AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1.18 - The youth rebels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: 1.18 - The youth rebels   Dim 12 Aoû - 14:50




Depuis plus d’une minute, Sayla et Tiziano, bouches bées, contemplaient cette image irréelle, inimaginable, improbable : leur sœur aînée allongée sur le canapé du salon dans les bras d’un homme, offerte à tous les regards. Comment Saraluna, si pudique, si pieuse, si réservée, si secrète en ce qui concerne sa vie amoureuse (vie amoureuse que Tiziano avait toujours estimé inexistante) pouvait-elle coucher avec un mec dans le salon ? Même les peu de fois où elle avait emmené ses sœurs et son frère à la plage, elle n’avait jamais ôté sa robe de peur de se montrer en maillot de bain. Tiziano serra les poings, tandis que Sayla finissait par s’amuser de cette situation incongrue et même par se sentir soulager de voir que, finalement sa grande sœur n’était pas infaillible elle non plus.
- Putain, je vais lui défoncer la tête à ce type, déclara Tiziano en lâchant les sacs des courses.
- Non ! hurla Sayla en le retenant par le bras. Viens, laissons les.
- Tu rigoles ! Il a manqué de respect à notre sœur.
Réveillée par ces paroles, Saraluna poussa un léger gloussement comme une chatte au réveil. Sandro grinça lui aussi puis Saraluna ouvrit les yeux et découvrit avec stupeur sa sœur et son frère plantés là devant eux. Son regard croisa celui de Tiziano et elle comprit à cet instant qu’elle venait de commettre la plus grave erreur de sa vie.
- Oh mon Dieu, s’écria-t-elle.
- Quoi que se passe-t-il ? demanda Sandro surpris en se redressant brusquement.
Dans la manoeuvre la couverture tomba sur le sol. Saraluna tâta vainement le plancher à la recherche de ses lunettes, puis elle prit conscience de l’horreur : ils étaient nus devant les deux jeunes. Elle se releva, mit les pieds à terre, chercha le premier vêtement à sa portée, mais sa main empoigna le caleçon de Sandro, elle le relâcha immédiatement. Elle marcha maladroitement sur ses propres chaussures, perdit l’équilibre et se retrouva allongée par terre, elle se releva, se précipita vers la fenêtre et s’enroula dans le rideau afin de cacher sa nudité, en courant, elle se blessa le pied qui avait écrasé malencontreusement sa paire de lunette.
Le rideau couvrait en effet sa nudité aux yeux de son frère et de sa sœur mais elle ne pensa pas qu’elle tournait le dos à la fenêtre qui donnait sur le jardin de la maison de Brianbis. Justement celui-ci était en train de tondre sa pelouse, son regard fut inévitablement attiré par cette drôle de vision. Emu par ce qu’il voyait, il oublia de regarder devant lui et passa la tondeuse que le parterre de roses entretenues avec amour par Smoothie…..
- Monte dans ta chambre Tiziano, ordonna Saraluna sur un ton revêche.
- Je ne pense pas que tu sois en mesure de me donner des ordres, dit Tiziano en la défiant.
Mal à l’aise, Sandro remonta délicatement la couverture sur lui…. Il savait que l’affrontement entre Saraluna et son frère allait battre des records d’intensité
- Tu passes ton temps à me faire la morale et toi tu t’envoies en l’air avec le premier imbécile qui passe ! lança Tiziano d’un air outragé.
Cette phrase irrita les oreilles puritaines de Saraluna.
- Je n’aime pas quand tu parles comme ça, dit-elle avec sévérité malgré sa situation délicate et particulièrement inconfortable.
- Et moi je n’aime pas te voir au lit avec un ami à moi. Tu pourrais mieux choisir tes amants. Te contenter de ce………
- Ho Tiziano, s’il te plaît…. Je suis là, je ne te permets pas de me traiter de la sorte, intervint Sandro.
- Toi tu la fermes, où je t’envoie mon poing dans la figure….
- Tiziano, monte dans ta chambre. Tu y es consigné jusqu’à nouvel ordre.
- Non, je ne bougerai pas. Viens me chercher si tu oses, dit-il avec un sourire provocateur.
- Ecoute : Sandro est un homme comme un autre et moi je ne couche pas avec un homme marié.
- C’est pas pareil, ne mélange pas tout. Un garçon c’est pas comme une fille.
- Et macho avec ça !!!
- Tu es pitoyable.
- Bon, viens dans la cuisine, Tizou, proposa Sayla, laissons Saraluna arranger ses affaires. Nous n’avons rien à faire ici.
- Elle passe son temps à nous faire la morale et elle se montre comme une dépravée…. Elle cachait bien son jeu.
Sayla emmena de force son frère dans la cuisine. Il se laissa tomber sur une chaise et cacha son visage entre ses mains.
- Il ne faut pas lui en vouloir, tu sais, elle ne va pas bien ces jours-ci, dit Sayla en lui caressant le cou tendrement.
- J’ai remarqué, elle déconne depuis quelques jours. Qu’est-ce qu’elle a ?
- Je ne peux rien te dire.
Il haussa les épaules, esquiva les caresses de sa sœur et dit :
- Toujours des secrets. J’en ai marre de vos secrets. Je préfère prendre l’air.
Il se leva et sortit en claquant la porte violemment.
Dans le salon Saraluna et Sandro se sentaient mal à l’aise.
- Je suis désolé, dit-il. Par ma faute vous vous retrouvez dans une situation délicate…
- Non, ne vous sentez pas coupable. J’ai accepté de…. Enfin, n’en parlons plus. Rhabillez-vous et rentrez chez vous, c’est mieux ainsi.
Sandro se leva, et… devant la nudité de cet homme, Saraluna se sentie choquée, elle se retourna pour ne pas le regarder s’habiller. Elle se retrouva nue de face cette fois à la fenêtre et aperçut Brianbis qui était en train de la mater depuis un moment. Son sang se glaça, elle recula, le rideau s’arracha, elle trébucha lourdement sur le sol, le visage rouge de honte…..
- Et ben alors papa, qu’est-ce que tu regardes comme ça ? lui demanda Corentin. Tu as l’air hypnotisé.
Brianbis ne l’avait pas entendu arriver, il sursauta, la tondeuse partie toute seule comme une folle à travers tout le jardin.
- Bon sang, Corentin, aide-moi à la rattraper.
Le jeune homme observa son père courir après la tondeuse qui finit sa course contre un arbre, après avoir détruit le grillage mitoyen. Avec un air découragé Corentin le laissa se débrouiller tout seul.

Susan passa devant chez Saraluna au moment où Sandro sortait de la maison.
- Ho Sandro, regardez, j’ai récupéré mon chat, annonça-t-elle tout sourire.
- Fantastique, et…. Quenotte ?
- Malheureusement, comme vous pouvez le constater, il n’est pas dans ma chevelure….
- Il ne l’a quand même pas mangé… lâcha Sandro avec horreur.
- Mais… que s’est-il passé ? interrogea Susan en découvrant un pan de la chemise de Sandro dépasser de sa braguette.
- Euh … rien répondit-il évasivement en remettant sa chemise en place.
- Vous étiez chez Saraluna… ou avec Tiziano….., constata-t-elle le sourire crispé en imaginant ce qui avait pu se dérouler à l’intérieur de cette maison. Mais en même temps, elle connaissait suffisamment Saraluna pour savoir que ce genre d’ébats n’avait pas lieu chez elle. Elle savait aussi que Tiziano ne prendrait pas un tel risque, il n’emmènerait jamais une de ses conquêtes chez lui. Ho mon Dieu, c’est pas possible, songea-t-elle. Ce serait-elle trompée à ce point au sujet de Sandro ?
- Alors vous avez une idée où se trouve Quenotte.
- Non dit-elle. A bientôt.
Elle fila avec son chat sous le bras.

Parfois, en croyant bien faire, il arrive que nous commettions l’irréparable. C’est ce qui était arrivé à Ika et Marko le jour où ils avaient décidé d’apprivoiser ce petit hamster qui se promener dans leur jardin. Ils avaient par la suite amèrement regretté cette initiative. Les traces de son passage restaient largement visibles dans la maison. Ce jour là, Ika croyait bien faire aussi, quand, avant de partir faire les courses au supermarché avec Marko, elle avait laissé la fenêtre de la chambre ouverte, par mesure d’hygiène afin d’aérer la chambre par cette belle journée de fin d’été. A ce moment, elle n’avait pas imaginé ce qui allait l’attendre à son retour…. Dés que Marko avait garé la voiture dans l’allée devant le garage, elle avait eu un mauvais pressentiment. Elle avait de suite remarqué qu’il se passait quelque chose d’anormal. Elle ne lui fit pas part de ses sentiments parce qu’elle savait que Marko allait se moquer d’elle. Ika descendit de voiture, entra dans la maison. Elle resta figée au pied de l’escalier. Quand Marko la rejoignit à l’intérieur les bras chargés de sacs des courses, il se demanda, inquiet, ce qui arrivait à sa femme.
- Il est revenu…. Balbutia-t-elle tout bas, comme terrorisée.
- De qui parles-tu ?
- Du monstre….
- Tu devrais te reposer Ika.
Puis Marko tourna le regard vers le haut de l’escalier, il croisa le regard de la petite boule de poil qui le fixait attentivement avec ses petits yeux maléfiques…. Quenotte était passé par la fenêtre de la chambre…. Et oui les animaux sont beaucoup plus malins qu’on ne le croit. Quenotte était revenu dans ce foyer chaleureux, où il fut si bien accueilli….

Imanita était aux anges. Florian l’avait invitée à venir le rejoindre dans la cave de LPC où avec Gaël il avait installé leur studio de répétition. Il chantait juste pour elle un morceau de U2 « one » accompagné à la guitare par Gaël qui lui, avait invité Lamita. Les deux filles se pâmaient devant le charme et le talent des deux garçons. Lamita se régalait en pensant comment elle allait en mettre plein la vue à cette imbécile de Sabinouche quand elle lui raconterait son après midi…… d’un autre côté, elle ne s’attendait pas à ce que préparait sa cousine derrière son dos….
Imanita jubilait devant son beau rouquin, sur les terres de sa pire ennemie LPC…. Mais elle non plus ne savait pas que LPC était en train de préparer une riposte qui allait bientôt lui briser tous ses rêves…..
Loin de toutes ces vengeances, les filles profitaient de cet instant magique….

(Instants magiques ???? soyez partageuses les filles, non ???) :

a001

( Ah sympa, on ne la montrera pas à LPC ni à Sabinouche c'est promis.... hum hum!!)

Corentin avait passé un moment agréable avec Loic. Ce mec s’y connaissait pas mal en informatique mais Corentin se sentait supérieur à lui. Il s’était amusé à le tester, l’autre avait démontré d’une grande érudition, mais il avait quand même réussi à le mettre en difficulté une ou deux fois. Puis, au fil des heures, le manque se faisant ressentir, Corentin était comme à son habitude passé du gentil garçon sympa et agréable au garçon irritable et désagréable. Il avait jeté Loic à la porte sans ménagement. Il avait fermé la porte de sa chambre à clef, tiré de sa cachette : une petite trappe secrète derrière l’armoire, un paquet de poudre, avait préparé le mélange et l’avait sniffé. Puis se sentant d’un coup beaucoup mieux, il était sorti trouver Kawaï chez lui. Il avait besoin d’aide, quelqu’un à la fois fragile et en qui il pouvait avoir confiance. Fragile et vulnérable pour le manipuler à sa guise et suffisamment intelligent pour pouvoir gagner sa confiance… une confiance absolu, sans faille. Car dans ce milieu…. On ne pouvait pas traiter avec des minables sans esprit, sans force intérieure.
- Tu as l’air vachement sage, Kawaï, mur et… tu sais ce que tu veux, commença Corentin.
- Pourquoi me dis-tu tout ça ? interrogea Kawaï sur la défensive.
- Rien depuis que je suis arrivé, j’observe, c’est tout.
- Ah ? Tu observes?
- Oui.
- Et ?
- Il me semble que tu as la tête sur les épaules…
- Très observateur, effectivement.
- Tu en pinces pour Popin, pas vrai ?
- Si tu en venais au fait, Corentin.
- Selon toi, quelle est la personne, la plus raisonnable et sérieuse du quartier ? Celle qui ne fait jamais de faux pas, qui est à la fois intelligente, sincère, qui suit son chemin tranquillement, en qui tu peux avoir confiance. Tu vois ce que je veux dire ?
- Ici ? A Westeria Lane ? De sérieuse, il n’y a que Saraluna. Une fille qui a mis sa vie personnelle de côté pour élever ses sœurs et son frère.
- Très fort, évidemment. A bientôt Kawaï.
Corentin le laissa en pensant que Kawaï était un mec imprudent. A sa place si quelqu’un lui avait demandé un tel truc, d’abord il aurait essayé de savoir pourquoi, et ensuite, il n’aurait jamais donné le nom de quelqu’un qu’il respecte. Surtout pas celui d’une femme qu’il estimait tant. Un mauvais point pour toi mon pauvre Kawaï. Je ne l’oublierai pas…. Non Corentin n’oubliais jamais rien…. Un mec capable de balancer le nom de quelqu’un pour qui il avait de l’estime, était encore plus capable de donner le nom d’un ennemi pour le nuire. Corentin était obligé de vivre dans ce quartier bourgeois pourri, et il se jurait que tous les habitants se souviendraient de lui très longtemps, il allait les faire souffrir, TOUS sauf UN. Mais il n’avait pas encore choisi lequel d’entre eux serait épargné…… Il avait beaucoup de temps, il devait les tester les uns après les autres pour découvrir la perle rare.…. A présent, il devait se rendre chez Saraluna, apprendre qui était cette femme si droite et sérieuse…. Pauvre Kawaï sourit-il sur le chemin qui le menait vers la maison située derrière chez lui, où plus exactement derrière son jardin…. Ce pauvre Kawaï a une très grande estime pour une femme qui se montre nue à sa fenêtre…. Oui il en était convaincu ni Saraluna, ni Kawaï, ni Yuki, ni Justin, ni Popin, ni personne de ceux qu’il avait rencontré jusqu’à présent ne méritait sa confiance. A moins peut-être Loic mais il fallait encore le tester, ce sera long mais il avait tout son temps avant de mettre en place son plan, il pouvait attendre des mois, rien ne pressait. Observer les étranges habitants de Westeria Lane, était un passe temps très agréable.
Saraluna ouvrit, la porte, surprise de découvrir cet adolescent, plutôt mignon dont le regard intense et profond mettait mal à l’aise.
- Si tu veux voir Tiziano, il n’est pas là. et je ne sais pas quand il va rentrer. D’ailleurs, quand il rentrera, il sera puni et…
- Qui est Tiziano ? la coupa-t-il.
- Mon…. Mon frère…
- Votre frère répéta-t-il avec un sourire énigmatique. Vous voulez le punir ? Pourquoi ?
- Parce qu’il ne m’obéit pas. Il passe son temps à faire le contraire de tout ce que je lui recommande.
Décidément, Saraluna avait tout faux. En tout cas en ce qui concernait les critères de sélections établis par Corentin. Elle n’était pas la femme qui pouvait l’aider. Raconter les problèmes d’éducation de son frère sur le perron au premier inconnu qui passe, il était sûr qu’elle ne pourrait jamais garder un secret. Elle était pire que son propre père. Il plaignait ce Tiziano. Il le plaignait, mais il savait maintenant qui était le prochain sur sa liste : Tiziano. Comme lui avec son père, Corentin subissait un acharnement éducatif, son vieux était toujours derrière son dos. Corentin n’en pouvait plus. Il avait en son temps, été une belle proie pour les petits dealers de son quartier d’avant, Tiziano serait lui aussi une belle proie……

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
avatar
Yukinari_



█ . AGE : 29
█ . EMPLOI/LOISIRS : Oreille Attentive
█ . VOISINS : Scavo
█ . HUMEUR DU MOMENT : Nostalgique
█ . RAGOTS : 615
█ . DATE D'ARRIVEE : 25/07/2007

MessageSujet: ... suite   Dim 12 Aoû - 14:51

...

Georges Williams avait accompagné Bree jusque dans la chambre d’Andrew. Celui-ci faisait la tête. Déjà, il détestait quand sa mère venait lui rendre visite, il ne supportait pas du tout la présence de ce type qu’il soupçonnait d’avoir aidé sa mère à tuer son père. Andrew ne desserrait pas les dents, il regardait la télé, feignant d’ignorer ses parents. Au bout d’un moment, Bree décida de descendre chercher deux cafés au distributeur de boisson. Elle demanda à Andrew, s’il voulait quelque chose, pour seule réponse, le garçon augmenta puissamment le volume de la télévision. Bree très maître de ses réactions en bonne maîtresse de maison, se retint de réagir aux provocations de son fils et sortit sans un mot. Georges, profita de son absence, il rapprocha sa chaise tout prêt du lit, à la hauteur d’Andrew, réussit à lui subtiliser la télécommande et éteignit la télé. Andrew tenta de récupérer le zappeur mais plus faible physiquement après son accident, il renonça rapidement à lutter contre Georges.
- Alors, tu fais moins le malin, là ? hein ? dis Georges.
- Donnez-moi cette télécommande et rentrez chez vous. Vous n’avez rien à faire dans ma chambre. Ou alors, vous voulez me supprimer comme vous avez supprimé mon père ?
- C’est pas beau d’inventer des calomnies…
- Ah non ? Et si je répétais tout ça à la police….
- Mon pauvre Andrew, tu ne pourras jamais rien prouver. Alors que moi je connais le nom du conducteur qui conduisait la voiture qui a renversé madame Solis, la mère de Carlos.
Le visage d’Andrew blanchit.
- Qu’est-ce que vous racontez ????
- Tu sais très bien de quoi je veux parler…. Ton avenir serait très compromis si la police apprenait l’identité de ce chauffard….
- Je ne vois pas de quoi vous voulez parler.
- Mais si Andrew, tu me comprends très bien. Que penserait ta mère si elle apprenait que son gentil fils qu’elle croyait en voyage sur la côte Est, était en train de batifoler dans la glace avec un certain…. Yuki ???? Tu vas devoir coopérer avec moi Andrew, tu n’as pas le choix.
Andrew regarda fixement Georges dans les yeux, puis au bout d’un moment, il lui cracha à la figure.

En sortant de chez Saraluna, Corentin tomba sur Tiziano. Méfiant après ce qu’il avait découvert le matin même, Tiziano contempla le garçon des pieds à la tête en se demandant si sa sœur n’était pas devenue complètement folle. Elle n’aurait quand même pas couché avec celui-ci aussi ?
- C’est toi Tiziano ?
- Pourquoi cette question. Dis-moi plutôt qui tu es toi ? répondit nerveusement Tiziano qu’il ne fallait pas trop chauffer ce jour là.
Excellente réponse pensa, Corentin. Il flairait la proie parfaite.
- Je suis nouveau dans le quartier. Un vrai quartier bourgeois. Alors je cherche à me faire des amis cools.
- Et tu penses devenir mon ami comme ça ?
- Non, évidemment.
- Ton père vit avec la tante de Yuki, non ?
- Malheureusement, oui.
- Alors je vais te donner un bon conseil : tu trouveras sûrement à créer de belles amitiés avec Yuki et ses potes.
- A ce que je vois, Yuki, n’est pas un pote à toi…
- Tu vas encore me coller longtemps comme ça ?
- Ok c’est bon, je te lâche….. Au fait, j’ai sonné chez toi, elle a pas l’air commode ta sœur…
- Je te défends de porter un jugement sur ma sœur. Ok ?
Tiziano, rentra dans la maison, en claquant la porte derrière lui. Echange difficile et tendu comme les aime Corentin. Tiziano n’avait répondu à aucune de ses questions. Un très bon point pour lui. De plus malgré les événements de la matinée, il continuait à soutenir sa sœur et à la défendre. Très loyal de sa part. Il ajouta son nom sur sa petite liste, celle des futurs épargnés où figurait seulement Loic.

La journée était vraiment très instructive pour Corentin, alors qu’il rentrait chez lui pour enregistrer toutes les données dans son ordinateur concernant tous les habitants du quartier qu’il connaissait, il rencontra une femme au look ahurissant : une grande natte dans le dos, un chemisier blanc largement ouvert sur sa poitrine opulente sur laquelle reposait des chaînes en or étincelantes, une mini jupe, des bottes de cow boy très pointues. Avec un look comme ça elle ne passait pas inaperçue. Mentalement Corentin la classa dans la liste noire directe.
- C’est toi le nouveau ?
- Qui êtes vous ?
- Moi je suis LPC. Tu étais chez Tiziano ?
- Vous m’avez épié ?
Surtout répondre à chaque question par une autre question.
- Non mais tu sais ici le quartier est petit tout se sait très vite. Et puis tous les jeunes sont amis alors comme je te vois jamais dans leur groupe…
- On entre pas dans un groupe comme ça….. Vous dites tous les jeunes sont amis, même Yuki et Tiziano ?
- Bien sûr. Ce sont les pires ces deux là. Si tu savais toutes les calomnies qu’il peuvent colporter à mon sujet ces deux petits saloupiauds. Ils ont de la chance que je les aime. Si tu aimes la musique j’héberge chez moi deux jeunes chanteurs sympas….
- Ouais, faut voir.
- J’oublias, méfie-toi aussi d’une certaine Imanita. Un vrai poison cette fille. Avec son air de « sainte n’y touche » elle embobine les mecs mais ceux qui ne sont pas de son âge… d’ailleurs dans le quartier, ce sont les femmes les plus dangereuses : Bree Van de Kamp la vraie bourgeoise maîtresse de maison qui régit tout et toute sa famille, Irisblue est une vraie peste qui chouchoute trop ses fils, Susan Mayer c’est miss catastrophe dés qu’elle approche un mes, tu peux être sûr qu’elle va lui porter malheur, c’est la spécialiste de la gaffe, Grabrielle Solis adore les jeunes garçons dans son lit mais elle aime par-dessus tout l’argent, Eddie, est une véritable vipère mangeuse d’hommes, tout le contraire de Saraluna catholique puritaine et coincée comme c’est pas possible, les petites cousines Lamita et Sabinouche sont de vraies perverses et Lynette Scavo est complètement dépassé par l’éducation de ses garçons heureusement je suis leur baby sitter…. Non la seule jeune fille bien du quartier c’est Lenou…. Une grande amie à moi mais fais gaffe, Tiziano est déjà sur le coup en fin lui il est sur tout les coups !
- Et vous, vous êtes la femme parfaite ???
- T’as tout compris mon chou. Bon je te laisse, à plus tard. Amuse-toi bien….
Corentin n’aimait pas cette femme mais elle serait dans un premier temps, d’un très grand secours, car, il serait facile de la faire parler. Une vraie commère. Mais pour la confiance… zéro pointé…fallait pas y compter….

Dissimulée derrière la fenêtre du salon, pendant que Carlos dormait Gabrielle Solis observait Corentin avec un certain bonheur. Elle l’ajouta à sa liste bleue juste derrière Gael. Et oui l’apparition d’un nouveau jeune homme dans le quartier ne passait jamais inaperçu auprès de ses habitantes et surtout auprès de Gabrielle Solis.... Pourtant comme les autres elle ferait mieux de se méfier de lui. Personne ne savait de quoi il était capable et ils allaient tous ou presque bientôt regretter d’avoir croisé sa route….



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desperatefunandmore.topic-board.net
 

1.18 - The youth rebels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: F&M :: Les épisodes :: 
Saison 1
-
News Box !
█ . EPISODE 5.01 EN PREPARATION

...%

█ . BACK FROM THE TRIP,
Par I.


█ . IMANITA - APRES L'AVORTEMENT.


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit