand même inquiet. Je te laisse en parler à Tiz' dans ce cas, tant pis pour son père, c'est beaucoup trop important pour qu'on laisse ça de côté ne serai-ce que cinq minutes.
-Ok, je parle à Tizou, toi tu vas voir Lenou et tu préviens ma mère que je ne suis pas loin. On revoit ça tout à l'heure chez Lenou.
-Bien, essaie de faire en sorte que son père ne soupçonne rien.
-Tu me connais, lui dit-elle avec un clin d'œil.
-Ouai, sourit-il.
-Allez maintenant file voir Lenou, et essaie de voir si tu n'arrives pas à joindre ses parents.
-D'accord, à tout à l'heure.

Yukinari traversa la rue et se dirigea en courant vers la maison de Lenou tandis qu'Imanita entrait chez les Solis afin de parler à Tiziano des dernières informations dont elle disposait.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: Re: 2.12 - To Take Advantage Of Good Moments   Dim 12 Aoû - 17:10

...

Loin de tous ce que se tramait à Wisteria Lane ces temps-ci, les clients réguliers du « Baralolo » se retrouvait souvent en milieu d'après-midi. Il faut dire que depuis l'ouverture du bar, il avait une très bonne réputation, un endroit pour toutes les générations où l'on pouvait retrouver ses mais tout ça dans une ambiance convivial comme si vous étiez à la maison entre amis.

C'était d'ailleurs là qu'avait prévu de se retrouver ce jour-ci, Gaël et Sayla. Depuis l'altercation de la jeune femme avec Jérémy la veille et le fait que Gaël l'ai aidé les avait beaucoup rapproché. Ils ne se connaissaient pas vraiment, ils avaient eu l'occasion de se voir plusieurs fois entourés d'amis communs mais il n'avait jamais vraiment parlé tous les deux. C'était l'occasion aujourd'hui de rattraper le temps perdu et d'apprendre à se connaitre pour les deux jeunes gens, ils avaient déjà tous deux remarqué que le feeling passait très bien entre eux et qu'ils se plaisaient mutuellement. Ils avaient également invité avec eux Florian et LPC qui était sorti de l'hôpital, elle restait fragile psychologiquement mais elle évitait de le faire voir, d'ailleurs Florian pensait qu'elle allait mieux, enfin du moins il la laissait croire cela, il n'était pas vraiment dupe et savait que c'était un évènement tragique émotionnellement et psychologiquement, lui-même avait du mal à s'en remettre, c'est pour ça qu'il profitait de ce genre de sorties histoire de se changer les idées. Il est vrai que plus rien ne le retenait désormais à LPC, et il se demandait encore s'il ne l'avait jamais aimé, mais il s'était habitué à la présence de la jeune femme à ses côtés, elle l'avait beaucoup aidé et il avait appris à la connaitre sous un autre jour. Elle n'était pas forcément la femme qu'elle voulait faire croire être, derrière ses airs de jeunes femmes sévères et durs, au fond d'elle, elle aimait profondément les gens et avec un cœur énorme, elle ne savait pas tellement pourquoi elle se comportait méchamment avec les autres mais c'était plus fort qu'elle. Peut-être un moyen de se protéger pensait-elle. Il est vrai que son adolescence n'avait pas été facile, elle faisait beaucoup confiance aux gens, peut-être trop facilement même, elle avait été déçu et blessé très souvent par des gens qu'elle aimait, des gens très proches d'elle parfois et depuis elle se contentait de compter seulement sur elle-même. C'est pour cela que quand elle rencontra Florian, elle sût tout de suite, en apprenant à le connaitre, elle pourrait enfin faire confiance à quelqu'un, et que si elle pouvait de nouveau faire confiance à quelqu'un, de plus si c'était un homme, elle pourrait facilement faire confiance à d'autres personnes et à nouveau se construire cette vie sociale dont elle rêvait tant. Un boulot qui, quand elle se lèverait le matin, lui donnerait l'envie d'être de bonne humeur, un mari qui l'aimerait pour ce qu'elle est, qui aurait de gentilles attentions envers elle, et qui lui donnerait de beaux enfants ... des enfants qui justement, serait le fruit de cette union, qui serait une petite partie d'elle, qu'elle verrait grandir et affronter la vie comme elle l'avait fait, mais aussi des mais, chose qu'elle avait toujours eu bien entendu, mais de « vrais » amis, ceux qui sont là pour vous aider dans les moments difficiles, à qui vous pouvez vous confier sans que vous n'ayez crainte qu'ils vous jugent ou qu'ils ne vous comprennent pas même si vous faites des erreurs, ect ...
Oui pour elle c'était son idéal, une vie simple mais joyeuse, remplis de personnes qui serait toujours là pour elle, continuer de vivre sa vie dans l'amour et la bonne humeur, avec les hauts et les bas que ça entrainait, mais toujours avoir un point d'accroche avec « cette » vie, se dire qu'elle valait la peine d'être vécu. Elle pensait que tout ça était bien parti avec Florian, elle l'aimait, elle supposait que lui aussi, elle avait appris à connaître des gens qui était devenu ses amis, elle allait avoir un enfant ... son idéal devenait petit à petit réalité ... seulement c'était sans compter les coups durs du destin, elle avait perdu son enfant, bien sûr c'était un cap difficile à passer, mais elle savait qu'elle s'en remettrait, grâce à Florian et ses amis qui était là pour l'aider. Même si pour le moment ça restait difficile, elle remerciait quand même le ciel de lui avoir apporté autant de bonnes choses dans la vie. C'est aussi pour Florian qu'elle essayait de garder le moral et de ne pas se laisser abattre, car elle l'aimait tellement qu'elle ne voulait pas le perdre. Florian savait qu'elle faisait tous ces efforts pour elle, et même si ça le désolait plus qu'autre chose qu'elle se force à ça, ça lui faisait quand même plaisir ! D'ailleurs qu'elle l'accompagne aujourd'hui à ce petit rendez-vous entre amis lui faisait voir à quel point elle l'aimait, et il savait que finalement, il pourrait facilement finir sa vie aux cotés d'une personne comme elle.
D'ailleurs durant ce rendez-vous, Florian se demandait pourquoi Gaël était en compagnie de Sayla, il l'avait déjà vu avec Sabinouche et Lamita, mais il ne pensait pas qu'un jour il y en aurait une troisième. Il ne connaissait pas vraiment Sayla donc il ne voulait pas la juger, il espérait seulement que son ami savait ce qu'il faisait, il est vrai qu'il était jeune mais la jeunesse n'excuse pas tout. Florian avait beaucoup appris sur les femmes ces quelques mois et savait que le sentiment de culpabilité de blesser quelqu'un était pire que le plaisir qu'on pouvait avoir à passer du bon temps en compagnie de jolies filles. De toute façon il lui parlerait de tout ça en temps voulu, pour l'instant il ne souhaitait pas l'accabler, c'était la première fois qu'il le voyait en quelques jours et il comptait bien en profiter.

-Salut les amis, je vous sers quoi ? vînt leur demander Loic.

Pendant que Loic prenait leur commande, on pouvait apercevoir à l'autre bout du bar, deux inconnus avec des impairs et lunettes noires. En y regardant de plus près on pouvait s'apercevoir qu'il s'agissait de Lamita et sa cousine Sabinouche. Elles étaient là pour espionner Gaël et Sayla. Si les deux jeunes femmes s'étaient battues pour le jeune homme ces derniers jours, elles avaient aujourd'hui décidés de se serrer les coudes face à la « menace » Sayla. Après tout, elles avaient décidés qu'elles étaient les seules à pouvoir avoir Gaël, quitte à se le partager mais aucune autre ne pouvait l'avoir, et encore moins Sayla Catalano, esurtout que par rapport à elles, pensaient les cousines, Sayla ne valait rien autant moralement que physiquement. Elles étaient bien décidées à récupérer leur Gaëlou, coûte que coûte. Il fallait seulement qu'elles réfléchissent à comment faire, bien sûr elles ne la tueraient pas, elles était folles amoureuses, mais pas folles tout court, non elle cherchaient juste un bon moyen de pouvoir éloigner Sayla afin de pouvoir jouer leur numéro de charme sur Gael, mais comment s'y prendre ? Il avait l'air de beaucoup s'intéresser à la sœur de Tiziano.
Soudain, miracle ou coup de pouce de la vie, les jeunes filles virent entrer dans le bar Jérémy, l'ex de Sayla, elles pensèrent immédiatement que leur occasion étaient là, à portée de mains. Mais elles étaient loin d'imaginer ce qui allait se passer.


Jérémy entra dans le bar, les yeux rouges, mal rasé et en sueur, ce qui inquiétait Loic.

-Salut Jérémy, je te sers quelque chose ? lui demanda t-il pour engager la conversation.
-Non ça ira merci, je ne suis pas venu pour consommer, enfin pas de la boisson du moins, lui répondit-il, tout en cherchant quelque chose des yeux dans la salle.
-Tu cherches quelque chose, je peux t'aider ? l'interrogea à nouveau le patron du bar.
-Non ça ira merci, j'ai trouvé ce que je cherchais, tout en gardant le regard soutenu sur la table où Sayla était installée.
Il se dirigea donc vers elle d'un pas décidé et toujours avec une tête de drogué. En le voyant arriver, Sayla se leva, ne voulant pas créer une nouvelle altercation entre les deux garçons.

-Ecoutes Jérémy, je t'ai déjà dit que je ne voulais plus te voir, insista Sayla tout en chuchotant à l'attention du jeune homme.
-C'est pas toi que je suis venu voir ... mais lui ! Affirma t-il en pointant Gaël du doigt.
-Ecoutes, elle ne veut pas de toi, je n'y peux rien moi, lui expliqua Gaël.
-Peut-être, mais tout ça c'est de ta faute ... lui renchérit Jérémy avec un regard sadique.
-De quoi tu parles, je n'ai fait que la protéger hier ? Il est malade ou quoi ? demanda Gaël à Sayla.
La seule réponse de Sayla fût d'hausser les épaules.
-Arrêtes de te payer ma tête, je ne lui voudrais aucun de mal, c'est toi qui lui en veut.
-Ecoutes mon gars, je ne sais pas ce que t'as mais tu aurais besoin d'un bon psy, maintenant si tu veux bien partir d'ici afin d'arrêter d'embarrasser les clients de ce bar.
-Je ne te laisserais pas lui faire du mal, lui dit Jérémy le visage en sueur et les yeux pleins d'excitation. Il sortit une arme de sa poche. Tous les clients du bar furent surpris et poussèrent des cris.
-Ecoutes Jérémy, tenta de le calmer Loic. Je ne veux pas d'histoire ici, arrêtes tes conneries et sors d'ici.
-J'ai une chose à régler d'abord, dit-il en pointant l'arme vers Gaël. Lèves-toi.
-Jérémy arrêtes !!! lui cria Sayla.
-Ne t'inquiètes pas, fit Gaël qui se leva, ça va aller, je ne sais pas pourquoi il est dans cet état ni ce qu'il veut mais il ne tirera pas.
-Tais-toi, si tu crois que j'en suis pas capable tu te trompes !!! S'emporta t-il.
Soudain, elle ne sait pas vraiment ce qui lui prit, mais LPC se leva et se jeta en courant sur Jérémy qui tomba à la renverse en appuyant sur la détente par réflexe. Le jeune homme se cogna la tête contre le bar et s'écroula par terre.
Florian courra vers LPC et l'aida à se relever. La jeune femme pris appui sur le bras de Florian et se leva face à ses amis. Quand elle regarda Sayla, la jeune femme était figée, elle avait les mains posées sur son ventre, les mains pleines d'un liquide rouge. Elle regarda LPC avant de s'écrouler dans las bras de Gaël qui la retint tout en criant à quelqu'un d'appeler une ambulance.

-Ga ... Gaël ...
-Chuut Sayla ne parles pas, ça va aller, lui dit Gaël les larmes aux yeux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.12 - To Take Advantage Of Good Moments   

Revenir en haut Aller en bas
 

2.12 - To Take Advantage Of Good Moments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: F&M :: Les épisodes :: 
Saison 2
-
News Box !
█ . EPISODE 5.01 EN PREPARATION

...%

█ . BACK FROM THE TRIP,
Par I.


█ . IMANITA - APRES L'AVORTEMENT.


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit