AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2.09 - A Skeleton As A Weapon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: 2.09 - A Skeleton As A Weapon   Dim 12 Aoû - 16:16



Imanita se réveilla, allongée sur un canapé dans un salon qu'elle ne connaissait pas... Elle avait la tête lourde, se souvenait seulement de la bonne raclée qu'elle avait administré à « ce vilain pas beau », puis de ce beau jeune homme musclé, brun aux yeux bleus (oui ces yeux là elle ne les avait pas oubliés, ce bleu cristal magnifique au fond duquel elle aurait aimé se noyer....) qui était venu à son secours... elle ne savait pas d'où il sortait mais il était arrivé au bon moment. Ensuite, elle ne se souvenait de rien. Comment était-elle arrivée dans cette maison ? Mystère.... Imanita détestait les mystères, elle aimait tout maîtriser. Elle ouvrit un œil et le referma dés que le son d'une voix lui parvint à ses oreilles. Elle reconnut rapidement la voix de Corentin. Elle réalisa alors qu'elle avait passé la nuit chez lui..... Mais elle ne comprenait pas pourquoi ni comment elle avait échoué chez lui. Elle fit mine de dormir pour écouter la conversation.
« Tu as fait du bon travail Jérémy. Non la fille ne s'est pas encore réveillée, elle pionce dans le canapé. Avec la dose que je lui ai injectée hier soir, je peux t'assurer qu'elle dort profondément. Je m'occuperai d'elle à son réveil. Maintenant, il faut passer à la vitesse supérieure.... L'heure de la vengeance a sonné. « Les Justiciers de Dieu » vont pouvoir exercer leurs pouvoirs sur les habitants de ce quartier... garde un œil sur Tiziano Catalano nous allons bientôt l'introniser au sein de notre secte.... Encore quelques jours, puis nous organiserons son enlèvement. Nous rejoindrons les autres et, comme Karl Young, le mois dernier, à son tout Tiziano entrera dans le cercle exclusif des « Justiciers de Dieu »... il se rendra alors compte lui aussi qu'il est venu sur terre pour accomplir une mission : celle d'éliminer tous les salauds, les faux culs de la planète. Et enfin nous pourrons faire payer les habitants de Wisteria Lane pour tous leurs crimes.... »
Imanita n'en croyait pas ses oreilles, et pourtant, elle ne se laissait pas impressionner facilement. Jamais elle n'avait imaginé que Corentin était entre les mains d'une secte. Qui voulait-il venger ? Pourquoi voulait-il embarquer Tiziano dans ses délires ? Une fois le téléphone raccroché, il s'approcha avec ses béquilles vérifier si la jeune fille dormait toujours... Elle simula encore le sommeil afin d'éliminer tout soupçon d'espionnage de hors de l'esprit de Corentin.
Ouis, au bout de quelques minutes, elle fit mine de s'étirer, poussa une petit gémissement, quand sa main passa sur sa pommette tuméfiée.
Soudain, elle se leva, bondit sur ses pieds et dit :
- Tu peux m'expliquer ce que je fais ici, chez toi ? Aurais-tu l'audace de me retenir en otage ?
- Hier soir, tu as subi une agression..... Un pote à moi t'a amenée ici... parce que... il ne savait pas trop où te déposer. D'après lui tu t'es super bien défendue pour une fille.
- Hum ! Pour une fille ? Je n'en crois pas mes oreilles, toi, qui joues les machos, laisse-moi rire. Sache mon petit Corentin que je sais me défendre, je pourrais te mettre au tapis avant que tu n'aies eu le temps de réagir...
- Je n'en doute pas, répliqua Corentin époustouflé par l'aplomb de cette fille.
- Alors, tu m'expliques pourquoi tu as préféré me garder à dormir ici sur ce vulgaire canapé, au lieu de me reconduire chez moi ?
- Un flic, nommé Grized emmerde le monde. Il a un vieux compte à régler avec Saraluna Catalano et du coup il se venge en s'en prenant à Tiziano. Il l'accuse d'avoir renversé LPC l'autre soir....
- Et bien si c'était vrai, ce serait bien la première fois que Tiz' aurait fait quelque chose d'utile !!!
- Ton ami Florian a témoigné, il a décrit la voiture incriminée comme étant celle de Saraluna.
- Je ne saisis pas le rapport avec moi, dit elle alors qu'elle comprenait parfaitement où il voulait en venir.
- Tu étais présente ce soir là, tu as assisté comme Florian à cet accident... Le lieutenant Grized cherche à t'interroger comme témoin.
- Et tu me demandes de faire un faux témoignage ? Quel est mon intérêt dans cette affaire alors que LPC me tient entièrement responsable des ses malheurs...
- Tu détestes LPC et... Tiziano est ton ami.... Tu ne voudrais pas qu'il ait des ennuis...
- Admettons. Il y a une chose que je ne comprends pas. Pourquoi as-tu risqué ta vie pour empêcher Tiziano de se suicider.
- Parce qu'aucun de ceux qui se disent « ses vrais mais » n'étaient auprès lui pour l'aider à traverser cette épreuve.
- Si tu essaies de me culpabiliser c'est inutile, je n'ai rien à me reprocher. Tu défends Tiziano, tu prends soin de lui mais il est capable de se débrouiller tout seul, tu peux me croire, je le connais mieux que toi.
- En ce qui concerne l'accident de LPC il a besoin de toi. Sinon, il risque gros. Le bébé est mort hier soir....
- Non ? Oh la pauvre c'est horrible....
- Cette mort arrange plutôt tes affaires non ?
- Je ne suis pas un monstre, j'aimais Florian, elle me l'a prise en réussissant à se faire mettre enceinte mais Florian, c'est du passé pour moi. Et même si je voulais me venger sur Love, pour rien au monde je n'aurais souhaité la mort de son bébé.
- La vengeance, oui la vengeance.... Maintenant, Tiziano est dans la merde. Il faut le tirer d'affaire.
- Tu es aussi coupable que lui, tu aurais dû l'obliger à s'arrêter plutôt que de prendre la fuite....
- Si tu connais Tiz' aussi bien que tu le prétends, tu devrais savoir, qu'il est impossible de l'arrêter quand il a une idée en tête. Alors tu iras témoigner en sa faveur ?
- Si je refuse, tu vas m'éliminer ?
- Non... je souhaitais simplement te prévenir, t'inciter à nous aider. Maintenant tu es libre de ton choix. je sais que tu es une fille qui sait ce qu'elle veut, tu feras ce que tu crois être le mieux : soit aider ton ami, soit aider LPC ta rivale qui ne t'as jamais fait de cadeau. Tu es libre de partir.
- Je ne me suis jamais sentie prisonnière.... Je vais témoigner en faveur de Tiz' et je l'aurais fait aussi sans ton intervention. Personne ne me dicte ma conduite. Maintenant, j'ai faim, sers-moi un verre de lait chaud avec des toasts et de la confiture de framboise.
Corentin fut déconcerté par cette demande. Cette fille était effrontée, audacieuse, elle semblait n'avoir peur de rien. Elle était vraiment étonnante avec son aplomb et son regard intense et profond. Il lui manquait un élément pour compléter son équipe avant de passer à l'attaque. Cette fille était parfaite, c'était celle qu'il cherchait... Une note féminine apporterait un avantage certain à son expédition punitive. Oui cette fois son équipe était entièrement constituée : Corentin, Zach, Jérémy, Tiziano et Imanita......
Très satisfait de cette conclusion, il prépara un bon petit-déjeuner qu'il partagea avec la jeune fille. Il fallait maintenant l'apprivoiser et elle serait intronisée le même jour que Tiziano au sein des « Justiciers de Dieu »......

Plus tard, dans le quartier, Yukinari Smith, rencontra Imanita, il fut soulagé de la trouver saine et sauve, inquiet toutefois en découvrant son visage tuméfié.
- Ho bonjour n'Ima.... Je suis tellement content de te voir, dit-il en la serrant dans ses bras.
- Et bien, je ne savais pas que tu serais si heureux de me voir mon mignon...
- Ils ne t'ont pas fait de mal au moins ? se renseigna Yukinari.
- De quoi parles-tu ?
- Des salauds qui t'on amoché le visage....
- Ne t'inquiète pas mon mignon... Ima est suffisamment forte pour se défendre toute seule. Ce sale type vilain pas beau ne m'a pas impressionnée.... Je te lui ai fait une prise, il ne s'y attendait pas ce fumier... mais comment, es-tu au courant ??
- Des agents secrets ont kidnappé Lenou. Ils menacent de la découper en petits morceaux et de la tuer si ma mère ne leur remet une mystérieuse mallette...
- Roooooohhhhhhh !!! Man pauvre mignon tu regardes trop de mangas, toi ? tu es tombé sur la tête ?
- Ne te moque pas. Je te jure que cette histoire est la vérité. Je dois sauver Lenou.
- Rohhhhhhh Yuki le vengeur masqué !!! Corentin ne t'aurais pas enrôlé dans sa secte toi aussi ?
- Quelle secte,
- Il envisage d'introniser Tiziano dans une espèce de secte « les justiciers de Dieu » je crois.... Avec son ami Jérémy, il veut éradiquer de la terre de tous les gens responsables de je ne sais quoi.... Je ne comprends pas pourquoi ils veulent embarquer Tiz' dans leurs délires.... Mais les sectes c'est dangereux. Il faut les empêcher de prendre Tiz' avec eux....
- Tiz' est amnésique en plus...
- Amnésique ? si ou moins ça pouvait être vrai et lui faire oublier ses coups tordus !!! Non, il a encore inventé une connerie de plus... Je suis sûre qu'il simule son amnésie. Il faut l'aider à échapper de cette secte. Corentin a envoyé un certain Jérémy surveiller la chambre de Tiz'....
- Bon oh, on ira aider Tiz' quand on aura récupéré Lenou.
- Si ton histoire d'agents secrets est vraie, mais j'en doute, sais-tu où ils ont enfermé Lenou ?
- Non...
Yukinari lui raconta toute l'histoire.
- Alors il faut prévenir la police, conclut Imanita, convaincue cette fois.
- Non, nous devons retrouver la mallette et l'échanger contre Lenou. Si on prévient les keufs, ils la tueront.
- Bon j'ai un truc important à faire. Je dois te laisser.
- Et pour Lenou ? Tu es en danger toi aussi, je ne préfère pas te laisser seule...
- J'ai pas besoin de toi pour me défendre. On s'occupera de Lenou ensuite. Au revoir Yuki et sois prudent.

Yuki demeura sur place un instant, il regarda Imanita s'éloigner en pensant qu'elle n'avait pas cru à un seul mot de son histoire. Il prit alors conscience, à cet instant précis qu'il était le seul à pourvoir venir en aide à Lenou.... Mais comment faire ? Il n'avait pas une minute à perdre....

A peine, avait-elle tourné au coin de la rue, Imanita composa sir son portable le numéro d'Andrew... Elle connaissait le moyen de venger le jeune homme de Bree Van de Kamp qui avait porté plainte contre Yukinari pour détournement de mineur. Grâce au plan d'Imanita, Andrew van de Kamp allait clouer le bec à sa mère...

Deux solutions se présentaient à Yukinari Smith s'il voulait délivrer Lenou : retrouver la mallette mystérieuse cachée par sa mère et se procurer un portable pour lui permettre de rétablir le contact avec les ravisseurs. Ensuite, il suffirait de convenir d'un arrangement avec eux. Son intention était louable mais c'était sans compter sur les imprévus de la vie. Et ce jour là, pour Yukinari l'imprévu s'appelait Gabrielle Solis....
La jeune femme allait contre son gré le détourner de son objectif. Alors qu'il s'apprêtait à traverser la rue juste devant chez lui, il fut abordé par Gabrielle. Il aurait aimé pourvoir se faire tout petit comme une souris et disparaître dans un minuscule trou....
- Ah ! Enfin je t'ai trouvé Yukinari Smith ! s'exclama la jeune femme avec un large sourire et, déjà dans son esprit l'image de la voiture de sport flambant neuve de ses rêves.
- Bonjour madame Solis, dit timidement Yuki, contraint de s'arrêter par politesse.
- Tu m'accompagnes à l'hôpital, ordonna-t-elle sans se préoccuper de l'emploi du temps de sa proie.
- Bah.... Là.... J'ai un truc urgent à faire.... Rétorqua-t-il.
- Tu rigoles ? Désormais ta seule urgence est de m'accompagner à l'hôpital. Tiziano s'est souvenu d'un détail qui te concerne en voyant un pot de glace. Je ne comprends pas quel est le rapport entre toi et de la crème glacée, un truc entre vous sans doute et je t'avouerai que je m'en fiche pas mal. La seule qui m'importe c'est que tu puisses l'aider à retrouver la mémoire. Pas de temps à perdre, je t'emmène...
- Désolé madame Solis, je vous promets d'aider Tiz' mais... plus tard...
Gabrielle l'empoigna par le col de la chemise et dit en le menaçant du regard :
- Tu vas m'accompagner maintenant que tu le veuilles ou non... Tu es le seul à pouvoir mettre fin à cette mascarade. Je ne tolérerai pas une journée de plus que Tiziano me prenne pour sa mère.
- Ecoutez...
- Tu ne discutes pas, trancha-t-elle.
Elle l'entraîna de force jusqu'à la voiture de sport rouge rayée sur l'aile gauche et le poussa sur le siège du passager. Cette femme avait une poigne de fer quand il s'agissait d'obtenir gain de cause. Elle fit le tour de la voiture en trottinant sur ses hauts talons avec l'élégance et la grâce du mannequin qu'elle fut avant son mariage. Elle posa son petit sac à main rose bonbon aux pieds de Yuki, prit le temps de vérifier son maquillage et sa coiffure en se contemplant dans le rétroviseur intérieur, puis, elle démarra en trombe.
Elle traîna Yukinari par la main à travers les couloirs de l'hôpital, elle courait presque, tout en se dandinant des fesses serrées dans sa jupe courte et étroite dessinée par un grand couturier. Devant la chambre de Tiziano, ils trouvèrent Sayla en train d'embrasser un garçon...
- Excusez-nous, dit Gabrielle alors que les jeunes gens obstruaient le passage.
- Ho ! s'exclama Sayla prise sur le fait..... Je.... Je vous présente Jérémy.
Yukinari frémit en entendant le nom du jeune homme qui se faisait passer pour un ami de Tiziano, celui dont Imanita lui avait parlé. Elle disait donc la vérité : Corentin et Jérémy projetaient d'enrôler Tiziano dans leur secte.
- C'est fantastique, vous avez trouvé Yuki, remarqua Sayla avec sourire.
- Oui, acquiesça Gabrielle très fière de sa réussite. J'espère que la rencontre avec Yuki, déclenchera un déclic brutal dans la mémoire de ton frère. Nous allons enfin pouvoir mettre fin à cette situation stupide. Allez, entrons....
D'un coup, l'esprit de Yukinari travailla à grande vitesse, il eut comme un éclair, une excellente idée lui monta à l'esprit.
- Je préfère entrer seul dans la chambre, dit-il. En me voyant tout seul, il se concentrera uniquement sur moi et la mémoire, lui reviendra plus facilement...
- D'accord, admit Gabrielle qui s'impatientait. Tu as vingt minutes. Débrouille-toi comme tu veux mais il doit retrouver la totalité de sa mémoire. Barbouille-toi le corps de crème glacée si ça peut aider.... Mais au bout du compte, je veux qu'il se rappelle qui est sa vraie mère. Tu as compris ?
- Oui, faites-moi confiance.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: ... suite   Dim 12 Aoû - 16:17

...

- Salut Tiz', dit Yuki en se glissant à l'intérieur de la chambre. Je suis Yuki, oui je sais tu ne te souviens pas de moi.... Tu sais je suis le mec que tu t'amuses à appeler Ice cream Boy...
- Tu es seul ? se renseigna Tiziano.
- Bah oui. Ecoute : tu dois m'aider. Lenou est en danger, je dois aller la sauver et chaque minute compte... Tu sais Gabrielle Solis la jolie femme brune de type latin qui vient avec son mari un type brun avec une petite moustache, très macho, bon ben, cette femme c'est pas ta mère.... Alors s'il te plaît arrête de l'appeler maman, puis je reviendrai ensuite m'occupe de toi...
- Ne te fatigue pas. Je sais que Gabrielle n'est pas ma mère...
- Comment ? Tu....
- Bah oui, on a couché ensemble une fois.... Parce qu'elle voulait rendre ce gros nul de John Rowland jaloux... De toute manière ma vraie mère... elle vaut pas mieux... elle apiqué le petit copain de ma sœur, et.... elle joue dans un film porno....
- Tu n'es pas amnésique ! s'exclama Yuki.
- Après l'accident, quand je me suis réveillé, j'ai entendu le médecin dire qu'à cause du choc, je risquais de devenir amnésique. Alors vu la famille que j'ai, j'ai préféré tout oublier et jouer la comédie pour tous les emmerder.
- Rooh t'es trop fort Tiz' !!! C'est génial comme idée.... Mais quand Saraluna va comprendre que tu as bluffé, elle va te tuer...
- Pas sûr, j'ai déjà essayé de me foutre en l'air, une fois, mais elle a réussi à me sauver avec Brian. Je crois qu'elle a le béguin pour ce type.... alors je m'en fous elle peut me tuer c'est pas un problème....
- Ne dis pas des trucs aussi idiots. Même si ta mère t'a fait souffrir, ce n'est pas uns raison pour te foutre en l'air...
- Ma mère couche avec tous les mecs, mes sœurs m'ont menti, mon vrai père est Carlos Solis, le mari d'une femme que j'aime comme un dingue mais qui me rejette comme un vulgaire avorton. Alors, j'ai décidé de les oublier. Et Gabrielle, pour la faire bien chier, je m'amuse à la prendre pour ma mère. Si tu avais vu sa tête la première fois que je l'ai appelée maman.... J'étais mort de rire mais fallait que je me retienne....
- J'imagine, j'aurais aimé voir ça....
- Ma vraie Mère se sent humiliée parce que je l'ai oubliée et Carlos oblige sa femme à accepter de jouer le rôle de ma mère pour ma guérison. Je me régale !!! Tu es maintenant le seul à connaître mon secret. Tu me jures que tu ne le répéteras à personne ?
- Sauf que madame Solis compte sur moi pour te faire retrouver la mémoire.... Et je suis pressé parce que je veux délivrer Lenou.
- C'est quoi cette histoire d'enlèvement de Lenou ?
Pour la seconde fois aujourd'hui, Yuki raconta les événements des derniers jours. A la fin du récit, Tiziano se leva, et commença à s'habiller.
- Que fais-tu ? demanda Yuki, surpris.
- Attrape mon portable dans le placard, nous en aurons besoin... je vais t'aider à délivrer Lenou.
- Tu es fou, tu es encore convalescent... On te laissera pas sortir et puis madame Solis ta sœur et ce type là Jérémy sont derrière la porte...
- C'est qui ce mec, Jérémy ? Il m'a dit qu'il était mon meilleur ami, je ne le connais pas... Il n'est pas net. Bon, ben, si on ne peut pas passer par la porte, on va passer par la fenêtre... Tu premier étage, ça peut le faire....
- C'est dingue comme idée, mais je te suis, il faut sauver Lenou à tout prix...

« Pas toujours facile de se volatiliser... je pense que Yukinari et Tiziano aurait aimé voir la tête de Gabrielle Solis quand, une demi heure plus tard, n'y tenant plus, elle ouvrit la porte de la chambre et découvrit le lit vide, la pièce déserte et... la fenêtre ouverte.... Aussi surprenant que lorsque le faux amnésique l'avait appelée maman à son réveil..... »
Iris Smith, prit son courage à deux mains et entra dans sa maison. Cette idée était dangereuse après les passages des malfrats mais elle espérait y trouver Yuki. Elle ne trouva que désordre, vitres cassés, tiroirs retournés, placards renversés.... Elle se sentie désespérée et en voulut à son mari d'avoir embarqué toute la famille dans cette aventure. Elle fit alors le tour de la maison et découvrit avec stupeur que ces sales types avaient déterré le cadavre.... Bon sang, il fallait le faire disparaître et faire disparaître toutes traces... Une seule solution, elle décidé de revenir le soir même mettre le feu au reste du cadavre.... Seule le feu pourrait le faire disparaître complètement.

Imanita entra dans le commissariat, l'air sûr d'elle et volontaire. Elle s'adressa au policier qui se tenait au bureau d'accueil :
- Je voudrais parler au lieutenant Grized.
- Bonjour mademoiselle. A quel sujet, voulez-vous rencontrer le lieutenant ?
- Ce n'est pas à vous que je souhaite parler mais au lieutenant.... Je ne parle pas au petit personnel.
- Si vous ne m'en dites pas un peu plus, le lieutenant, refusera de vous recevoir...
- Dites lui que mademoiselle Imanita souhaite s'entretenir avec lui, il acceptera, vous verrez...
- Soit.
Imanita entra triomphante dans le bureau de Grized.
- Alors vous souhaitez m'interroger sur l'accident dont a été victime LPC ? commença-t-elle en s'asseyant sur un siège sans y être invitée.
- Oui, répondit Grized, un peu dérouté par cette jeune fille effrontée. Il paraît que vous étiez présente le soir du drame.... Votre ami Florian a indiqué que vous étiez avec lui à ce moment.
- C'est exact.
- Pouvez-vous me décrire la voiture qui a renversé LPC ?
- Oui. Il s'agit d'une Ford de couleur..... dans les tons vert....
- Vous êtes sûre ?
- Tout à fait.
- Florian nous a décrit une voiture bleu marine.... Comme celle de mademoiselle Catalano.
- Non, je connais la voiture de Saraluna, ce n'était pas le sienne. Elle est passée, juste avant que l'accident se produise, c'est vrai mais celle qui a renversé LPC était verte...
- Pourquoi Florian l'avait vue bleu marine ?
- Je ne sais pas.... Il était certainement très retourné par cet accident qui a touché se petite amie et son bébé.... Et il a confondu avec le voiture précédent je vous dis que nous avons vu la voiture de Saraluna.... Sans savoir à ce moment là que ce pauvre Tiziano était au volant avec l'intention de se suicider.
- Justement, n'essayez-vous pas de faire un faux témoignage pour disculper votre ami Tiziano ?
- Parfois, si je pouvais briser les reins de Tiziano Catalano je le ferai... Il se croit toujours plus malin que moi.... Mais là n'est pas la question. Vous insinuez que mon témoignage est faux.... Je vous rappelle que je suis journaliste, alors, mesurez vos propos si vous ne voulez pas trouver dans la prochaine édition un article décrivant vos méthodes et vos procédés pour accuser à tort les gens dans le seul but de régler vos comptes avec mademoiselle Catalano. Le voiture est une Ford de couleur vert pale, et voici son numéro d'immatriculation....
- Vous avez relevé le numéro...
- Je suis journaliste, très observatrice et toujours à l'affût...
- Pourquoi ne m'avez-vous pas porté cette information capitale immédiatement....
- Lieutenant, j'avais d'autres soucis en tête, notamment l'état de santé du bébé... maintenant qu'il est mort, je pense que le responsable doit payer pour ce crime...
- Et vous êtes sûr de vous ?
- Maintenant, que vous possédez le numéro de la voiture, il vous sera facile de retrouver son propriétaire, de vérifier si sa voiture est cabossée.... C'est simple, je ne vais pas vous apprendre votre métier.... Bien j'ai encore beaucoup de travail alors si vous n'y voyez pas d'inconvénient, j'aimerais mettre fin à cet entretien. Passez une bonne journée lieutenant, et j'espère que vous réussirez à coincer ce chauffard....
Grized demanda à un officier de rechercher sur le fichier le nom du conducteur tout en se disant que cette fille avait du caractère....

Yukinari et Tiziano envisageaient d'abord de visiter et fouiller la maison des Smith avec l'intention de trouver la fameuse mallette qui permettrait de sauver Lenou. Quand Yuki arriva dans l'allée, il remarqua quelque chose de louche à l'intérieur... la porte était entrouverte....
- On dirait qu'il y a quelqu'un chez toi, constata Tiziano.
- En tout cas, la maison a été visitée par quelqu'un avant nous... Passons par le jardin des Scavo, on s'introduira par derrière, il suffira d'escalader le mur.
Comme deux voleurs, ils se glissèrent dans la propriété des Scavo, longèrent l'allée mitoyenne, arrivés derrière le mur d'enceinte de chez lui, Yuki l'escalada, une fois dessus, il sauta dans le parterre de fleurs et tomba dans le trou laissé béant par les deux malfrats. Yuki poussa un cri.
- Tout va bien ? s'inquiéta Tiziano.
Mais il n'obtint pas de réponse... Il escalada à son tour le mur et, arrivé au sommet, il découvrit avec effroi, Yuki allongé dans le trou avec un squelette humain en dessous de lui...
- Putain, Yuki.... Tu n'as rien de cassé ?
- Non, ça va, répondit-il alors qu'il ne s'était pas encore aperçu sur quoi il était retombé. C'est quoi ce grand trou dans le parterre de fleurs de ma mère....
- Yuki, il..... il ..... y a un.... squelette dans le trou, balbutia Tiziano du haut du mur.
D'un seul coup Yuki se releva et posa les yeux sur les restes du cadavre en frissonnant.
- C'est quoi ce.... Ce truc ? balbutia-t-il.
- Les restes d'un cadavre, je crois.... Expliqua Tiziano en le rejoignant.
- C'est horrible...
- Tu imagines tu as vécu avec ce cadavre dans ton jardin...
- Regardez moi qui voilà ! fit une voix grave derrière eux.
Ils sursautèrent et se retournèrent vers le grand balafré suivi de son chienchien habituel Chuck.
- Quel beau tableau de chasse, poursuivit-il... lequel de vous deux est Yukinari ?
- On ne connaît pas de Yukinari, rétorqua Tiziano en avalant sa salive....
- Ne jouez pas aux cons avec moi, dit le balafré en sortant un revolver de sa poche. Je suis sûr que l'un de vous deux est Yukinari. Alors ne perdons pas de temps si vous voulez revoir Lenou vivante...
Tiziano plongea la main dans le pot de fleur qui était à sa portée, il prit une poignée de terre et l'envoya au visage du balafré. Celui-ci reçut de la terre dans le yeux, Tiziano en profita pour trouver de quoi se défendre et.... il ne trouva que... les bras du squelette, il tira de toutes ses forces pour les arracher du squelette. Les os enterrés depuis plusieurs années ne tenaient plus vraiment les uns aux autres. Ils ne résistaient pas
- Tiens attrape ça, dit-il à Yuki en lui lançant un cubitus.
- Mais tu es fou, c'est un os humain...
Déjà, Chuck s'était jeté sur Yuki en l'empoignant par la gorge, Tiziano lui asséna un grand coup de cubitus sur la nuque, l'autre s'écroula. En même temps, le balafré avait retrouvé ses esprits, il tira Tiziano en arrière et fixa le canon de son revolver sur sa nuque, alors Yuki n'hésita pas, il frappa de toutes ses forces dans les reins du balafré avec le deuxième cubitus. Le type posa un genou à terre, Tiziano en profita pour se soustraire à son emprise.
- Viens Yuki, on file...
- Qu'est ce qu'on fait de... ça ? demanda-t-il en montrant d'un geste de la tête l'os qu'il tenait serré dans sa main.
- On l'emporte, on peut encore en avoir besoin.
- T'imagines on s'est battu avec les os d'un être humain...
- Bah, on n'avait pas trop le choix....
- On va où ?
- J'en sais rien mais on court.....
Ils avaient intérêt à courir vite car, déjà les deux malfrats les poursuivaient, revolver en main...

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: ... re-suite   Dim 12 Aoû - 16:18

...

Bree Van De Kamp prenait le thé en compagnie de George Williams le pharmacien qui aimerait avoir une aventure avec elle. Mais depuis plusieurs mois, Andrew, le fils de Bree, mettait tout en œuvre pour séparer sa mère de cet homme qu'il n'appréciait pas et qui se permettait de se jeter sur sa mère, à peine son père enterré.... Habillé avec élégance, les cheveux tirés en arrière, attaché en une queue de cheval, Bree servait le thé dans les tasses, tout en babillant avec son invité.
- Désirez-vous un morceau de tarte aux pommes ? proposa-t-elle. Je l'ai préparé ce matin.
- J'y goûterai avec plaisir, accepta-t-il.
Cet après midi il avait décidé de se montrer plus entreprenant vis-à-vis de Bree. Cette histoire d'amitié ne lui suffisait plus, il souhaitait lui déclarer sa flamme et la demandait en mariage.... C'était sans compter sur Andrew qui fit une entrée surprise dans le salon.
- Ho Andrew ? s'étonna sa mère en l'apercevant. Tu es déjà rentré ? Je croyais que tu avais un entraînement à la piscine.
- Il a été annulé, précisa-t-il en s'affalant sur le fauteuil placé juste devant le canapé où Bree et George avaient pris place.
Andrew adressa un petit sourire satisfait à George. Celui-ci se déplaça légèrement de manière à s'écarter de Bree. Il connaissait les réactions du garçon et s'en méfiait désormais, même si ce gamin ne lui faisait pas peur au fond. Il avait tort de sous estimer Andrew car il avait combiné un piège dans lequel George Williams allait irrémédiablement tomber.....
- Nous dégustions un morceau de gâteau, reprit Bree avec un sourire crispé. Veux-tu une part mon chéri ?
- J'ai hâte de goûter cette tarte maman, son parfum est délicieux...
Bree servit son fils tout en le surveillant du regard, à son air, elle avait compris qu'il était en train de mijoter quelque chose.
- Au fait, George, attaqua Andrew.... Vous permettez que je vous appelle par votre prénom ?
- Naturellement....
- Que pensez-vous de ma mère ?
La question qui tue, et qui mit mal à l'aise le pharmacien. Un point pour Andrew.
- Allons Andrew, cette question est très personnelle et incorrecte, le réprimanda Bree.
- C'est vrai, j'oubliais ma chère maman est toujours digne, correcte, une dame du grand monde qui ne sortirait pas en petite culotte dans le jardin...
- Andrew !!!
- Il faut reconnaître que tu es une dame du grand monde maman. Ta réputation est irréprochable... Tu n'acceptes pas par exemple que ton fils soit ami avec un garçon comme Yuki, un petit pervers qui aime enduire mon corps de glace pour ensuite le lécher...
- Andrew ! s'écria Bree offusquée.... Je suis désolé George, je ne sais pas ce qui lui prend..... Monte dans ta chambre Andrew....
- Mais ça ne te gêne pas que ta chère fille, reprit le garçon sans prêter attention aux paroles de sa mère, sorte avec un jeune acteur porno de films gay.... Tu l'as même invité à venir dîner à la maison l'autre soir.... Tu imagines quand tes amies apprendront que tu reçois chez toi un acteur porno..... ta réputation va en prendre un sacré coup maman....
- Tu dis n'importe quoi Andrew....
- Et toi maman tu sors avec un criminel... et tu m'empêches de rencontrer Yuki qui me parait bien pur et innocent comparé à Jérémy et à George.
- Bon ça suffit à présent, Andrew. Tu arrêtes de déverser ce genre d'ignominies. Monte dans ta chambre, nous réglerons nos comptes plus tard. Ton comportement est.... Inqualifiable.
A ce moment là, la sonnerie de la porte retentit.
- Tu devrais aller ouvrir en bonne maîtresse de maison, maman, dit Andrew avec son petit air sournois...
Bree poussa un soupir de mécontentement, elle se sentait tellement gênée vis-à-vis de son invité. Elle accueillit le lieutenant Grized accompagné de deux autres policiers.
- Bonjour madame Van de Kamp.
- Lieutenant?
- Excusez-nous de vous déranger. Nous recherchons un certain George Williams. Selon nos informations, il se pourrait qu'il se trouve chez vous.
- Vous êtes bien renseigné lieutenant. Entrez, nous étions en train de prendre le thé.... Mais pourquoi le recherchez-vous ?
Andrew s'installa bien confortablement au fond de son fauteuil, les bras croisés et contempla avec délectation la scène qui allait suivre.
- Bonjour monsieur Williams, dit Grized.
- Lieutenant... l'accueillit George en se levant.
- Je souhaite vous interroger.
- A quel propos ?
- Pouvez me confirmer une chose : possédez-vous une voiture de marque Ford, de couleur vert pale ?
Une suée monta au front de Williams.
- Euh... Je ne comprends pas votre question.... Ma voiture est une Bentley blanche...
- Vous pouvez vérifier, Lieutenant, renchérit Bree. Elle est garée devant la maison.
- Nous possédons pourtant dans nos fichiers d'immatriculation une voiture de couleur vert pale à votre nom monsieur Williams.
- Pourquoi toutes ses questions ? se renseigna Bree. Je vous trouve très incorrects.
- Si vous refusez de coopérer monsieur Williams, je serai obligé de vous emmener au poste menottes aux mains...
- Vous êtes tout à fait indélicats, constata Bree...
- Oui je possède en effet une Ford de couleur verte... avoua enfin Williams.
- Dans ce cas j'aimerais jeter un œil sur cette voiture.
- Elle ne bouge jamais de mon garage.
- Parfait, donc nous ne devrions pas constater de traces d'un choc éventuel...
- De quoi l'accusez-vous ? demanda Bree.
- D'avoir renversé mademoiselle LPC et d'être de ce fait responsable de la mort de son bébé...
- Oh mon Dieu ! George, vous n'avez pas fait une chose pareille, c'est impossible, dites leur....
- Bien sûr, je suis innocent....
- Alors, nous vous suivons, monsieur Williams.
Les quatre hommes quittèrent la maison des Van De Kamp. Andrew jubila :
- Félicitations maman, toi au moins tu sais choisir tes fréquentations.
Et il monta dans sa chambre très fier de lui, laissant Bree en rage dans le salon. Elle se calma les nerfs en nettoyant la maison de fond en comble, une maison déjà dépoussiérée le matin même comme tous les matins d'ailleurs...

Evidemment, les policiers constatèrent des traces de choc sur l'aile avant droite de la voiture de George Williams, confirmant sa responsabilité dans l'accident de LPC ou un autre accident, mais qui pourra le prouver ? George ne pouvait en tout état de cause avouer qu'il avait quelques mois auparavant, renversé volontairement Andrew Van De Kamp avec cette voiture. Bree ne le lui pardonnerait jamais......

Le crépuscule descendait lentement sur Wisteria Lane... Imanita se sentait un peu lasse. Elle avait repensé à l'histoire surprenante que Yukinari lui avait raconté et, elle se disait que finalement, il lui avait dit la vérité, que Lenou était peut-être vraiment en danger. Alors, comme il lui avait dit vouloir chercher cette mallette mystérieuse, elle décida de se rendre chez lui pour l'aider, c'était la moindre des choses.... Elle fut surprise de trouver la porte d'entrée ouverte, elle pénétra à l'intérieur sans allumer la lumière, avança dans la pénombre, les pièces étaient sans dessus dessous, aucune trace de vie. Yukinari ne lui avait pas raconté de bobards... Il se passait bien des choses mystérieuses, et Imanita était décidée à éclaircir ces mystères... Aucun signe de vie dans la maison... Elle monta à l'étage, visita chaque chambre, fouilla partout.....

Pendant ce temps, Irisblue se glissa dans le jardin de sa propre maison à pas de loups, faisant bien attention que personne ne la regardait. La rue était déserte, arrivée derrière la maison, elle remarqua que le squelette avait été légèrement déplacé et surtout, chose étrange, il lui manquait les deux bras... Elle frissonna en songeant que quelqu'un les avait peut-être volés... mais c'était une idée absurde, qui aurait intérêt à voler les os d'un squelette ? Un professeur de biologie ? Non cette pensée était morbide... le cadavre avait séjourné sous terre depuis plusieurs années, les os avaient dû se décomposer... Oui mais pourquoi juste les deux avant bras ? Bon de toute façon, il n'y avait plus à réfléchir, il fallait éliminer les restes. Elle aspergea le squelette d'essence, craqua une allumette et la jeta dans le trou. Le parterre de fleurs s'enflamma immédiatement...

Sans s'expliquer pourquoi, Tiziano courut vers le plateau de tournage où se trouvait sa mère Narscheska. Instinct de protection peut-être. L'arrivée des deux garçons poursuivis par deux molosses lugubres, en plein tournage mit un sacré émoi parmi les acteurs, cameramen, etc....
- Qu'est ce que c'est que ce bordel, encore ! s'écria Serge en jetant sa casquette à terre.
Yukinari suivait Tiziano en se demandant ce que faisaient tous ses garçons muscles à poil devant la caméra.... Enfin il comprit très vite.... Mais il se sentit mal à l'aise au milieu de ce monde de la pornographie dans lequel baignait la mère de Tiz'.... En voyant ça, il comprenait mieux pourquoi son copain avait voulu se foutre en l'air en fonçant dans un mur. Ceci dit, la sienne de mère était agent secret, mêlée à une sombre histoire qui lui valait d'être poursuivi et menacé par deux cinglés, ce n'était pas franchement mieux.
- Tiziano Catalano ! Encore ce petit merdeux qui me fout en l'air mon film, ragea Serge.
Les deux garçons se glissèrent dans la loge de Narscheska et refermèrent la porte à clef derrière eux.
- Tizou ? Tu es sorti de l'hôpital mon fils ? dit Narsheska. Je suis heureuse de te voir.
- Inutile de lui parler, il est toujours amnésique, expliqua Yuki qui tenait sa promesse. Voilà on est un peu dans la merde, enfin surtout moi... j'ai pas trop le temps de vous expliquer mais nous sommes poursuivis par deux types qui n'hésiteront pas à nous flinguer s'ils nous retrouvent. Mes parents sont mêlés à une sale affaire et.... bon on a besoin de votre aide. Vous ne vous êtes jamais vraiment occupé de votre fils, alors c'est le moment ou jamais de vous rattraper et de faire quelque chose pour lui. On a besoin d'une voiture, et d'un endroit pour nous cacher le temps que toute cette agitation se calme.
- C'est un peu dingue ton histoire...
- Pas plus qu'une mère qui tourne dans un film porno gay...
- Si je joue dans ce film, c'est pour me rapprocher de mes enfants....
- Alors vous nous aidez ?
- Oui bien sûr. Mais promets moi de veiller sur mon Tizou.... Sans mémoire, il risque de se perdre...
- Ne vous inquiétez pas je prendrai soin de lui.
- Ouvrez cette porte, hurla le balafré en tambourinant de l'autre côté.
- Le temps presse, insista Yukinari.
- D'accord. Je ne comprends rien mais apparemment, ces types ne sont pas des rigolos. Voici les clefs de ma voiture et celles de mon appartement situé à une vingtaine de kilomètres de Fairview.
- Merci. Surtout ne parlez de ça à personne, des vies sont en jeu... pas seulement la mienne.
- Tu peux compter sur ma discrétion mais en échange prends soin de Tizou.
- Oui. Vous avez ma promesse.
- Sortez par la porte de derrière, suivez les coulisses, ma voiture est garée sur le parking de mon immeuble.
- Vous pouvez les retenir un moment pour nous laisser de l'avance ?
- Oui bien sûr.
- Encore une chose, madame, quand Tiz' retrouvera la mémoire, je lui raconterai ce que vous venez de faire pour lui, il comprendra alors que vous l'aimez malgré tout.... Et qu'il compte beaucoup pour vous...
- Il compte pour moi plus que tu ne peux l'imaginer.... Aujourd'hui je serai prête à tout quitter pour lui.... Je suis une maman et j'aime mon fils tu peux me croire.... Filez maintenant avant qu'ils ne défoncent la porte.
Les deux garçons s'enfuirent par une petite trappe, qui donnaient vers les coulissent arrières. Quand les deux malfrats enfoncèrent la porte, Narsheska avait repris sa place devant son miroir.
- Où sont-ils ? demanda le balafré d'un air menaçant, le revolver à la main.
- De qui parlez vous ? rétorqua Narsheska. Vous êtes dans ma loge et vous n'avez rien à y faire. Ce ne sont pas des façons d'entrer dans la loge d'une comédienne. Jamais mes fans ne se sont comportés de la sorte...
- Arrête de me mener en bateau... Où sont les garçons ?
- De quels garçons parlez-vous ? Il y a de jolis garçons partout ici....
- Narsheska, ton fils a encore foutu le bordel sur le plateau, je ne le supporte plus, dit Serge en entrant dans la loge. Messieurs, vous sortez, sinon j'appelle la police.
- Je vous présente Serge, le producteur de mon film, dit Narsheska en maîtrisant parfaitement ses nerfs.
Le balafré empoigna Serge, l'obligea à se mettre à genoux et plaça le canon de son revolver sur sa tempe.
- Vous êtes fous, lâchez-moi s'écria Serge en tremblant. Pourquoi je me retrouve toujours dans une merde pareille... Si vous cherchez son fils, je vous conseille de vous tenir éloigner de lui, c'est une vraie plaie ce garçon, un semeur de trouble...
- Toi tu la fermes, producteur de mes fesses.... Cracha le balafré en se montrant de plus en plus menaçant. Et toi, la gentille maman, si tu veux revoir ton fils en un seul morceau, je te conseille de me dire par où sont passés les deux garçons. Sinon je fais exploser la cervelle de ton producteur de merde....

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: ... re-re-suite   Dim 12 Aoû - 16:20

...


- Rooh tu as été super Yuki, le félicita Tiziano, une fois tous les deux libres dans la rue.
- On prend la voiture et on se tire.
- D'abord on passe chez ma sœur, prendre un peu de fric, je sais où elle cache ses économies...
- On ne peut pas perdre de temps...
- Il nous faut de la tune si on veut s'en tirer....
Ils passèrent chez Saraluna, cachèrent les deux morceaux de cubitus sous le lit de Tiziano, emmenèrent quelques affaires, le chargeur du portable, toutes les économies de Saraluna. Tiziano pénétra dans la chambre « interdite », celle de ses parents dans laquelle Saraluna lui avait toujours interdit d'entrer mais dans laquelle, il se précipitait dés que sa sœur s'absenter... il connaissait tous les souvenirs que renfermait cette chambre et surtout, il savait où son père avait planqué son revolver avant de mourir.
- Tu crois que c'est vraiment nécessaire de prendre ça ? demanda Yuki.
- Juste pour se défendre au cas où ça tourne mal. On file à la voiture.
- Je te préviens, c'est moi qui conduis, précisa Yuki. Je n'ai pas trop confiance en toi quand tu es au volant !!!!
Quelques minutes plus tard, Yukinari et Tiziano roulait vers la sortie de Fairview en direction d'une ville inconnue, comme deux fugitifs en fuite....

Johnny avait bu plus que d'habitude, parce qu'il n'avait toujours pas l'autorisation de toucher à sa prisonnière. Il s'était endormi dans un coin de la pièce sombre et humide, il ronflait et balbutiait des paroles incompréhensibles dans son sommeil. Lenou songea que c'était le moment où jamais de tenter une évasion. Oui mais elle était entravée des pieds et des mains. Elle roula sur elle-même, elle ondula tel un serpent jusqu'au sécateur, délaissé par son tortionnaire sur le sol cimenté. Après de gros efforts, elle accéda enfin à l'outil en faisant bien attention de ne pas renverser une bouteille, de ne pas réveiller Johnny... Elle commença par cisailler les cordes qui lui serraient les pieds, puis, exercice encore plus long et délicat, elle tenta en vain de couper le cordon qui lui liait les mains. Tant pis, elle pouvait marcher, c'était le plus important. Elle se dirigea vers la porte, malheureusement ce sale ivrogne avait pris soin de la verrouiller. Lenou se tourna vers lui, il ronflait, sa grosse bedonne se soulevait au rythme de sa respiration répugnante, mais elle vit la clef dépasser de la poche de son pantalon de toile. N'écoutant que son courage, Lenou s'approcha, s'accroupit près de lui, elle respira son odeur de vinasse, de vieil ivrogne débile, très méticuleusement, avec mille précautions, elle attrapa la clef et la sortit doucement, avec une grande délicatesse de la poche. Tout d'un coup il poussa un grognement, se retourna, ce qui fit très peur à Lenou, elle poussa un cri d'horreur et tomba à la renverse. Par chance, l'ivrogne ne se réveilla pas.... Dans la manœuvre, Lenou avait laissé tomber la clef sur la cuisse de l'homme. Elle ne devait le prix de sa sortie qu'à son courage, alors, elle s'approcha à nouveau et agrippa la clef. Ouf, il ne bougea pas cette fois. Lenou se releva, marcha vers la porte, enfonça la clef dans le barillet, tourna la clef, puis la poignée, la porte s'ouvrit lentement avec un horrible grincement, son cœur battait la chamade, elle avait réussit. Elle se croyait sauvée, quand elle sentit une main l'agripper par les cheveux et une autre s'abattre sous sa bouche. Il la tira par la chevelure, la jeta à terre, referma la clef avec un sourire sadique et s'empara du sécateur avec un air mauvais, menaçant et satisfait que, après son comportement insensé, Lenou lui ait donné une raison de s'occuper de ses doigts.....

Imanita se sentit lasse, elle n'avait pas envie de sortir, elle savait maintenant que la mallette ne se trouvait pas dans cette maison, mais elle n'avait pas envie de rentrer chez elle... Bizarrement, elle ressentait le besoin de se reposer avant de sortir. Elle s'allongea sur le dos, sur le lit de Yukinari, se souvenant avec plaisir de la nuit qu'elle avait passé là en toute innocence et qui avait soulevé la jalousie de Lenou et d'Andrew... le regard dans le vague, ses yeux se posèrent soudain sur un morceau de tapisserie déchirée au plafond.... Elle se mit debout sur le lit, mais elle était trop petite pour atteindre ce morceau de papier peint, alors elle prit une chaise, la plaça sur le matelas et monta sur cet édifice peu stable. Elle arracha la tapisserie et, découvrit sur le plafond une petite trappe qui cachait un faux plafond. La cachette idéale pour dissimuler un objet mystérieux, pensa-t-elle. Imanita se sentit très fière, elle était forte, un vrai génie, elle avait trouvé la cachette, elle en était sûre.... Elle tira sur le clapet qui fermait la trappe, aussitôt celle-ci s'ouvrit et laissa passer une petite mallette en cuir noir qui lui tomba dessus. Déséquilibrée, Imanita tomba de son perchoir, et, dans sa chute, se cogna la tempe contre un tiroir abandonné par terre par les malfrats. Pendant les deux secondes que durèrent sa chute, Imanita songea qu'elle avait réussi, elle avait trouvé la mallette, elle allait pourvoir l'échanger contre Lenou. Mais arrivée sur le sol, après le choc de sa tête sur le tiroir, elle s'évanouit.
Dans le jardin, Irisblue, surveilla le feu dans le parterre. Elle avait pensé à tout sauf que ce soir là, un vent léger soufflait, il attisa les flammes et, très vite, le feu atteignit la maison. Irisblue s'éloigna, en pensant qu'il valait mieux que tout parte en fumée : le squelette, la maison, ses souvenirs et surtout cette satanée mallette, la cause de tous ses malheurs...
Le rez-de-chaussée s'embrasa rapidement, tandis qu'à l'étage, une jeune fille tombée dans les pommes, était allongée sur la moquette, une petite mallette de cuir posée à côté d'elle......



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.09 - A Skeleton As A Weapon   

Revenir en haut Aller en bas
 

2.09 - A Skeleton As A Weapon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: F&M :: Les épisodes :: 
Saison 2
-
News Box !
█ . EPISODE 5.01 EN PREPARATION

...%

█ . BACK FROM THE TRIP,
Par I.


█ . IMANITA - APRES L'AVORTEMENT.


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit